Deux cas de propagation : où la propagande n’est pas là où l’on croit

Un cas d’école de propagande (qui est un type de propagation intentionnelle et stratégique), avec mensonges et fake news à volonté de la part d’un ministre, mais qui a des effets de propagation au point d’aboutir à l’incendie de l’office français de la biodiversité à Brest. La désignation par le ministre d’un bouc-émissaire tout trouvé, l’Europe, l’appui à cette manœuvre du comité des pêches contrôlé par la pêche industrielle et justement mis en cause par les artisans pêcheurs, et une pluie de mensonges du ministre bien listés par Bloom (pas d’obligation mais des recommandations par exemple) et la propagande se transforme en propagation classique avec contagion de la colère et des manifestations de plus en plus violentes, par les artisans pêcheurs qui se sont fait avoir dans l’opération (puisque les zones de protection de pêche ne leur interdiraient rien à eux mais seulement aux gros chalutiers). Jusqu’à l’incendie, quasiment passé sous silence par le gouvernement en lutte contre les terroristes écolos par ailleurs. Et là miracle, victoire déclarée par le ministre et arrêt de la mobilisation par le comité des pêches, alors qu’aucune menace n’était réelle.

L’article de Bloom est très précis sur la question

Une autre histoire de propagations aura des conséquences bien plus graves puisque l’engrenage qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty permet de comprendre comment un mensonge (là encore) repris par le père de la jeune fille se trouve amplifié par des influenceurs et devient viral sur les réseaux sociaux, au point d’attirer l’attention du tueur, lui-même encouragé par des pairs. Le contenu de l’appel du père à virer Samuel Paty de l’Education Nationale s’est propagé et a agi, en écho bien sûr aux caricatures de Charlie de 2015 qui se sont trouvées ainsi à nouveau répliquées et devenir agissantes à des années de distance.

La chronique détaillée de ce processus de propagation est particulièrement éclairant dans le Monde du 8 Avril.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2023/04/07/attentat-contre-samuel-paty-le-parquet-requiert-un-proces-pour-quatorze-personnes-et-retrace-la-chronique-d-une-mise-a-mort_6168669_3224.html




Citer ce billet
Dominique Boullier (2023, 8 avril). Deux cas de propagation : où la propagande n’est pas là où l’on croit. SHS 3G. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u5jo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.