Traçage en temps de pandémie : design imitatif ou design centré citoyen ?

Légende: carte dynamique des flux depuis Wuhan New York Times

La nécessité du traçage numérique s’est désormais installée dans les débats et, sondage d’opinion à l’appui, dans les esprits aussi. Trois argument clés :1/ la Corée et Singapour l’ont fait (évitons de parler de la Chine, le modèle fait un peu repoussoir), pourquoi pas nous ? 2/ il existe des techniques pour suivre qui on veut où l’on veut, pourquoi ne pas les utiliser ? 3/ La priorité, c’est la sécurité entendue comme la protection contre le virus, il faut savoir relativiser les enjeux de liberté et de toutes façons nous l’avons déjà accepté avec la traçabilité installée par les plates-formes.

Arguments classiques que j’ai entendus depuis les débuts de la vidéosurveillance et la reconnaissance faciale par exemple et pour toutes les technologies, même la 5G. Arguments en trois temps :

  • la tyrannie du retard ( courons derrière les autres pour ne pas être distancés et donc copions les, ce qui est la meilleure façon d’être dépassés) ;
  • le solutionnisme technologique: Les solutions techniques peuvent résoudre tout type de problèmes, nous devons les utiliser (sans s’occuper de l’origine ni du type de problème) ;
  • la sécurité ne doit jamais freiner la liberté du business mais le business peut sans problème s’affranchir de la liberté de choix et de privacy des personnes (il sera toujours temps de revenir en arrière).

Dans le cas des applications de traçage imaginées pour le coronavirus, le processus peut être détaillé pour montrer que ce qui est en jeu pour l’instant n’est pas un traitement sérieux du problème ( et quel est-il d’ailleurs ?) mais un cadrage a priori, un infra message qui prépare les esprits à des technologies de traçabilité. Le medium est le message, disait Mc Luhan : l’installation de l’application sera le véritable message, à savoir une banalisation de la traçabilité. Et le seul fait de débattre d’un problème sanitaire, social et organisationnel en termes techniques installe une réponse fatale à toutes ces situations : la surveillance numérique.

Continuer la lecture

Critique de l’entretien avec Didier Raoult à propos de son livre « Dépasser Darwin » (2011)

Afficher l’image source

 

Voici un entretien qui peut sembler décalé par rapport à l’objet de ce blog. Il ne s’agit pas de parler de la controverse sur la chloroquine ou sur Raoult mais de revenir sur son livre publié en 2011 (merci Olivier Auber pour le signalement). Pourquoi est-ce intéressant ? D’abord parce que toute étude des propagations ne peut que s’intéresser à Darwin, pour des raisons théoriques de « modélisation » (terme anachronique) de la transmission qui est un cas de propagation et pour des raisons empiriques, ses travaux étant tous basés sur les études des caractères qui se transmettent. Daniel Dennett l’a bien mis en avant dans son ouvrage magistral « Darwin’s Dangerous Idea » dans lequel il étend l’approche de Darwin aux phénomènes culturels, dans le sens de ce qu’on appelle l’évolutionnisme culturel, qui entre directement dans le champ des études de propagation. Ensuite, parce que Didier Raoult apparait bien différent de l’image qui est façonnée dans les médias (au point de devenir en tant que personnage un mème, version Panoramix par exemple). Dans cet entretien (je n’ai pas lu le livre mais je vais le faire), il s’avère être bien plus qu’un chercheur-médecin pragmatique ( ce qu’il défend dans son choix thérapeutique et qui le disqualifie aux yeux de ceux qui veulent une science “pure” et une médecine EBM (evidence based). Il a ici des prétentions théoriques tout-à-fait passionnantes (ou prétentieuses diront ses détracteurs). Enfin et surtout parce que les questions qu’il soulève nous intéresse au plus haut point, notamment la propagation horizontale des virus, qu’évoquait déjà F. Kerk dans l’article republié sur ce blog. La ligne de transmission du capital génétique n’est pas seulement issue d’un héritage mais aussi d’un voisinage, avec des effets de croisement très importants.

