Dennett: le pouvoir d’agir du virus et l’utilité de l’erreur

Pouvons-nous apprendre du virus? Voire même l’admirer pour ses performances? Et nous penser nous-mêmes comme faits de ces virus ou tout au moins de processus analogues? Je pense que l’occasion de nous recentrer sur les processus vitaux qui nous fabriquent et qui ont fait de nous ce que nous sommes est utile. Pour des raisons de méthode propres à ces sciences sociales de troisième génération qui doivent penser les propagations mais aussi politiquement pour mieux accepter le fait d’être à l’intérieur d’un processus vital qui nous dépasse largement. Je traduis ici deux pages d’un livre fondamental pour moi, dans un extrait où Dennett reprend le récit de la vie d’un virus racontée par Eigen pour montrer toute la sophistication d’un processus viral, l’apparition  d’une élémentaire puissance d’agir, son caractère automatique (un algorithme en fait) et l’importance de l’erreur qui seule permettra l’évolution:

Daniel Dennett, Darwin’s Dangerous Idea. Evoilution and the Meaning of Life, 1995, pp202-203 (ma traduction très peu élégante)

« The road to wisdom ? Well, it’s plain and simple to express : err and err and err again but less and less and less » (Piet Hein)

Continuer la lecture

De la qualité des données en régime d’urgence

https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/03/13/courbes-ft.pngAlors que toutes les politiques contre le coronavirus reposent sur des données, on ne peut qu’être frappés par la mauvaise qualité des données à partir desquelles sont prises les décisions. Prenons d’abord les données chinoises. On sait que la volonté de disqualifier les lanceurs d’alerte du début a coûté la vie à l’un d’eux mais aussi un retard de près d’un mois dans l’enregistrement du signalement et le déclenchement de l’alerte. On peut l’attribuer au régime politique dictatorial. Mais désormais, les épidémiologistes du monde entier sont condamnés à s’appuyer sur les données du régime chinois pour projeter les courbes de contamination, les durées de contagiosité, la létalité, etc. Tout en sachant que tout cela n’est pas très fiable. On peut penser que les articles scientifiques sur des cohortes plus contrôlées sont plus fiables car ce sont les critères habituels de validation des publications scientifiques mais ce n’est même plus très sûr puisque les essais sur la chloroquine in vitro réalisés par les chinois se trouvent aussi contestés.

On se dit cependant qu’un régime démocratique, qui n’a rien à cacher ( !!), qui a une tradition administrative solide, et qui collecte toute l’année des données intéressant l’épidémiologie, doit se trouver mieux équipé pour exploiter des sources plus fiables. Or, aucune des procédures ne résiste à l’examen.

Continuer la lecture

Propagation et panique boursière

capture-d-e-cran-2020-03-23-a-21-03-50

Le cas des paniques boursières est l’un des préférés de tous ceux qui travaillent sur les phénomènes de foules, de croyances, de contagion… et de biais cognitifs. C’est comme cela que les traite notamment Bronner, restant ainsi dans son couloir des déterminants cognitifs des comportements sans se laisser déstabiliser par la puissance propre du phénomène qui semble pourtant emporter tout esprit de décision chez les acteurs. Car c’est là le problème, continuer à attribuer des paramètres de décision avec ou sans biais cognitifs à des comportements qui relèvent en fait d’un autre agent qui nous fait agir, en l’occurrence le comportement de nos voisins, et dans ce cas des autres investisseurs. Je distinguerai ici les paniques boursières des paniques bancaires, celles qui affectent les consommateurs qui craignent de ne plus pouvoir accéder à leurs économies comme ce fut le cas durant cette décennie à Chypre, en Grèce ou en Argentine (au moins). La panique boursière est déjà là pour le coronavirus (voir l’article de Martine Orange dans Médiapart) mais pas la panique bancaire ( qui peut très bien arriver en cas de crise majeure de liquidités et de crash de certaines grosses entreprises qu’on ne nationaliserait pas par exemple, ce qui entrainerait la perte de confiance de tous les acteurs). Le crash financier actuel n’est plus du même ordre que celui de 2000 sur les valeurs internet ou de celui de 2008 à partir des subprimes. Ces deux crash étaient directement issus de l’emballement classique d’une finance spéculative alors que celui que nous vivons a été provoqué par un événement extérieur à la sphère financière, qui malgré tout était très fragilisée par des niveaux de valorisation reconnus comme intenables et injustifiés même par les spéculateurs et par un endettement massif à tous les étages sans rentabilité intrinsèque comme repère. Mais au fond, c’est le régime ordinaire de toute l’économie contemporaine : la vie à crédit et la spéculation sur tout en anticipant les positions des autres, sans intérêt pour de quelconques « fondamentaux ». Dès lors, une panique boursière contemporaine est en fait un état normal d’un processus constant de contagion et d’imitation. Si tout cela dérape de temps en temps, ce n’est pas par erreur ni par hasard, mais par effet de système. Dès lors la question des biais cognitifs n’est plus très intéressante car ce sont les mécanismes permanents de contagion qu’il faut déchiffrer, comme le font très bien Orléan ou Jorion.

