Une journée dans le monde de la première génération: lorsque les structures sociales devraient tout expliquer

Par un hasard du calendrier, j’ai assisté ce vendredi 25 Novembre, à deux séminaires la même journée, sur des thèmes totalement différents avec plusieurs intervenants et j’ai été étonné moi-même de la domination écrasante d’un point de vue, celui des structures sociales et de ses conséquences sur les recherches, leur protocole et leur robustesse. Je précise, comme je le fais dans mon livre « Propagations » à paraitre en Février, que cette agentivité des structures est un point de vue qui a eu le temps de construire des savoirs conséquents et reconnus et qu’il ne s’agit pas de faire table rase en inventant ce que j’appelle le point de vue des propagations. Mais si je prône ce pluralisme des points de vue, c’est pour obliger chacun à la cohérence, à la robustesse dans ses protocoles et ses argumentations et non pour s’autoriser des facilités, des inconséquences et des effets tautologiques car ce qui compte, c’est la qualité de la mise à l’épreuve de l’énoncé. Or, ce n’est pas ce que j’ai observé et cela en grande partie parce que l’alignement problème (ou question), objet, collecte des données, validation, interprétation n’a pas été contrôlé. (lire la suite avec le bouton 2)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.