Cependant, je ne partage pas la remise en cause de Darwin qu’il fait (et que le journaliste accentue) à partir de là. Il a raison de s’attaquer au darwinisme et à tous ceux qui en ont fait un dogme mais il attribue à Darwin des affirmations schématiques qui n’étaient pas les siennes. La notion d’arbre n’est pas aussi décisive, la notion de progrès dans l’évolution est une réécriture par les darwinistes, voire même par le darwinisme social de Spencer, alors que toute l’évolution est gouvernée par le hasard, ce qui est la grande idée dangereuse de Darwin (et qu’il a en effet évité de trop mettre en avant car cela portait un coup violent à toutes les doctrines religieuses). Mais à partir de là, on peut très bien imaginer des combinaisons horizontales que cite Raoult, après ses découvertes des virus géants notamment et aussi du virophage). Il mentionne « le gène égoïste » reprenant le titre du livre de Dawkins où il parle pour la première fois des mèmes. Mais cela ne remet rien en cause de la théorie de Darwin, au contraire. Bref, alors qu’il est toujours darwinien, il s’attaque au darwinisme et cela ouvre des pistes vraiment très stimulantes, notamment pour comprendre la pandémie actuelle.

Mise à jour: dans le très long article du New York Times magazine  du 12 Mai, il réaffirme cependant que l’évolution vue par Darwin est “entirely false” et que Darwin “wrote nothing but inanities” !!!!!! Ce qui est quand même une marque de démesure et d’hubris qu’il dénonce à juste titre comme le risque ou le défaut de tout scientifique… De quoi remettre en cause ma propre évaluation de l’entretien publié ici!

Mise à jour 2: j’ai profité des vacances pour lire le livre de Raoult. C’est beaucoup plus rapide que je ne le pensais car il s’agit largement d’un livre de vulgarisation, parfois intéressant sur ce plan d’ailleurs. L’argument contre Darwin est avant tout un propos marketing et quand ça ne l’est pas, une prétention tout à fait arrogante comme sait le faire Raoult, c’est dommage. Il admet d’ailleurs souvent que ce n’est pas Darwin qui est visé mais son utilisation notamment par des théories racistes ou des théories finalistes comme celle de Spencer et Raoult admet que Darwin avait raison sur le hasard qui gouverne la variation. Mais il critique ses arbres et montre de façon intéressante que les espèces n’arrêtent pas de se recombiner. La question de la fitness, de la sélection des plus aptes est critiquée mais Raoult reconnait que c’est vrai dans un écosystème donné mais non à échelle générale. La focalisation sur la transmission par descendance (version héritage, verticale) est abusive dit Raoult qui montre de façon intéressante que les emprunts entre virus par exemple se font de façon horizontale aussi. Et cela conduit à reprendre le terme de cousinage entre espèces de Darwin en disant qu’il avait raison. Cela ne fait que la moitié du livre et est assez vite expédié avant que l’auteur expose ses propres points de vue et en profite pour faire un peu d’éducation à la microbiologie. C’est dommage d’en avoir fait un argument de vente alors que ses travaux viennent infléchir ou enrichir la théorie de Darwin mais non l’invalider ( et notamment parce que Darwin ne pouvait rien connaitre de la génétique).

