Une journée dans le monde de la première génération: lorsque les structures sociales devraient tout expliquer

Séminaire 1

Antoine Roger était invité au premier séminaire du CEE sur les transformations du capitalisme et il affiche d’emblée son programme de recherche comme prioritaire sur les terrains empiriques qu’il décrit. Les choses sont ainsi claires : son travail vise à produire une économie politique structurale qui rende compte de la reproduction élargie du capitalisme (non un simple principe d’accumulation mais un principe perpétuel qui explique sa capacité à se regénérer sans cesse). Pour cela, il travaille avec le concept de champs de Bourdieu (son livre : Le capitalisme à travers champs. Etudier les structures politiques de l’accumulation, éditions le bord de l’eau). Il a successivement traité de l’industrie vinicole, de l’industrie du transport maritime, et du capitalisme agricole en Roumanie. Il s’appuie sur l’idée Ellen Merkins Wood qui montre comment le capitalisme introduit une rupture avec les modes d’accumulation précédents en installant ce que Marx appelait « la contrainte muette des relations économiques », qui suppose une séparation conceptuelle entre forces économiques et forces politiques, pour dépolitiser l’économie. Comme on le voit, on travaille à grosses mailles, en termes d’échelle, d’histoire et de concepts. Mais introduire la piste de « la contrainte muette » indique qu’il va falloir rendre compte des leviers, des médiations de cette contrainte qui s’exerce sans mot d’ordre quasiment mais qui s’impose aux acteurs. C’est en effet toujours le problème des explications par la force de la structure sociale (Marx, Durkheim ou Bourdieu), il faut rendre compte de ses canaux, de ses moyens de… propagation (!!) de cette force, de ces contraintes qui parviennent à s’imposer aux individus. On s’attend donc à une description fine de ces médiations, de ces canaux car après tout, je suis prêt à accepter l’idée de cette dépolitisation de l’économie, grosse explication mais stimulante et déjà documentée par Polanyi qui s’est intéressé à certaines médiations pendant le XIXeme siècle qui ont institué l’économie comme monde désencastré du social (Roger n’est pas totalement d’accord avec Polanyi d’ailleurs).

Son entrée a priori par la théorie des champs de Bourdieu doit lui permettre d’être plus précis sur les différences entre le champ économique et le champ politique ou le champ bureaucratique, et l’on pourrait penser que cela va influer sur la qualité de la description des médiations et leur comparaison. Les champs chez Bourdieu sont à la fois des champs de forces et des champs de luttes dans un espace d’affrontement délimité. Au sein de ces champs, le pouvoir symbolique est objet de luttes, et ce pouvoir dans les termes de Bourdieu est « quasi magique » reposant sur une énonciation qui vise à faire voir et à faire croire pour imposer une hiérarchie des positions. Pourquoi pas en effet, à condition de faire le travail de démontage de ce pouvoir magique en prenant le temps de décrire ce qui le fait tenir, ses variations, à travers ses institutions, ses conventions, ses objets, ses personnes, ses mots, etc. Mais étonnamment, le souci n’est pas tant cette précision et cette comparaison pour pouvoir valider ces concepts, mais un souci de raffinement terminologique et conceptuel qui conduit par exemple Roger à employer le terme « champ entrepreneurial » au lieu de « champ économique », qui risquerait de créer une confusion avec la distinction conceptuelle citée auparavant. Il existe ainsi un problème de définition du concept de champ qui pose constamment problème, puisque l’auteur lorsqu’il entre dans la description de son terrain sur le capitalisme agricole roumain, n’hésite pas à parler de champ de la sociologie rurale, de l’agronomie, de l’économie agricole, ce que d’autres qualifieront de sous-champs. Le principe des tensions, des conflits, des forces et des luttes doit ainsi trouver nécessairement un « tout », pour qu’on puisse lui trouver des règles empiriques observables, ce qui conduit à découper le monde social en « champs », en entrant ainsi dans un débat sans fin sur la pertinence de ces frontières, pour déterminer s’il s’agit d’un sous-champ, d’un champ restreint, voire d’un secteur. L’auteur se focalise sur les champs scientifiques, économiques et bureaucratiques mais leur justification peut aisément être remise en cause au moment des observations empiriques. De même il indique aussi dans son livre que les logiques de champ ne s’appliquaient pas dans l’agriculture durant le communisme, ce qui pose problème sur le plan théorique : « les trajectoires historiques observées entre 1921 et 1990 ne permettent pas d’organiser une agriculture capitaliste à l’échelle nationale et ne donnent pas encore à voir des effets de champ ». La genèse de ces champs serait donc dépendante d’une autre mutation … politique ?  

