D’un bilan à l’autre : comment aligner ANT et méthodes numériques ?

Dominique Boullier , EPFL

v.3, avec notamment des ajouts à partir du livre récent de Michel Callon et des précisions sur l’article source

Le temps des bilans est semble-t-il venu pour le médialab (cf. Venturini et al. 2017) et il serait utile pour des programmes équivalents de faire le point, après ces années d’exploration où, il faut bien le reconnaitre, nous ne savions pas toujours bien ce que nous faisions. Nous nous sommes trouvés pris dans une dynamique, une conviction que le numérique changeait notre façon de faire des sciences sociales. Le terme « faire » est le plus important car la discussion porte ici sur ces laboratoires ou institutions qui ont effectivement mobilisé des techniques numériques pour divers objectifs empiriques et non sur ceux qui ont analysé le numérique, même si parfois les deux populations se recoupent.

Mieux comprendre ce qui nous arrive collectivement, en tant que sciences sociales, avec le numérique, est une tâche à laquelle je me consacre depuis ces 5 dernières années. Et l’appui des traditions des STS est incontournable sur ce plan et doit s’appliquer à nos propres façons de travailler, pour voir les « méthodes numériques en train de se faire ». Et pour cela, il reste indispensable de ne pas séparer les concepts mobilisés des outils utilisés, et mon approche se distinguera de cette de Venturini et al. principalement sur ce plan. La dimension historique est indispensable pour comprendre cet « assemblage » très particulier qu’a constitué le médialab de 2009 à 2017. Je voudrais montrer ici comment une alliance très particulière s’est nouée entre l’ANT (Actor Network Theory) dans sa version latourienne d’un côté et les méthodes numériques dans leur version UTC (Université de Technologie de Compiègne), c’est-à-dire topologie du web, de l’autre. Cela permettra de reconnaitre les limites de l’expérience mais cela nous en apprendra beaucoup aussi sur ce qui est en jeu et notamment sur la place de l’ANT dans l’ensemble des approches en sciences sociales, sur la façon dont elle a été utilisée et sur la façon dont on pourrait encore s’en inspirer. Cela supposera de réviser certaines des croyances diffusées autour de ce que faisaient le médialab et l’ANT par la même occasion. Ainsi, il m’a toujours paru erroné de caractériser la relation ANT/numérique par l’effet « copie carbone » (le web duplique le social), par des méthodes qualiquanti, ou encore par les gains de connaissance permis par un supposé zoom (exploration du social par changement d’échelle). Tous ces « éléments de langage » souvent utilisés dans la communication du médialab ont pu finir par intoxiquer l’équipe elle-même (dont je faisais partie!) et empêcher ainsi de construire une vision cohérente entre cadre théorique (ANT) et méthodes numériques. Précisons cependant que, pour ceux qui ont développé les méthodes numériques et notamment l’étude du web à partir d’autres approches théoriques, dont l’analyse de réseaux par exemple, la question se poserait totalement différemment.

Pour mettre tous ces points à leur juste place, il faut remettre toute l’ANT en perspective historique et rendre compte des méthodes et dispositifs techniques qui lui ont permis d’exister, comme l’ont toujours fait les STS, dont l’ANT est devenu un cadre de référence. En gardant toujours à l’esprit le numérique, je ferai donc d’abord un retour historique sommaire sur l’ANT et ses spécificités avant d’en venir aux méthodes numériques de façon détaillée. Je précise que tous les points de vue que je vais développer ont pu naître au sein même de ce cadre de travail fourni par le médialab et grâce au médialab, dont j’ai été coordinateur scientifique avec Bruno Latour jusqu’en 2015.

Lire la suite

The Tipping Point

En travaillant la question des cascades et des émergences dans le temps, revient évidemment la question du « tipping point » (point de basculement ou seuil critique). Je suis retourné lire Gladwell et son livre éponyme. (how little things can make a big difference). C’est un journaliste de formation biologiste, le livre date de 2001 et ce qu’il écrit est très raconté mais pas nécessairement formalisé. Cependant, ce qu’il dit des trois règles de l’épidémiologie correspond exactement à l’approche par les trois générations transformées en trois points de vue et à la distribution d’agency entre les structures, les individus et les entités circulantes.

 » Epidemics are a function of the people who transmit infectious agents, the infectious agent itself, and the environment in which the infectious agent is operated ». Ce qu’il résume trois principes: « The Law of the Few, the Stickiness Factor and the Power of Context » ( le rôle de certains individus et de leurs préférences, des agents influenceurs (Connectors, Mavens and Salesmen), le rôle des propriétés de l’entité circulante ici agent infectieux (par exemple la mutation du virus VIH qu’il raconte), le rôle des structures , qu’il appelle (à tort à mon avis) contexte. En fait, il entend contexte comme des éléments de l’environnement, parfois des circonstances, mais aussi des structures organisationnelles, telles la règle des 150 comme limite de viabilité des groupes. Sur ce point des structures, il n’a clairement pas pris en compte les travaux des sciences sociales et se limite donc à certaines expériences de psychologie, ce qui réduit la portée de l’agentivité des structures. Cependant le  point intéressant, c’est que jamais il ne cherche à écraser l’un des agents par l’autre ni à recomposer le tout. Car le tout peut changer en un instant, et c’est son argument sur le tipping point (qui marche pour les cascades de tweets et de mèmes aussi bien que  pour la diffusion d’innovations).

Voilà des approches qui tout en s’inspirant de l’épidémiologie n’obligent pas à faire de la sociobiologie!