Dans le reste du livre, Raoult développe des thèmes très intéressants comme la globalisation du tube digestif, la pandémie contagieuse qu’est l’obésité et du rôle des outils dans les découvertes ( ce qui fait la base de ma proposition sur les trois générations de sciences sociales). Le microscope change tout en effet mais il faut changer d’échelle parfois et les nouveaux microscopes électroniques permettent d’observer les molécules d’ADN! Mais il faut aller chercher les éléments qui sont à l’extérieur des virus et qui leur permettent pourtant de se fixer dans un véhicule donné. Tout son propos est orienté vers la mise en valeur de l’horizontal, de la recombinaison entre gènes par exemple contre le dogme attribué à Darwin du vertical, de la descendance pure. Approche très stimulante pour notre théorie du voisinage dans le social aussi mais aucune raison pour disqualifier ce qui relève de la transmission héréditaire évidemment. Raoult semble avoir une grande affection pour Deleuze et Guattari et notamment pour le concept de rhizome, ce qui contribuera encore à brouiller son image de mandarin anarchiste de droite qui lui est désormais attachée. Mais le livre manifeste cependant le risque de ces publications dites de vulgarisation , un peu écrites rapidement, il faut bien le dire, emballées par un titre très vendeur et provocateur.

Continuer la lecture

Propagations et répétition: le syndrome de la machine à laver au temps du coronavirus

Afficher l’image source

L’analyse des propagations est sans aucun doute utile pour comprendre la période actuelle et le démarrage de l’épidémie a été propice à cette approche classique en notant les pics d’attention et la réplication de certaines thématiques. Pourtant, depuis le confinement, il me semble que nous soyons entrés dans un autre régime d’attention, celui de l’immersion. Aux alertes chocs a succédé le sentiment d’être pris à l’intérieur d’une répétition permanente. Je voudrais examiner ici de quoi est constituée cette répétition et en quoi elle diffère des propagations étudiées le plus souvent dans ce blog.

Continuer la lecture

Frédéric Keck Anthropologie des microbes: l’oubli de l’immunité et la révolution du microbiome

Figure 0Remarquable article de Frédéric Keck sur l’histoire de la microbiologie dans le prolongement des travaux de Bruno Latour sur Pasteur. (Merci Diego Landivar pour le signalement)

Keck Frédéric, « Anthropologie des microbes. L’oubli de l’immunologie et la révolution du microbiome », Techniques & Culture, 2017/2 (n° 68), p. 230-247. https://www.cairn.info/revue-techniques-et-culture-2017-2-page-230.htm

Trois points intéressants pour notre théorie des propagations:

  • La question des enveloppes posée par l’immunologie au-delà de la seule vision par réseau de la théorie de l’acteur-réseau.
  • Les réplications horizontales et non seulement par héritage “Les microbes commensaux ont en effet une capacité d’adaptation infiniment plus rapide que les organismes qui les hébergent, car ils se répliquent par transfert horizontal de gènes et non, comme les cellules humaines, par descendance verticale.”
  • Une proposition d’un niveau d’analyse plus structural ‘(au sens linguistique)  en suivant l’échange des signaux entre microbes ( ce que je propose pour décrire les médiations scientifiques (voir article plus bas sur le topofil de Boa Vista”: “Considérer les microbes comme des populations communiquant entre elles par des signaux plutôt que comme des acteurs inscrits dans un réseau”.

Dennett: le pouvoir d’agir du virus et l’utilité de l’erreur

Pouvons-nous apprendre du virus? Voire même l’admirer pour ses performances? Et nous penser nous-mêmes comme faits de ces virus ou tout au moins de processus analogues? Je pense que l’occasion de nous recentrer sur les processus vitaux qui nous fabriquent et qui ont fait de nous ce que nous sommes est utile. Pour des raisons de méthode propres à ces sciences sociales de troisième génération qui doivent penser les propagations mais aussi politiquement pour mieux accepter le fait d’être à l’intérieur d’un processus vital qui nous dépasse largement. Je traduis ici deux pages d’un livre fondamental pour moi, dans un extrait où Dennett reprend le récit de la vie d’un virus racontée par Eigen pour montrer toute la sophistication d’un processus viral, l’apparition  d’une élémentaire puissance d’agir, son caractère automatique (un algorithme en fait) et l’importance de l’erreur qui seule permettra l’évolution:

Daniel Dennett, Darwin’s Dangerous Idea. Evoilution and the Meaning of Life, 1995, pp202-203 (ma traduction très peu élégante)

« The road to wisdom ? Well, it’s plain and simple to express : err and err and err again but less and less and less » (Piet Hein)

Continuer la lecture

De la qualité des données en régime d’urgence

https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/03/13/courbes-ft.pngAlors que toutes les politiques contre le coronavirus reposent sur des données, on ne peut qu’être frappés par la mauvaise qualité des données à partir desquelles sont prises les décisions. Prenons d’abord les données chinoises. On sait que la volonté de disqualifier les lanceurs d’alerte du début a coûté la vie à l’un d’eux mais aussi un retard de près d’un mois dans l’enregistrement du signalement et le déclenchement de l’alerte. On peut l’attribuer au régime politique dictatorial. Mais désormais, les épidémiologistes du monde entier sont condamnés à s’appuyer sur les données du régime chinois pour projeter les courbes de contamination, les durées de contagiosité, la létalité, etc. Tout en sachant que tout cela n’est pas très fiable. On peut penser que les articles scientifiques sur des cohortes plus contrôlées sont plus fiables car ce sont les critères habituels de validation des publications scientifiques mais ce n’est même plus très sûr puisque les essais sur la chloroquine in vitro réalisés par les chinois se trouvent aussi contestés.

On se dit cependant qu’un régime démocratique, qui n’a rien à cacher ( !!), qui a une tradition administrative solide, et qui collecte toute l’année des données intéressant l’épidémiologie, doit se trouver mieux équipé pour exploiter des sources plus fiables. Or, aucune des procédures ne résiste à l’examen.

Continuer la lecture

Propagation et panique boursière

capture-d-e-cran-2020-03-23-a-21-03-50

Le cas des paniques boursières est l’un des préférés de tous ceux qui travaillent sur les phénomènes de foules, de croyances, de contagion… et de biais cognitifs. C’est comme cela que les traite notamment Bronner, restant ainsi dans son couloir des déterminants cognitifs des comportements sans se laisser déstabiliser par la puissance propre du phénomène qui semble pourtant emporter tout esprit de décision chez les acteurs. Car c’est là le problème, continuer à attribuer des paramètres de décision avec ou sans biais cognitifs à des comportements qui relèvent en fait d’un autre agent qui nous fait agir, en l’occurrence le comportement de nos voisins, et dans ce cas des autres investisseurs. Je distinguerai ici les paniques boursières des paniques bancaires, celles qui affectent les consommateurs qui craignent de ne plus pouvoir accéder à leurs économies comme ce fut le cas durant cette décennie à Chypre, en Grèce ou en Argentine (au moins). La panique boursière est déjà là pour le coronavirus (voir l’article de Martine Orange dans Médiapart) mais pas la panique bancaire ( qui peut très bien arriver en cas de crise majeure de liquidités et de crash de certaines grosses entreprises qu’on ne nationaliserait pas par exemple, ce qui entrainerait la perte de confiance de tous les acteurs). Le crash financier actuel n’est plus du même ordre que celui de 2000 sur les valeurs internet ou de celui de 2008 à partir des subprimes. Ces deux crash étaient directement issus de l’emballement classique d’une finance spéculative alors que celui que nous vivons a été provoqué par un événement extérieur à la sphère financière, qui malgré tout était très fragilisée par des niveaux de valorisation reconnus comme intenables et injustifiés même par les spéculateurs et par un endettement massif à tous les étages sans rentabilité intrinsèque comme repère. Mais au fond, c’est le régime ordinaire de toute l’économie contemporaine : la vie à crédit et la spéculation sur tout en anticipant les positions des autres, sans intérêt pour de quelconques « fondamentaux ». Dès lors, une panique boursière contemporaine est en fait un état normal d’un processus constant de contagion et d’imitation. Si tout cela dérape de temps en temps, ce n’est pas par erreur ni par hasard, mais par effet de système. Dès lors la question des biais cognitifs n’est plus très intéressante car ce sont les mécanismes permanents de contagion qu’il faut déchiffrer, comme le font très bien Orléan ou Jorion.