En réalité, ce sont avant tout des contraintes et des limites de la description qui font s’arrêter à un moment pour définir ces « touts », et ce ne serait pas un problème si cela n’orientait pas toute la description (car on peut descendre sans fin dans la finesse des champs pour décrire d’autres particularités de conflits, de forces et de luttes à des échelles très différentes). Les luttes au sein d’une partie de la profession de la sociologie rurale doivent elles entrainer la définition d’un nouveau champ ou sous-champ ? On notera dans l’autre sens que l’auteur traite avant tout de champs nationaux et que cela pose problème dans une grande partie des domaines de l’activité sociale contemporaine globalisée. Bourdieu n’avait peut-être pas encore ce problème mais ses travaux sont nécessairement emprunts de « nationalisme méthodologique » selon le terme de Ulrich Beck et de Saskia Sassen, en grande partie parce que les données sources sont nationales, celles des registres, des recensements et des statistiques nationales, ce qui cadre immédiatement la définition même d’un problème, comme je le montre dans « Propagations ».

C’est pourquoi d’ailleurs il est aussitôt question de « combinaison de champs », chez Bourdieu lui-même, avec des combinaisons spécifiques de capitaux selon les formules, avec même un taux de change de capital, par exemple d’un capital économique en capital bureaucratique. Mieux même, il existe des correspondances non voulues entre champs, Bourdieu parle de « coïncidences » (2012), concept qui permet de récupérer une partie de l’aléa qui résiste bien à tous les déterminismes. A une époque donnée, des luttes spécifiques à un champ vont interagir avec d’autres luttes dans d’autres champs et produire une interférence, comme ce fut le cas en Mai 68. Elément intéressant : un mouvement social massif ne peut s’expliquer par la théorie des champs, mais seulement par l’aléa de la correspondance entre tensions dans plusieurs champs. L’événement est irréductible à ces modèles et c’est déjà beaucoup de l’admettre, mon travail étant précisément de prendre au sérieux les modes de contagion entre champs si j’essaie de transposer les propagations dans cet univers conceptuel. Mais cet excursus vers l’événement doit être refermé rapidement car cela fait entrer dans un relativisme non déterministe qui sape les fondements de l’approche par les champs.

Antoine Roger a donc réalisé un travail de recherche spécifique sur l’agriculture roumaine et l’émergence de son capitalisme agricole. Ce qui est compliqué à réaliser puisqu’il doit alors prendre en compte le capital hérité par certains acteurs du communisme qui doit se combiner avec d’autres capitaux pour advenir comme capitalisme agricole moderne. La théorie des champs est clairement peu équipée pour analyser ce qui émerge, ce qui va constituer un champ nouveau, puisqu’elle cherche avant toute chose la structure alors que pour rendre compte de cette émergence, il lui faut accepter l’aléa et toutes les composantes élémentaires qui vont s’assembler petit à petit pour faire tenir ce que l’auteur doit trouver au bout du compte : un champ (qui en fait n’est pas reconnu comme tel par les acteurs, rappelons-le). Mais l’observation est pourtant intéressante quand elle porte sur des espaces et événements spécifiques où va se négocier la hiérarchie des parties prenantes, comme dans les salons agricoles, où chacun doit s’afficher en mettant en avant ses qualités propres face aux autres possibles. La lutte en question, loin d’être une abstraction ou un ressort conceptuel, doit pouvoir alors s’observer dans la stratégie sémiotique employée, dans l’occupation des stands, dans les supports de communication, qui doivent avoir chacun leur potentiel de conviction, c’est-à-dire de propagation dans les esprits des participants. De même, la convergence recherchée sur des indicateurs est une lutte pour faire tenir une convention qui introduit clairement à ce que l’auteur appelle la séparation conceptuelle entre politique et économique (puisqu’il s’agit plus ainsi de quantification, de science et non de politique). La construction de ces indicateurs constitue ainsi une médiation passionnante qui a sa puissance d’agir propre. Mais cet approche-là n’est en fait pas conforme au point de vue choisi et c’est moi qui la mets en valeur.

