Massacres en série : quand la viralité tue

Peut-être pensions que le massacre de Christchurch avait fait comprendre aux plateformes numériques qu’il fallait agir contre la viralité à défaut de pouvoir prévenir l’action d’émetteurs inconnus. Mais le massacre de Buffalo, clairement dupliqué de celui de Christchurch, montre que rien n’a changé. La méthode de diffusion en streaming, la mise en scène de soi en action en vue à la première personne grâce à une caméra portée à même le corps, le manifeste de référence postée en réserve pour la justification idéologique, la communauté de proches prévenus au sein un cercle restreint qui sert de premier relais, et la viralité encouragée par la polarisation et par les algorithmes des plateformes qui valorisent tout ce qui fait réagir (pour ou contre n’est pas le problème). Différence notable, c’est Twitch qui sert de point de départ et qui réagit en coupant le live en deux minutes mais la viralité, elle, avait déjà fonctionné sur Facebook et sur Twitter. Malgré la mise en place du GIFCT (Global Internet Forum to Counter Terrorism) que financent les plateformes, leur réactivité fut insuffisante et des copies ont continué à circuler.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.