A propos de « Analyser la réactivité des gouvernements à la pandémie » de PA Rosental: effets des structures sanitaires ou effets de propagations?

Le Maroc risque-t-il d'importer le Coronavirus? | Challenge.ma

Où l’on voit que la notion de « bien préparé » établie à un temps t a laissé place à quelques surprises de taille, une fois la crise engagée! Attention, cette image est une illustration totalement distincte de la thèse de PA Rosental. Elle sert seulement à donner un exemple visuel de ces différences d’appréciation des performances des systèmes d’information dans le monde.

Paul-André Rosental, mon collègue de Sciences Po, a publié une note très détaillée d’analyse de la réactivité des gouvernements comparée entre pays, pour vérifier si l’état des structures de santé pouvait expliquer les différences assez nettes entre les pays. Il est vraiment intéressant à lire ici. Pour ceux qui sont un peu effrayés par les stats, j’en fais un commentaire qui permet de mettre en perspective ce qu’un point de vue selon lequel les structures sociales ( ici sanitaires) agissent ( ce que j’appelle la Première génération) et un autre point de vue selon lequel la propagation des influences et des imitations entre pays rend compte des réactivités différentes. Et Paul-André Rosental répond à mon commentaire sur ce blog, ici Les deux points de vue sont légitimes, et j’insiste bien sur les qualités du travail de PA Rosental et sur l’intérêt de l’exploitation des données enregistrées par les états mais aussi sur leurs limites en particulier lorsqu’il s’agit de rendre compte de la réactivité des gouvernements, un domaine politique où les discours, les méthodes, les influences circulent. Son travail très minutieux montre à quel point il est difficile  de faire de la recherche sur ces données mal calibrées ou calibrées différemment selon les pays et surtout en situation d’urgence. Mais comme il rend compte de toutes ses difficultés et de tous ses choix de méthodes avec une grande honnêteté, c’est une chance de pouvoir discuter de cela avec lui. D’autant plus qu’il a accepté d’y répondre dans le billet suivant, ce qui représente un beau moment de controverse amicale et approfondie sur nos propres choix de recherche, sur leurs limites et sur leurs a priori. Merci à Paul-André pour ce magnifique travail et pour cette discussion.


Continuer la lecture

Une réponse de Paul André Rosental: « On s’engage et on voit ». Saisir à vif le choc épidémique

Réponse de Paul-André Rosental au Commentaire de Dominique Boullier

Merci de ta lecture et de tes commentaires. Les « contraintes de validation » dont tu parles ont du bon, et je lis aussi ton intervention comme un rapport de referee qui m’aidera à améliorer une prochaine version de mon travail, ce qui m’est très précieux. Parmi les faiblesses que je reconnais dans mon analyse, et bien que j’aie eu la chance de beaucoup la discuter et faire circuler, il y a celle de ne pas être passé par les procédures d’évaluation par les pairs, qui font la spécificité de notre métier.

Je vais m’efforcer de ne pas être long. Je tenterai d’apporter quelques précisions, dont tu me fais comprendre qu’elles sont sans doute manquantes, ou insuffisamment appuyées, dans mon texte. Puis je ferai un double point plus général.

Continuer la lecture

Quand un humoriste fait de l’excellente théorie sociale: le mot confinement sort de l’ombre!

Karim Duval est une merveilleux linguiste (tous ses sketches sont à mourir de rire, voir toute sa chaine You Tube), mais cette vidéo là est un chef d’œuvre.  Il met en scène parfaitement ce qu’est une théorie des propagations , de la mémétique, centrée sur la vie des mots et leur pouvoir d’agir. En l’occurrence d’ailleurs, « confinement » se plaignait de son sort et il ne sait pas trop ce qui lui arrive. Des pages entières de Daniel Dennett relate cette histoire version théorique, avec assez d’humour aussi, mais là Karim Duval est au top. Nous sommes traversés par ces mots qui soudain décollent du dictionnaire stock pour devenir des flux de conversations, pendant que d’autres se morfondent et ne renaitront peut être jamais …. mais qui sait? Et son petit frère déconfinement le morveux qui veut lui manger la laine sur le dos, excellente illustration de la compétition des mèmes et des mots dans notre système attentionnel.