Pourtant, la présentation du champ de lutte prend l’aspect d’une cartographie de controverses ou de justifications entre grandeurs (qui ne sont pas mobilisées ici) visualisés en carré sémiotique ou quadrants analogues à ma boussole cosmopolitique: les uns sont accusés de provincialisme, les autres de technocratie, d’autres encore de fragmentaires (ou en fait de défenseurs de l’agriculture parcellaire traditionnelle) et enfin les derniers de hors-sol, fonctionnaires de l’asphalte. Intéressant travail sur les termes, qui justifierait un travail spécifique d’analyse lexicale car ce qui fait tenir ces champs et ces luttes de position au sein des champs, ce sont aussi les potentiels de propagation et de conviction de certains labels, plus ou moins bien formés et qui vont disparaitre ou au contraire être repris par tous au-delà de l’intention initiale. Mais cette critique est une critique depuis le point de vue de la troisième génération, depuis le point de vue des propagations, alors que j’ai annoncé me focaliser sur les critiques internes à la première génération. Sur ce plan, le problème vient avant tout de la nécessité de produire un compte-rendu qui fasse voir la dimension structurale de cette économie politique, qui rende compte des rapports de force, et donc qui quantifie tout cela. Il ne suffit pas de proposer un cadre d’interprétation qui fonctionne rhétoriquement parce qu’il s’appuie sur des types ancrés dans des classifications dont les labels sont le principal argument (qui est très parlant d’ailleurs) car cette approche entrainerait un travail sur les entités qui circulent comme ces labels, comme ces énonciations qu’on peut suivre empiriquement. Non, si l’on est cohérent avec une prétention structurale, il faut fournir les éléments de comparaison entre forces en présence, par leur nombre, leur distribution, leur évolution, pour rendre compte à partir des registres existants de l’émergence d’un champ, voire d’une combinaison de champs. Il faudra aussi mettre à l’épreuve ces résultats pour se débarrasser d’autres variables, qui pourraient entrainer vers une approche plus locale, conjoncturelle, ou plus centrée sur le rôle de certains acteurs et certaines stratégies individuelles (ce que deviendrait une approche par les préférences individuelles de seconde génération). Il restera enfin à montrer comment ce travail sur la légitimité spécifique à chaque champ peut contribuer à une théorie générale de la construction nouvelle des légitimités du capitalisme, certes, mais au moins, les cas empiriques traités auront été documentés. Il se peut que l’auteur fasse ce travail dans certaines publications mais je n’en ai pas connaissance.

Ce que je veux pointer ici, c’est seulement comment un cadre théorique a priori structural produit des obligations méthodologiques qui entrainent parfois des débats sans fin (les délimitations d’un champ/ sous-champ, etc.) et demandent des ressources empiriques spécifiques (quantifier les rapports de force), qui ne peuvent se contenter d’une stylisation des oppositions, qui, elle, relève beaucoup plus de l’énonciation et de la circulation des énoncés. L’écart entre l’ambition théorique (et sa puissance d’explication) et les données disponibles ne peut alors qu’être réduit par un tableau narratif élégant et bien illustré mais on reste sur sa faim.

