Massacres en série : quand la viralité tue

Certes, rappelons-le, le problème provient bien de la décision d’un individu suprémaciste de perpétrer ce massacre et la profonde crise sociale que cela révèle n’est pas produite par les réseaux sociaux. Cependant, même sur ce point, la propagation des références et des influences au sein de groupes extrémistes est clairement amplifiée par ces plateformes et la propagation des idées et des modèles constitue un des ressorts de l’extension de ces idéologies jusqu’à des individus isolés, impossibles à repérer comme membres actifs d’organisations identifiées comme potentiellement criminelles. Mais cette expression des idées, si elle doit faire l’objet d’une contre-offensive, de mesures éducatives et de mesures légales lorsque c’est possible, ne sera jamais une garantie contre toute résurgence de ces courants terroristes ou contre toute initiative soudaine, non seulement sur les réseaux mais IRL , in real life, avec les conséquences que l’on peut voir.
Cependant, ce nouvel épisode de viralité criminelle indique bien que ce qui est amplifié par ces plateformes n’est pas seulement l’audience de ces auteurs terroristes, comme ce le serait sur les médias de masse, mais avant tout la viralité de leurs messages. Cette propagation est étudiée depuis de nombreuses années et constitue selon moi un nouvel axe de compréhension de la vie sociale en général, qui s’ajoute à ceux que l’on connait déjà, le rôle des structures sociales ou celui des préférences individuelles. Ici, tout se passe comme si l’imitation était au pouvoir et que les comptes ( éventuellement les individus qui sont derrière mais il faut douter parfois) sont sous influence non seulement leurs positions sociales qu’ils ont obtenu par héritage pourrait-on dire, non seulement sont aussi décideurs à partir de leurs préférences individuelles à partir d’un arbitrage, mais sont aussi directement sous l’influence de leur voisinage, de ce qui traverse leur environnement cognitif et qui capte leur attention. Car la viralité d’une telle action ne serait pas aussi puissante si elle n’avait pas cette forme sémiotique de la vidéo live, en première personne, calquée sur les jeux vidéo, et si choquante qu’elle fait réagir aussitôt soit par excitation soit par répulsion. Or, tous les interfaces de ces plateformes sont conçues pour permettre cette réplication, ce partage immédiat, ces retweets quasi automatiques. Et ce qui engendre cette réactivité, cet engagement est lui-même valorisé par les algorithmes des plateformes qui y trouvent ainsi une attractivité pour leurs utilisateurs mais surtout pour les marques qui voient ainsi un public actif, réactif et donc plus sensible aux contenus. Dès lors, pour protester ou pour approuver, tous ceux qui répliquent, qui partagent ou qui commentent contribuent à la viralité et cela à un rythme d’hyperfréquence, le tweet par seconde étant la mesure de la performance. Or, tout cela est sans commune mesure avec les délais de la modération, qui auront nécessité deux heures avant de parvenir à retirer les publications de la vidéo et à repérer tous ces comptes. L’un des acteurs du GIFCT souligne d’ailleurs le faible nombre de modérateurs sur ces plateformes, amplifié par les absences durant les week-ends. Il existe donc des fenêtres de tirs pour obtenir les meilleurs effets de viralité lorsqu’on poste des contenus choquants voire criminels.

L’enjeu de cette propagation de vidéos à contenus choquant voire criminel n’est pas anecdotique puisqu’il peut créer des effets traumatiques, provoquer des comportements imitatifs bien connus  et la suite des massacres aux Etats-Unis devrait être analysée de cette façon aussi), et dans tous les cas, perturber profondément les termes du débat public car tout le monde se retrouve saisi par l’émotion et/ou la sidération. Il devrait donc être primordial de traiter cette question de la viralité de façon structurelle, en révisant profondément les algorithmes de ces plateformes pour s’assurer que les comptes qui s’engagent dans une telle réplication soit sanctionnés durement après coup mais aussi en anticipant leur réactivité en introduisant de la friction dans les partages et les retweets. Soit par des délais systématiques pour tout partage (différer par exemple de dix minutes peut jouer un rôle de temporisation décisif), soit par des scores d’engagement qui entrainent des droits de tirage pour chaque compte (pas plus de X partages par 24 heures), tout cela devant être mis en œuvre par les plateformes qui disposent de toutes les informations sur le rythme d’activité de chaque compte et de façon automatique pour pallier aux lenteurs inévitables de la modération humaine. J’ai proposé ces mesures contre le réchauffement médiatique dans mon livre « Comment sortir de l’emprise des réseaux sociaux » paru en 2020. Certains ont cru voir une volonté de réduire la liberté d’expression, mais il s’agit de leur part d’une confusion entre free speech et free reach, car aucun droit ne peut garantir le free reach ( qui est ici d’ailleurs seulement ralentissement du reach). D’autres ont considéré que les plateformes ne pouvaient rien y faire tant le volume est énorme (alors que des automatismes de ralentissement sont extrêmement simples à mettre en œuvre car indépendants des contenus. Ou encore que cela irait contre leur modèle économique qui repose sur la vente de placements publicitaires à partir d’une détection de l’engagement et donc de la réactivité et de la viralité. C’est bien l’enjeu de la période actuelle en effet au moment où les instances européennes valident le DMA et le DSA : la remise en cause de cette captation de rente publicitaire n’est pas vraiment faite, et cela empêche dès lors de reprendre le contrôle sur le mécanisme de viralité qui est au cœur de ces plateformes, avec les effets que l’on voit dans le cas de Buffalo.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.