Le pluralisme en sciences sociales vu par Jany-Catrice et Orléan face au manuel L’économie

Un peu par hasard, je retrouve ce texte de Jany-Catrice et de Orléan dans “la vie des idées” de 2018, qui commentent la mise en ligne du manuel L’économie, par le collectif Core. Tout l’article est intéressant (il est ici). Mais ce qui m’intéresse et que j’aurais dû relire avant de publier mon livre sur “Propagations”, c’est qu’il propose un débat sur le pluralisme en sciences sociales. Les tenants du manuel proposent un “pluralisme d’intégration”, où l’on prend ce qui est bon dans chaque point de vue, et ils s’opposent ainsi à la tradition néo-classique actuellement dominante en rejetant des mythes comme l’équilibre général. Mais ils s’opposent aussi à ce qu’ils appellent un “pluralisme de juxtaposition” qui présenterait tous les points de vue, sans chercher à les intégrer. Mais Jany-Catrice et Orléan répondent à cette proposition en indiquant qu’il ne s’agit pas pour eux ( et avec eux pour tous les économistes atterrés) de se contenter de juxtaposer les points de vue dans un relativisme qui réjouirait tout le monde. Ils soutiennent que la controverse entre ces points de vue doit faire le cœur de la pédagogie ( et non seulement un évitement de la théorie en sélectionnant ce qui est bon pour certains cas et pas pour d’autres). Le débat est en effet un élément constitutif des sciences sociales, mais des sciences en général lorsqu’elles ne se prétendent pas scientistes. Or le manuel “L’économie” continue à procéder de façon scientiste en évitant d’entrer dans les controverses.

Cela concerne directement ce que je propose à la fin de mon ouvrage sur les propagations, puisqu’il s’agit pour moi de proposer un nouveau paradigme ( et ce que dit Orléan dans ses travaux sur la valeur fait totalement partie du chapitre sur “la valeur se propage”). Le pluralisme que je défends n’est ni relativiste ni intégratif mais il n’est pas non plus purement orienté par la controverse. Car il est beaucoup plus nominaliste car appuyé sur les travaux de STS sur la quantification et son histoire. Mon propos est de soutenir que nous ne pensons qu’avec nos dispositifs techniques et méthodiques qui ne peuvent nous faire accéder qu’à un certain point de vue sur le monde. En l’occurrence sur ce qui agit dans le monde social, soit les structures, soit les préférences individuelles ( ce point de vue privilégié par les économistes) soit les propagations. Mais aucun des trois n’est faux s’il sait fixer les limites de validité de son énoncé, ce qui est rarement le cas puisque tout le monde prétend tout expliquer avec un seul point de vue. C’est un pluralisme perspectiviste comme je le dis dans la conclusion (trop brièvement, certes, mais c’est un métadiscours un peu lourd quand même). Les controverses naissent certes de positions politiques clairement conflictuelles et qui refusent ou acceptent le cadre de pensée de départ (le capitalisme, dépassable ou indépassable) mais aussi des dispositifs d’accès aux données et des formats de connaissance construits pour valider ces différentes positions et leur donner de la robustesse. Or, les méthodes numériques permettent désormais de traiter un nouveau paradigme, les propagations, et cela converge avec tout un pan des travaux des économistes, qui jusqu’ici avaient tendance à se recaler dans les rails classiques ou dans une opposition standard. La finance  numérisée, par sa dévoration de tout le capitalisme, a changé la donne, car c’est une économie de la propagation des réputations qu’elle a mis en place.

Ci dessous, on trouvera la partie du texte qui fait référence au pluralisme (cliquer sur page 2)

 



Citer ce billet
Dominique Boullier (2023, 31 juillet). Le pluralisme en sciences sociales vu par Jany-Catrice et Orléan face au manuel L’économie. SHS 3G. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u5jr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.