Séminaire 2

Le même jour (oui, c’est la chance d’être à Sciences Po où l’abondance des séminaires de qualité entraine parfois des dilemmes pour choisir où focaliser son attention), se tenait un séminaire du médialab et de ses partenaires, dans le cadre du projet « De facto ». Plusieurs travaux étaient présentés qui constituent un bon exemple de la mise en œuvre de méthodes issues des analyses structurales, première génération donc, sur des systèmes médiatiques conçus avant tout pour engendrer une viralité très troisième génération, celle des propagations. Mais comme je le dis dans le livre « Propagations », pourquoi ne pas appliquer ces approches du pouvoir des structures sociales dans ce contexte aussi, cela ne me choque même si je pense que l’on manque ainsi ce qui fait la spécificité de ce nouvel âge médiatique.

Présentation 1

Plusieurs intervenants et projets se sont succédé, je vais seulement discuter les points qui m’ont paru illustrer ce difficile alignement entre point de vue/ méthode/ données. Les premiers intervenants (Marie Neihauser et al.) ont cherché à rendre compte des pratiques de partage d’information dans les communautés partisanes de Facebook au moment de la campagne électorale pour les présidentielles de 2022. L’idée dominante consiste à tester l’hypothèse d’une différence entre les partis institués et les partis dits digitaux ou plateformes (comme 5 Stelle, Podemos et LFI, Reconquête et Renaissance en France). L’extraction (permise par FB) des données de 852 pages publiques constitue la base de données initiale. Là encore, comme pour tout le monde, le « plateformisme méthodologique » est quasiment inévitable puisque les chercheurs dépendent de l’ouverture des données acceptées par les plateformes, de leur mise en forme et des API mises à disposition. Ce cadrage socio-technique doit cependant rester en mémoire en permanence pour rappeler les limites de validité de nos énoncés. Les abonnés de ces pages se focalisent sur quelques pages clés officielles des partis traditionnels mais suivent une distribution beaucoup plus vaste lorsqu’ils suivent des pages des partis digitaux. Le volume de publications est aussi beaucoup plus élevé pour ces derniers. La réactivité (dont les partages) est beaucoup plus élevée non plus selon le clivage partis traditionnels/ digitaux mais selon le positionnement extrême droite/ autre car les abonnés à ces pages d’extrême droite sont très actifs comme cela a pu être montré pour les USA par Schradie.

Mais cela soulève un problème de validation du clivage a priori. Comme on le voit, l’hypothèse est fondée sur une causalité structurale où le type de partis se traduit dans les usages d’un réseau numérique, FB (réduit à ses pages publiques). Or, dans ce cas, cela ne fonctionne pas, ce sont des clivages partisans traditionnels qui expliquent un trait essentiel de ces réseaux, la réactivité, qui va entrainer toute la viralité des messages ou non. Cela devrait questionner le point de départ de la catégorisation « partis digitaux » ou obliger à des analyses statistiques qui permettent d’éliminer des variables intermédiaires pour retomber sur les clivages partisans. L’impératif d’identifier des causes structurales est sans pitié sur ce plan, il faut statistiquement montrer que les catégories qui permettent de penser la structure (et qui sont des catégories construites ,nécessairement) sont les variables explicatives ou tout au moins déterminantes et dès lors obliger à discuter la catégorie de départ dès lors que se manifeste une exception aussi significative que celle relevée à propos de la réactivité de l’extrême droite. Mais nous n’en saurons pas plus puisque la remise en cause n’a pas été faite.

L’analyse s’est approfondie sur les lexiques des uns et des autres, les partis traditionnels mobilisant avant tout des termes liés au programme politique alors que les partis digitaux parlent avant tout de coordination de la campagne. Résultat intéressant qui montre en effet que les fonctions des réseaux sociaux peuvent être très différentes comme on l’avait vu avec Tufiekci qui montrait l’intérêt pour la coordination des mouvements sociaux alors qu’ils ne facilitent en rien le débat programmatique : les partis traditionnels semblent ainsi les utiliser plutôt comme des médias classiques centrés sur leurs idées. Là encore, est ce le format des partis qui reste la variable déterminante ou autre chose ? Cela mériterait investigation statistique plus approfondie de façon à pouvoir éventuellement remettre en cause l’idée même que les réseaux sociaux sont une seule et même chose, puisque leurs fonctions sont si différentes. Je veux dire ainsi que lorsque le travail statistique reste aussi élémentaire, il ne peut que devenir positiviste et valider les catégories qu’il a construites a priori alors que même les résultats ainsi obtenus devraient être des occasions de repenser le point de vue adopté (soit un autre clivage, soit l’existence même d’une unité sociologiquement pertinente que seraient les réseaux sociaux). Le choix de la posture structurale tend à confirmer ce qu’on a placé au cœur de sa méthode alors même qu’il pourrait entrainer vers une révision des catégories utilisées ou au mois fixer ses limites de validité.