Continuer la lecture

La compétition des propagations: virus, mèmes et bonnes pratiques

Résultat de recherche d'images pour "argentine rendons virale la responsabilité"

Cette superbe initiative de la presse argentine nous donne une bonne idée de la façon dont les médias de masse peuvent aussi produire des mèmes et entrainer des effets de propagation forts contre les autres propagations. Car la compétition fait rage entre les différentes entités qui veulent occuper notre attention d’une part et notre corps d’autre part. C’est le thème de l’article que je publie dans The Conversation ce jour

https://theconversation.com/virus-memes-et-bonnes-pratiques-la-competition-des-propagations-133841

J’y ajoute ces quelques remarques qui auraient été trop longues à discuter dans l’article.

Continuer la lecture

L’art de percer les enveloppes : viralité et protection

La question de l’immunité est posée comme capacité des entités vivantes à « faire enveloppe » d’une certaine façon, en reprenant une thématique proche de celle de Sloterdijk. Le virus, lui, se distingue par sa capacité à percer les enveloppes de ses véhicules et à s’installer ainsi dans les organismes. Dans tous les cas, quand je parlerai ici d’enveloppe, cela n’aura rien à voir avec une forme de clôture ou de bunkerisation mais cela se situera dans un cadre immunologique avec des circulations, des filtrages et donc une forme d’ouverture vitale et non de fermeture, cela étant dit pour éviter les malentendus sur le terme. Mais la capacité d’un organisme à faire enveloppe est une étape constitutive du vivant (et du social) et selon les propriétés de l’enveloppe et donc du système immunitaire, certains filtres seront actionnés ou non. Mes travaux sur les propagations/ réplications peuvent paraitre totalement éloignés de ces questions puisqu’après tout, il s’agit alors de suivre la contagion d’un même sur internet, d’un trait culturel dans l’évolutionnisme culturel, d’un message dans une crise, etc. et de s’intéresser avant tout à la courbe, c’est-à-dire au cumul des réplications.

Continuer la lecture

La question de l’origine des propagations est-elle importante? Foi et virus

Résultat de recherche d'images pour "église évangélique de mulhouse"

Les modélisations de type structures sociales sont toujours obsédées par la totalité , le « tout », l’exhaustivité en termes de données, les catégorisations et leurs frontières ainsi que les clusters que la data science permet de produire. On valide des frontières, par des méthodes de calcul de similarité, exactement comme le sens commun sélectionne certains traits perçus pour faire des stéréotypes. Je traiterai ce point, important aussi pour les propagations, une autre fois, y compris sur le plan de la stratégie de confinement, pour produire des isolats. Ce qui m’intéresse ici, c’est la thématique du patient zéro et la quête sans fin de l’origine. Car lorsqu’on part du point de vue des propagations, comme elles sont dynamiques, les structures, les frontières, la totalité , tout cela a beaucoup moins d’importance et de fiabilité car on ne sait jamais quand on arrivera « au bout » de la population totale en cours de constitution permanente (d’où l’angoisse des résurgences pour cette épidémie), ou on ne le saura que seulement très longtemps après. En revanche la question de l’origine semble importante. Je voudrais signaler d’abord que l’origine et la totalité sont la matrice de tous les mythes comme l’ont très bien tous les anthropologues : produire du nous, c’est produire une origine (d’où venons-nous ? un mythe fondateur) et une totalité (combien sommes-nous ? quelles sont nos différences avec les autres ? un principe politique mis en récit). D’emblée, il faut donc dire qu’il s’agit de récits et que la quête de l’origine est sans cesse reprise et révisée. Mais du point de vue épidémiologique, elle peut avoir des conséquences, notamment quand il s’agit comme ici du moment de passage d’un animal à un humain. Mais on voit bien qu’une fois le pangolin identifié, on doit remonter jusqu’aux chauve-souris, ce qui était déjà connu dans un autre récit d’une origine du SRAS-1.