Continuer la lecture

La compétition des propagations: virus, mèmes et bonnes pratiques

Résultat de recherche d'images pour "argentine rendons virale la responsabilité"

Cette superbe initiative de la presse argentine nous donne une bonne idée de la façon dont les médias de masse peuvent aussi produire des mèmes et entrainer des effets de propagation forts contre les autres propagations. Car la compétition fait rage entre les différentes entités qui veulent occuper notre attention d’une part et notre corps d’autre part. C’est le thème de l’article que je publie dans The Conversation ce jour

https://theconversation.com/virus-memes-et-bonnes-pratiques-la-competition-des-propagations-133841

J’y ajoute ces quelques remarques qui auraient été trop longues à discuter dans l’article.

Continuer la lecture

L’art de percer les enveloppes : viralité et protection

La question de l’immunité est posée comme capacité des entités vivantes à « faire enveloppe » d’une certaine façon, en reprenant une thématique proche de celle de Sloterdijk. Le virus, lui, se distingue par sa capacité à percer les enveloppes de ses véhicules et à s’installer ainsi dans les organismes. Dans tous les cas, quand je parlerai ici d’enveloppe, cela n’aura rien à voir avec une forme de clôture ou de bunkerisation mais cela se situera dans un cadre immunologique avec des circulations, des filtrages et donc une forme d’ouverture vitale et non de fermeture, cela étant dit pour éviter les malentendus sur le terme. Mais la capacité d’un organisme à faire enveloppe est une étape constitutive du vivant (et du social) et selon les propriétés de l’enveloppe et donc du système immunitaire, certains filtres seront actionnés ou non. Mes travaux sur les propagations/ réplications peuvent paraitre totalement éloignés de ces questions puisqu’après tout, il s’agit alors de suivre la contagion d’un même sur internet, d’un trait culturel dans l’évolutionnisme culturel, d’un message dans une crise, etc. et de s’intéresser avant tout à la courbe, c’est-à-dire au cumul des réplications.

Continuer la lecture

La question de l’origine des propagations est-elle importante? Foi et virus

Résultat de recherche d'images pour "église évangélique de mulhouse"

Les modélisations de type structures sociales sont toujours obsédées par la totalité , le « tout », l’exhaustivité en termes de données, les catégorisations et leurs frontières ainsi que les clusters que la data science permet de produire. On valide des frontières, par des méthodes de calcul de similarité, exactement comme le sens commun sélectionne certains traits perçus pour faire des stéréotypes. Je traiterai ce point, important aussi pour les propagations, une autre fois, y compris sur le plan de la stratégie de confinement, pour produire des isolats. Ce qui m’intéresse ici, c’est la thématique du patient zéro et la quête sans fin de l’origine. Car lorsqu’on part du point de vue des propagations, comme elles sont dynamiques, les structures, les frontières, la totalité , tout cela a beaucoup moins d’importance et de fiabilité car on ne sait jamais quand on arrivera « au bout » de la population totale en cours de constitution permanente (d’où l’angoisse des résurgences pour cette épidémie), ou on ne le saura que seulement très longtemps après. En revanche la question de l’origine semble importante. Je voudrais signaler d’abord que l’origine et la totalité sont la matrice de tous les mythes comme l’ont très bien tous les anthropologues : produire du nous, c’est produire une origine (d’où venons-nous ? un mythe fondateur) et une totalité (combien sommes-nous ? quelles sont nos différences avec les autres ? un principe politique mis en récit). D’emblée, il faut donc dire qu’il s’agit de récits et que la quête de l’origine est sans cesse reprise et révisée. Mais du point de vue épidémiologique, elle peut avoir des conséquences, notamment quand il s’agit comme ici du moment de passage d’un animal à un humain. Mais on voit bien qu’une fois le pangolin identifié, on doit remonter jusqu’aux chauve-souris, ce qui était déjà connu dans un autre récit d’une origine du SRAS-1.