Présentation 2

Une autre approche par N. Smyrnaios portait sur une population spécifique fortement utilisatrice de Twitter, les journalistes. A partir de 4778 comptes vérifiés (sur 35000 cartes de presse dont 15000 qui mentionnent journalistes dans leurs comptes Twitter) qui ont reçu plus de 10 retweets, l’auteur cherche à dégager la structure de leur réseau, à partir de leur activité (qui cite ou retweete qui ?). Les rédactions se retweetent entre elles, ce qui provoquent des clusters, quasi autoréférentiels pourrait-on dire, ceux de la gauche le font entre eux aussi car le clivage gauche/droite fonctionne clairement, mais il faut y ajouter deux autres clusters moins marqués, l’un sur l’international et l’autre sur la tech, la culture, les médias et les people. Bref, on rend ainsi visibles des structures d’affinité, ce qui est toujours un compromis intéressant lorsqu’on mobilise les graphes, puisqu’on ne part pas d’une structure a priori et subsumée comme agissante mais on descend bien au niveau des individus et de leurs connexions, qui sont autant de préférences, on parle même d’attachements préférentiels pour ces structures de réseaux. C’est pourquoi l’analyse de réseaux en général et les topologies du web en particulier sont traités dans mon livre « Propagations » comme des exemples de tentatives de synthèse entre points de vue, car une carte des acteurs individuels peut se substituer à une structure supposée agissante d’elle-même. Les thématiques abordées sont alors comparées, grâce à Iramuteq (classification hiérarchique descendante, méthode Reinert), que l’on trouve toujours utilisé un peu partout dans les sciences sociales, de même que les analyses factorielles de correspondance, toutes méthodes qui sont typiquement et uniquement françaises. Dans les deux cas, ce sont des modèles issus des travaux de Benzecri qui sont utilisés, il faut le noter. Cela en dit long sur notre socialisation dans des cultures scientifiques plus locales qu’on ne le pense (autre forme du nationalisme méthodologique) et sur la propagation de ces cadres de pensée à travers les méthodes et les formations qui les diffusent dans une population donnée. Or, le Machine Learning permettrait bien d’autres approches elles-mêmes diverses comme les analyses de similarité à l’aide de SVM, et cela notamment pour le NLP.  Avec cette approche, Smyrnaios montre que la campagne électorale a été en quelque sorte éclipsée par la guerre en Ukraine du point de vue des thématiques importantes, ce qui rend dès lors l’approche descriptive moins riche mais qui peut interroger sur la pertinence d’une mobilisation d’un clivage préférentiel droite-gauche pour rendre compte de ces dynamiques internes à la communauté des journalistes.

Présentation 3

Un travail de psychologie sociale fut ensuite présenté dont la construction de l’échantillon m’est apparue très baroque, puisque en raison de leur méthode de recrutement les chercheurs aboutissaient à un échantillon de population d’utilisateurs de réseaux sociaux composé à 70% d’électeurs de gauche (entre autres biais). La chose la plus étonnante, c’est que cela n’a pas empêché les auteurs de continuer à travailler sur des principes d’analyse structurale des attitudes à partir d’un tel échantillon. Il est exact que la contrainte de représentativité est difficile voire impossible à utiliser lorsqu’on traite de populations connectées selon des principes très variés. Mais de là à ne pas tenter (comme le feront de façon nettement plus sérieuse les chercheurs de la présentation suivante) de réduire ces biais, c’est accepter de faire du travail sans signification aucune, depuis le point de vue des analyses structurales (car en propagation, la représentativité n’est plus un problème).

