Propagations et épigénétique

J’utilise abondamment la théorie de l’évolution dans ma théorie des propagations, mais j’insiste aussi pour ne pas la confondre ni avec celle de Spencer et sa théorie sociale de la compétition à tous les étages, ni avec celle de Lamarck sur l’hérédité des caractères acquis et sa vision finaliste de l’évolution alors que le hasard reste le principe de base des variations avant leur sélection. Cependant j’indique aussi que la synthèse réalisée dans la première moitié du XXe siècle avec l’hérédité telle que Mendel la voyait constitue le cadre contemporain le plus pertinent pour penser l’évolution et notamment l’évolution culturelle à partir d’une vision élémentariste basée sur les composants du gène. Cela permet de faire le lien avec la mémétique, sans pour autant adopter les théories biologiques de Dawkins, désormais largement revues. J’indique aussi dans le livre, les pistes offertes par l’épigénétique qui permet de reprendre la question de l’hérédité des caractères acquis, ce qui semble désormais validé à certaines conditions. Tout cela permettrait d’ailleurs d’appuyer l’évolutionnisme culturel qui fait l’objet d’un chapitre mais aussi de rééquilibrer la part de l’héritage dans les comportements sociaux pour prendre en compte la part du voisinage.

Or, je viens de lire un excellent compte-rendu d’un livre

https://planet-vie.ens.fr/thematiques/evolution/mecanismes-theories-et-concepts-de-l-evolution/vers-un-remaniement-de-la

de Etienne Danchin, intitulé “La synthèse inclusive de l’évolution. L’hérédité au-delà du gène égoïste, (Actes Sud, 2022)

https://www.actes-sud.fr/la-synthese-inclusive-de-levolution

Le compte-rendu très bien fait, permet de comprendre l’argument du livre qui met en évidence les derniers travaux sur le rôle de l’épigénétique (les modifications héritables de l’ADN sous l’effet de facteurs externes) et d’autres processus de transmission. Tout ça semble passionnant et très utile pour une théorie sociale des propagations. J’y reviendrai quand je l’aurai lu mais le débat en biologie devrait nous inspirer grandement en sciences sociales notamment lorsqu’on parle de synthèse intégrative, ce que finalement j’essaie de faire avec les trois points de vue des sciences sociales ( et non de réduire tout à un point de vue sous couvert de fondamentaux).



Citer ce billet
Dominique Boullier (2024, 10 mai). Propagations et épigénétique. SHS 3G. Consulté le 17 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11now

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.