Continuer la lecture

Comment bloquer la viralité d’un virologue?

EDIT: Ce billet a été écrit au début de la renommée publique de Raoult et avait une approche plutôt ouverte à son idée de médicament repositionné pour soigner le début des crises Covid-19.Il a fait l’objet de plusieurs révisions et je dois aujourd’hui admettre que la controverse sur le sujet de la chloroquine est devenue toxique pour toute l’activité scientifique, à la fois à cause des fausses infos et fausses données de revues pourtant légitimes (comme The Lancet) et à cause de l’attitude arrogante et des propos sans précaution et sans souci de validation scientifique de Raoult. Le mal fait à la crédibilité des scientifiques est considérable alors que Raoult avait de quoi tranquillement questionner l’establishment et modestement faire son travail de  médecin. Mais l’arrogance des pontes des institutions scientifiques médicales dont il fait partie disqualifie complètement sa critique contre d’autres pontes tout aussi arrogants. Science et crise ne semblent pas faire bon ménage mais au moins, nous aurons appris dans quelle impasse nous conduisent les politiques scientifiques ( institutions, publications, ranking, ) actuelles.

Pourquoi ce personnage est-il sympathique pour les sujets qui nous concernent?

1- Il est anticonformiste et pourtant résiste à la pression mais on voit bien qu’on tente de bloquer sa propre viralité ( et donc sa notoriété). N’oublions pas que tout cela est avant tout et toujours en science aussi affaire de réputation.

EDIT: il faudra faire une histoire spécifique de cette controverse qui a été lancée notamment par le succès de sa vidéo sur YouTube (fin de partie!) mais aussi par le classement immédiat par le Monde puis par le ministère de la santé en fake news (vite retirée le lendemain), ce qui a suffi à lui assurer une antilégitimité de bon aloi chez tous les complotistes ou altnews. Le débat porte dès lors moins sur son projet que sur ses méthodes de communication (sans réelle comparaison avec la force de frappe des institutions normatives par ailleurs, omniprésentes sur les plateaux par ailleurs).

2. il prône une approche très low tech de l’innovation qui consiste d’abord à voir si ce que l’on a en magasin pourrait marcher. Et lui a trouvé que la chloroquine plus un antibiotique traitaient 90% des cas, ce qui n’est pas si mal quand même, et tout cela est disponible puisque même Sanofi vient d’en proposer 300000 doses. On sait qu’une innovation simple ou déjà appuyée sur des connaissances antérieures est plus facile à diffuser.

EDIT: cela dit les critiques sur la méthode sont tout à fait justifiées sur le principe, même s’il a appelé aussitôt à étendre les tests pour obtenir une validation réelle.

3. Il a écrit un livre que je n’ai pas lu “Mieux vaut guérir que prédire” dont le seul titre me réjouit et devrait servir de prophyllactique contre la propagation des promesses abusives d’IA en matière de santé notamment. Les data scientists au service de l’art du soin, ça nous changerait. Et surtout on verrait que la data science n’a pas grand chose de plus scientifique que la médecine, c’est avant tout un art d’assembler des données et des connaissances de type scientifique pour résoudre un problème précis ( mais dans la phrase il y a “résoudre”).

Mais qui est le professeur Raoult, possible vainqueur du Coronavirus ?