Présentation 4

Enfin, une autre équipe, emmenée par Gilles Bastin, a présenté les travaux préliminaires d’un projet d’envergure plus vaste sur l’exposition à l’information sur les médias sociaux (Feeding bias), là encore pendant la campagne électorale de 2022. L’objectif est clairement annoncé : mobiliser les concepts et méthodes de la sociographie pour analyser les pratiques des réseaux sociaux, à savoir les données sociodémographiques explicatives les plus classiques pour montrer comment les réseaux sociaux reproduisent les rapports sociaux de domination et comment ils le font différemment. On peut être étonné d’un tel questionnement qui semble stéréotypé ou qui parait annoncer des résultats courus d’avance, mais c’est assez significatif des approches en termes de pouvoir d’agir de la structure sociale, qui peuvent être héliportés dans tous les environnements, et parviennent toujours à renforcer leurs propres prémisses. Pourtant, le montage méthodologique est très sophistiqué puisqu’il faut comparer entre médias (à partir de 627 médias qui seront réduits finalement à YoutTube, Twitter, les pages Facebook) et entre utilisateurs selon un échantillon représentatif construit a priori (hors des réseaux sociaux sauf un fait de 273 comptes obtenus en les attirant par une pub en ligne) et qui a donné son accord pour qu’on suive leurs comptes (2018 personnes + 174 étudiants qui ont été recrutés à part). 9 à 10% des personnes contactées ont accepté de voir leur compte suivi ce qui donne une idée du nombre de personnes qu’il faut contacter pour arriver à des échantillons représentatifs. Mais c’est le prix à payer pour récupérer de la représentativité sur des réseaux dont les populations ne sont en rien homothétiques à la diversité d’une population, là encore nationale (voir les remarques précédentes et la réduction intrinsèque que cela entraine pour des dynamiques collectives sur des pages FB par exemple).

Les résultats sont intéressants par les remises en cause qu’ils pourraient ou devraient apporter à l’hypothèse de départ. Les réseaux You Tube et Facebook sont de fait identifiés comme transclasses , tandis que Snapchat et Tik Tok sont aussi transclasses mais pour des générations plus jeunes. Problème donc, si l’on veut parler de domination. Par chance, Twitter, WhatsApp et Linkedin sont clairement marqués comme réseaux sociaux sélectifs et réservés aux classes supérieures (Twitter et Linkedin étant plus professionnels et adoptés par les cadres sup et les diplômés en plus grande proportion). Les différences de genre sont assez marquées puisque les femmes préfèrent plus Facebook et WhatsApp et secondairement Instagram que les hommes.
Le point intéressant cependant réside dans les préférences de réseaux sociaux qui s’avèrent systématiquement plus significatives selon les différences entre générations que selon toutes les autres variables. Voilà un problème méthodologique intéressant : les principes de domination entre générations ne fonctionnent guère, notamment dans ce domaine où les jeunes sont ceux qui introduisent les innovations et qui par effet de distinction générationnelle font en sorte de passer d’un réseau à l’autre, dès lors que l’un est devenu trop ouvert à tous (d’où la course incessante de MySpace en Facebook puis en Snapchat puis en TikTok ou en Twitch etc.). Cette observation issue des résultats de l’enquête analysés très à plat sont très intéressants et confirmés lorsque des questions sont posées sur la fréquence et l’intensité de l’usage (plusieurs réseaux) ou les modes d’accès à l’information (avant tout par les réseaux sociaux ou non). Très intéressants parce que cette variable, l’âge, ne rentre pas dans les grilles simples et classiques des hiérarchies sociales et de la domination. C’est une observation confirmée par toutes les études sur la supposée « fracture numérique » qui est avant tout scolaire et générationnelle (l’une étant dépendante de l’autre le plus souvent). Or, cela dit quelque chose de la socialisation au numérique d’abord. Les auteurs cherchent à établir une notion telle que le capital algorithmique qui permet de réintroduire une différence scolaire radicale dans la compréhension claire ou non des calculs effectués par les plateformes pour présenter les informations. Mais même dans ce cas le plus savant, l’effet générationnel fonctionne encore. Car la socialisation au numérique se fait massivement par les pairs et non par les parents, et elle se fait en ligne, c’est-à-dire non nécessairement par les pairs fréquentés dans son environnement de vie ordinaire. Et cela peut rebattre les cartes des déterminismes en partie. C’est cela qu’il faudrait évaluer spécifiquement.