Continuer la lecture

Comment bloquer la viralité d’un virologue?

EDIT: Ce billet a été écrit au début de la renommée publique de Raoult et avait une approche plutôt ouverte à son idée de médicament repositionné pour soigner le début des crises Covid-19.Il a fait l’objet de plusieurs révisions et je dois aujourd’hui admettre que la controverse sur le sujet de la chloroquine est devenue toxique pour toute l’activité scientifique, à la fois à cause des fausses infos et fausses données de revues pourtant légitimes (comme The Lancet) et à cause de l’attitude arrogante et des propos sans précaution et sans souci de validation scientifique de Raoult. Le mal fait à la crédibilité des scientifiques est considérable alors que Raoult avait de quoi tranquillement questionner l’establishment et modestement faire son travail de  médecin. Mais l’arrogance des pontes des institutions scientifiques médicales dont il fait partie disqualifie complètement sa critique contre d’autres pontes tout aussi arrogants. Science et crise ne semblent pas faire bon ménage mais au moins, nous aurons appris dans quelle impasse nous conduisent les politiques scientifiques ( institutions, publications, ranking, ) actuelles.

Pourquoi ce personnage est-il sympathique pour les sujets qui nous concernent?

1- Il est anticonformiste et pourtant résiste à la pression mais on voit bien qu’on tente de bloquer sa propre viralité ( et donc sa notoriété). N’oublions pas que tout cela est avant tout et toujours en science aussi affaire de réputation.

EDIT: il faudra faire une histoire spécifique de cette controverse qui a été lancée notamment par le succès de sa vidéo sur YouTube (fin de partie!) mais aussi par le classement immédiat par le Monde puis par le ministère de la santé en fake news (vite retirée le lendemain), ce qui a suffi à lui assurer une antilégitimité de bon aloi chez tous les complotistes ou altnews. Le débat porte dès lors moins sur son projet que sur ses méthodes de communication (sans réelle comparaison avec la force de frappe des institutions normatives par ailleurs, omniprésentes sur les plateaux par ailleurs).

2. il prône une approche très low tech de l’innovation qui consiste d’abord à voir si ce que l’on a en magasin pourrait marcher. Et lui a trouvé que la chloroquine plus un antibiotique traitaient 90% des cas, ce qui n’est pas si mal quand même, et tout cela est disponible puisque même Sanofi vient d’en proposer 300000 doses. On sait qu’une innovation simple ou déjà appuyée sur des connaissances antérieures est plus facile à diffuser.

EDIT: cela dit les critiques sur la méthode sont tout à fait justifiées sur le principe, même s’il a appelé aussitôt à étendre les tests pour obtenir une validation réelle.

3. Il a écrit un livre que je n’ai pas lu « Mieux vaut guérir que prédire » dont le seul titre me réjouit et devrait servir de prophyllactique contre la propagation des promesses abusives d’IA en matière de santé notamment. Les data scientists au service de l’art du soin, ça nous changerait. Et surtout on verrait que la data science n’a pas grand chose de plus scientifique que la médecine, c’est avant tout un art d’assembler des données et des connaissances de type scientifique pour résoudre un problème précis ( mais dans la phrase il y a « résoudre »).

Mais qui est le professeur Raoult, possible vainqueur du Coronavirus ?

Le temps des propagations

Mis en avant

 

la page de réponse de Google images à la requête propagation le 21 mars 2020

Il serait quand même étonnant que les sciences sociales de troisième génération restent muettes sur la catastrophe sanitaire majeure depuis un siècle, l’épidémie de Covid-19. Je commence donc ce jour une chronique aléatoire et exploratoire à partir de ma lecture de la presse sur ce qui nous permet de connecter le coronavirus et les sciences sociales des réplications. Trop facile me direz vous, ça va de soi! Précisément, là est le piège car il ne faudrait pas se contenter de filer la métaphore, d’importer des modèles d’épidémiologie ou sous prétexte de penser l’épidémie de continuer à adopter les mêmes méthodes ( qui sont par ailleurs tout-à-fait légitimes). Mais après tout, « que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe? » Profitons donc de cette assignation à un gite pour songer et penser ce qui se passe et se dit avec la grille d’analyse des propagations et des réplications. Et tant pis si cela part dans tous les sens, cela permettra au moins d’avoir du matériel pour après! Les contributions sont les bienvenues évidemment!