Le temps des propagations

 

la page de réponse de Google images à la requête propagation le 21 mars 2020

Il serait quand même étonnant que les sciences sociales de troisième génération restent muettes sur la catastrophe sanitaire majeure depuis un siècle, l’épidémie de Covid-19. Je commence donc ce jour une chronique aléatoire et exploratoire à partir de ma lecture de la presse sur ce qui nous permet de connecter le coronavirus et les sciences sociales des réplications. Trop facile me direz vous, ça va de soi! Précisément, là est le piège car il ne faudrait pas se contenter de filer la métaphore, d’importer des modèles d’épidémiologie ou sous prétexte de penser l’épidémie de continuer à adopter les mêmes méthodes ( qui sont par ailleurs tout-à-fait légitimes). Mais après tout, “que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe?” Profitons donc de cette assignation à un gite pour songer et penser ce qui se passe et se dit avec la grille d’analyse des propagations et des réplications. Et tant pis si cela part dans tous les sens, cela permettra au moins d’avoir du matériel pour après! Les contributions sont les bienvenues évidemment!

L’histoire de la machine à réplications: le bouton Retweet

Un texte de 2019 sur l’histoire du bouton Retweet, qui date de fin 2009, à la fois dans le style  “média studies” et “études des infrastructures”. Un moment clé de basculement vers le design de l’attention qui favorise la réplication à haute fréquence.

Johannes Paßmann. “Less Mutable, More Mobile: The Role of Twitter Apps in the History of the Retweet Button.” Computational Culture 7 (21st October 2019).

http://computationalculture.net/less-mutable-more-mobile-the-role-of-twitter-apps-in-the-history-of-the-retweet-button/.

Voici l’introduction

Twitter is not only a platform for the circulation of all kinds of messages; it is simultaneously an interface that makes this very activity explicitly visible. It is a highly reflexive infrastructure, as it automatically produces dynamic accounts of its infrastructural activity. I assume that these accounts are in no way a secondary, ex-post addition or a neutral formalization of that activity but rather a defining condition thereof: Twitter’s infrastructural reflexivity is a key driver for both, its everyday practices and its history. In what follows, I will make an attempt to unfold a history of one crucial strand of Twitter’s development as a reflexive infrastructure: The stabilization of retweeting before the company Twitter introduced a retweet button in November 2009.
This history first tries to understand the popularization of distribution practices such as writing ‘RT @username’ at the beginning of a retweeted tweet: How is it possible, that unconnected, manual activities turn into a stable practice? From a praxeological perspective, this calls for an explanation as ‘practices are not only recurrent patterns of action (level of production) but also recurrent patterns of socially sustained action (production and reproduction).’ 1. I argue that central actors for the socialization of retweeting, i.e. rendering retweeting a collective practice, were apps, as they were able to formalize procedures on a medium scale. 2
Second, it will try to outline, how this has been turned into a unit called ‘the retweet’, i.e., a social medium that can be given, received, collected and counted. Unitization is thus understood as a special kind of formalization. A result of this unitization is that retweeting as an infrastructural activity is made reflexive. I will demonstrate that although it is possible to show how and by whom retweet counters were introduced before November 2009, it is impossible to assign this crucial step in Twitter’s history to a single ‘inventor’. Rather, it is precisely the quest for an inventor that makes evident, how the development of this social medium dissolves into a long ‘chain of translations,’ where transformation occurs, because old technologies and practices are translated into a new context. 3
Third this history of early retweeting has to be complicated further: These formalizations and unitizations are accompanied and yielded at the same time by their narrativization. Counters and their interfaces in apps and similar services did not only spread and stabilize technologies and practices of retweeting; they also spread a description of Twitter as a powerful circulation machine, one that includes many different voices and brings a participatory, always-counted crowd to the fore, a crowd that is supposed to be somewhat more heterarchical than the old media institutions. In other words, the history of the retweet is also a history of its own historiography, or rather, its ‘media biography’.4
This observation holds true for the descriptions and accounts produced by counters as well as for the media coverage of the social media platform. This coverage has contributed to the platform’s rise as a global infrastructure by displaying it as such: Twitter’s growth also rests upon spectacular, globally spread stories, whose core is their distribution activity, their countability and, often as a result, the presumably increasing power of individuals and the decline of institutions. I will start with a perspective on Twitter’s narrativization in early 2009, before the introduction of the retweet button was announced. This will not only show what powerful narratives about Twitter looked like and how they contributed to Twitter’s popularization. It will also demonstrate the inseparability of formalization, unitization and narrativization by outlining, through which formalizations retweets have become objects of the narrative.