Or, la situation est similaire pour toute situation où l’âge joue un rôle car ce sont des espaces de proximité, que j’appelle de voisinage qui sont déterminants, mais déterminants sur un mode qui n’est pas celui de la détermination des héritages où l’on peut quasiment anticiper la reproduction de la structure sociale (capital économique et culturel dont scolaire pour reprendre la terminologie de Bourdieu). L’âge perturbe tout cela car ce sont des possibilités et non des déterminations que proposent le voisinage, parce qu’il est régulé par les lois de propagation beaucoup plus aléatoires, comportant des effets de mode et donc de variations nettement plus importantes, effets qui ont encore été amplifiés par les réseaux numériques. On peut dire qu’au contraire cet effet réseau a standardisé les préférences individuelles mais ce seul effet est susceptible d’entrer en conflit avec les héritages et les déterminations classiques pour la sociologie des structures sociales. Il est donc étonnant de ne pas s’arrêter sur ce résultat qui pose des questions sur la validité même de l’hypothèse de départ. Car à travers ces effets de génération, ce ne sont en rien les rapports sociaux de domination qui sont reproduits mais des effets de propagation entre pairs qui permettent précisément de tester le reformatage des conditionnements familiaux hérités. Que cela, in fine, ne produise pas des trajectoires sociales totalement inédites, j’en conviens, mais l’adolescence, notamment, âge de la vie que j’ai traité dans ma thèse, est précisément cet âge des expérimentations d’autres possibles sociaux, fantasmés ou testés réellement, avec l’appui et grâce à la médiation du voisinage des pairs. Ce n’est donc pas un hasard si les théories de l’agentivité de la structure sociale tentent de se débarrasser de cette variable (« la jeunesse n’est qu’un mot » disait Bourdieu) alors que la théorie des propagations la considérera comme un terrain d’étude privilégié. Je n’avais encore jamais fait la connexion entre mes travaux sur les propagations et ceux sur l’adolescence qui datent de l’époque de ma thèse, mais c’est chose faite, avec un effet d’alignement assez étonnant.

Conclusion

Je conclus sur ce point : tous les travaux qui ont été présentés dans cette journée sont ancrés dans des modèles d’explication par le pouvoir d’agir des structures sociales. Soit. Cela dit cependant la difficulté à trouver d’autres points de vue dans le monde de la sociologie. Mais surtout les présentations ont fait apparaitre la difficulté à assumer ce point de vue avec toutes les exigences de validation des énoncés qui devraient relever de ce point de vue, notamment sur le plan statistique. Cela ne porte pas seulement sur les faiblesses des méthodes appliquées à des domaines où elles ne seraient pas les plus pertinentes, mais avant tout au constat que dès lors que des résultats n’entrent pas dans le cadre pré-construit, ils sont ignorés ou minimisés, alors que ce devrait être l’occasion de remettre en question les hypothèses, la méthode de construction des données ou les concepts mobilisés. Il existe pourtant un plaisir infini à accepter de changer son cadrage d’un problème et j’ai souvent fait cela en abusant des articles d’autocritique qui pourtant m’ont fait radicalement avancer (cf. l’article sur Zoomer). J’espère que mes propositions sur les propagations présentées en détail dans l’ouvrage à paraitre (Février 2023 chez Armand Colin) ne seront pas entachées de ce même défaut.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.