Suivre la propagation d’un concept vide

Travail passionnant que celui de David Chavalarias sur la diffusion du terme « islamogauchisme » et qui aide à mieux comprendre son origine et ses liens. En fait, ce n’est pas une étude de propagation en tant que telle puisqu’on ne dispose que d’une timeline cumulative d’un côté et des réseaux d’hyperliens entre émetteurs par ailleurs. Mais cela constitue une approximation suffisante pour comprendre la manoeuvre politique qui est en cours pour faire exister un concept vide qui permettra de cadrer le débat politique à venir. Le rôle décisif des ministres dans cette propagation mérite d’être soulignée car on ne peut ignorer que des influenceurs d’un statut particulier peuvent modifier considérablement la carrière d’un mème comme celui-là, surtout lorsque les mass media les relaie sur les plateaux télé. Il faudrait sans doute tenter encore d’avancer vers un carte dynamique de tout le parcours de ce mème pour avoir une idée plus précise non seulement des influenceurs qui ont pu faire monter la réputation du terme mais aussi des dérivations multiples qui ont pu affecter le mème en question et des associations durables qui ont pu être véhiculées comme des clusters qui se propagent ensemble. Ce sont là les limites des techniques actuelles de visualisation des liens, même si l’institut des systèmes complexes d’Ile de France a réalisé aussi des visualisation en flux auparavant.

“Islamogauchisme” : Le piège de l’Alt-right se referme sur la Macronie