Quand les slogans agissent, un livre de Zoé Carle

Une recension dans Médiapart d’un livre qui doit être passionnant et qui montre le pouvoir d’agir des slogans, à partir de la révolution égyptienne, avec un travail détaillé sur leurs propriétés.

carle-5 Poétique du slogan révolutionnaire,
Presses Sorbonne Nouvelle
,
330 pages, 25 €

Elle ne semble pas suivre en détail la propagation mémétique de ces slogans  notamment en ligne mais elle suit cependant leur évolution.

“Une fois le slogan reconnu comme forme autonome, il est possible de suivre la biographie de chacun : de sa naissance (son élaboration) à sa disparition ou à sa mise en archives. Considéré comme des objets vivants, agissants, les slogans des Égyptiens en 2012, mais aussi ceux des indépendantistes corses, des contestataires des années 1968 en France ou au Mexique, se nourrissent de différentes rhétoriques (humour, tragique…) pour, dans le meilleur des cas, devenir signes. C’est alors que le slogan circule, est repris, enregistré et patrimonialisé.”

 

A course on propagation issues at Sciences Po

(english version below)

Depuis Septembre 2019, Dominique Boullier donne un cours (en anglais) à l’Ecole des Affaires Publiques sur les théories de la propagation en particulier numérique mais aussi dans les situations d’événements publics. Le moment ne pouvait pas être mieux choisi alors que de nombreux pays dans le monde sont le théâtre de manifestations monstres et durables avec une activité en ligne tout aussi puissante.

Les étudiants de toutes nationalités viennent de rendre leurs travaux et c’est tout-à-fait passionnant (avec l’aide de Linkfluence pour la collecte de certaines traces). Les sujets de cette année sont les suivants (si vous êtes intéressés vous pouvez prendre contact pour obtenir, après accord des étudiants, leurs travaux ou au moins les références qu’ils ont collectées)

#Metoo; Christchurch; BlueForSudan; Amazon fires; Pepe the Frog; Yellow Vests and police violence; Fyre festival; Trump and Twitter.

Le groupe qui a travaillé sur Pepe the Frog a comparé la mutation du mème “Pepe The Frog” depuis la culture des cartoons vers celle de l’alt-right pro-Trump aux manifestants de Hong Kong, mutation totalement opposée sur le plan des significations politiques. Cette histoire passionnante avait été étudié en partie lors du transfert du PepetheFrog à l’internet chinois dans ce texte d’un blog assez stimulant.

The social life of sad frogs, or: Pepe goes to China

 

English version

Since September 2019, Dominique Boullier has been teaching a course (in English) at the School of Public Affairs at Sciences Po on the theories of propagation, particularly on digital networks but also in public events situations. The timing couldn’t be better, as many countries around the world are hosting large and durable demonstrations with an equally powerful online activity.

Students of all nationalities have just submitted their work and it is quite exciting (with the help of Linkfluence for the collection of some traces). This year’s topics are as follows (if you are interested you can contact us to obtain, after agreement with the students, their work or at least the references they have collected).

#Metoo; Christchurch; BlueForSudan; Amazon fires; Pepe the Frog; Yellow Vests and police violence; Fyre festival; Trump and Twitter.

The group that worked on Pepe the Frog compared the mutation of the meme “Pepe The Frog” from cartoon culture to alt-right pro-Trump culture to Hong Kong demonstrators, a totally opposite mutation in terms of political meaning. This fascinating story had been partly studied during the transfer of the PepetheFrog to the Chinese Internet in this text from a rather stimulating blog.

The social life of sad frogs, or: Pepe goes to China