Le biais Bronner ou la reductio ad cerebrum

Résumé de la thèse de l’ouvrage

Selon Bronner, notre époque contemporaine, celle des médias sociaux notamment, se caractérise par « une augmentation inédite du temps de cerveau disponible », phénomène historique majeur. Dès lors, « on assiste » à une « dérégulation du marché cognitif » puisque chacun peut désormais publier, sans le contrôle des gatekeepers qu’étaient les médias. Et cette dérégulation rencontre et « révèle alors involontairement les invariants du fonctionnement du cerveau de notre espèce ». Depuis Homo Sapiens, l’espèce humaine est gouvernée par le sexe, la peur et l’agressivité. Il existe certes d’autres capacités du cerveau mais elles sont toutes affectées par des « biais » et par une économie cognitive qui valorise sur « le marché de l’attention » tout ce qui génère des satisfactions à court terme, au point d’en faire une addiction, analogue à une addiction au sucre. « L’éditorialisation du monde » est permanente et contradictoire puisque tous publient : la rencontre offre-demande, avec les nouveaux médias, s’est ainsi trouvée « fluidifiée » et la demande guide toujours plus les médias même les plus traditionnels. Ces médias sont obligés de répondre par ajustement progressif à une demande qui exige la satisfaction de ces trois tendances lourdes du cerveau humain : sexe, peur et agressivité. Elles sont amplifiées par la dérégulation contemporaine mais elles nous sont ainsi révélées, comme une apocalypse et cela nous oblige à accepter d’y faire face. Ceux qui refusent cette prise de conscience sont d’une part les partisans d’une critique de « la dénaturation de l’homme » (un système économique qui aurait dénaturé les humains), tenants d’une « anthropologie naïve » et d’autre part, les « néopopulistes » qui valorisent ces pulsions à des fins politiques. Il est grand temps de ne plus « refuser les enseignements de l’apocalypse cognitive » pour faire en sorte d’« arrêter le cambriolage de notre trésor attentionnel » en « préservant les conditions sociales d’exploration des possibles », à savoir les sciences, les techniques et l’égalité des chances, et plus largement la rationalité.

De quoi se compose le sucre du succès ?

Qu’est ce qui peut séduire dans une telle approche ? De quoi est donc fait « le sucre » qui capte l’attention publique, en dehors d’une campagne médias bien orchestrée ? Tout d’abord son évidence : quelque chose ne tourne plus rond dans le monde des médias et tous les jours les critiques et les demandes de réforme des plateformes numériques sont à l’agenda. Mais point de critique de ce genre ici. Seulement une exigence de prise de conscience individuelle. Car, autre douceur qui apaise les esprits, il n’existe pas d’ennemis, pas de grand méchant, pas de responsable, pas de nom balancé à la vindicte populaire ou de cible des critiques. Mieux même, « tout se passe comme si » « on assistait » à tous ces phénomènes (c’est le terme employé, « on assiste », nouveau genre de recherche d’explication indolore). Bref, on ne doit fâcher personne.

Mais il faut cependant marquer les esprits, secouer l’auditoire par quelque révélation sinon pourquoi en faire un livre ? Le sucre de la surprise fonctionne donc, et voyez-vous, pour cela il faut remonter jusqu’à Homo Sapiens. Le titre était déjà pris par Hariri mais on sent que l’auteur prétend jouer un peu dans la même cour, la cour de « la grande vision », si large que personne ne peut se donner le mal d’aller vérifier ses fondements, nous y viendrons. Evidence, irénisme, révélation qui vient du fonds des temps, auxquelles il faut ajouter assemblage inédit de références issues de disciplines qui jusqu’ici s’ignoraient. Car le Sapiens en nous survit dans notre cerveau et désormais les neurosciences voient tout et on peut les faire parler pour expliquer tous nos comportements sociaux, c’est la reductio ad cerebrum, qui marche à tous les coups. Une cause lointaine, qu’adorent les « causefinaliers » comme les appelaient Tarde, mais une méthode moderne indiscutable, l’imagerie cérébrale, nettement plus scientifique que les petites enquêtes de terrain des sociologues qui veulent tout excuser. Car avec cet équipement, on peut tout expliquer, voilà aussi qui est un doux chant pour notre cerveau : les analyses multifactorielles ne passent pas la rampe, revenons-en à quelques lois du cerveau et à ses biais. Une seule origine, une seule cause, une seule méthode, le reste (tous ceux qui font autrement) n’étant que refus de regarder la vérité en face pour faire de la politique et non de la science. Mais cela ne doit pas empêcher de dénoncer, et de dénoncer nos vices, enfin les vices des autres êtres non rationnels qui préfèrent rechercher des informations sur Nabila que sur Jean Tirole, prix Nobel (page 254, c’est Google Trends qui le dit). Et le chœur des lamentations sur l’effondrement culturel et moral de notre hypermodernité peut jouir de désespoir. Car ne fatiguons pas le lecteur au cerveau en sucre avec des recherches de solutions, ce serait assurément trop compliqué et ce serait commencer à faire de la politique et risquer de se faire des ennemis. Le lecteur et les critiques sont donc laissés en plan avec ce constat : aucune solution si ce n’est regarder la méduse en face, ce qui comme on le sait finit par paralyser.

A la recherche de l’individualisme méthodologique perdu

Je dois dire que je me suis désolé à lire cet ouvrage, pour un grand nombre de raisons mais surtout parce que je devais le lire pour trouver un représentant de l’individualisme méthodologique qui tienne son rang. En effet, dans mon prochain ouvrage sur la « sociologie des propagations » (Armand Colin, à paraitre), et dans mes travaux plus récents sur l’histoire de la quantification dans les sciences sociales (Boullier, 2015), je tente d’établir la nécessité de points de vue différents du social (et l’impossibilité d’un point de vue total) : celui des structures (qui a dominé et domine toujours les sciences sociales), celui des préférences individuelles (qui est privilégiée par les économistes néoclassiques et par la psychologie cognitive) auxquelles j’ajoute précisément une troisième génération, celle des sciences sociales des propagations qui permettent d’explorer ce qui circule à travers nous et qui nous affecte (et je ne pensais pas que les circonstances donneraient tant de pertinence à ce sujet). Chacune des approches a ses méthodes, ses mérites et ses limites et ne peut prétendre traiter tout le social à elle seule. Mais pour équilibrer cette offre diplomatique de reconnaissance réciproque, il me faut trouver des représentants crédibles. Certes, je peux rejouer la partition des années 70 entre Bourdieu et Boudon et cela me convient mais un peu d’actualité n’aurait pas fait de mal. Or, Gérald Bronner s’est toujours présenté comme l’héritier de Boudon et on peut lui accorder qu’il lui reste des traces de cette origine, mais sans doute plutôt à la mode homéopathique, qu’il abhorre par ailleurs. J’ai parlé de reductio ad cerebrum, et je voudrais montrer l’enchainement des réductions qui a pu entrainer ma désolation, qui peut elle-même sans doute alimenter le chœur des déplorations que j’évoquais, avant de revenir plus en détail sur le livre et sur sa thèse.

Dix réductions pour un cerveau

Partons donc de Boudon, de travaux comme celui sur « l’inégalité des chances » (1984), par exemple, fameux et très discuté à l’époque. Montrer que les attentes et les représentations des élèves et de leur famille jouent un rôle dans leur orientation et dans leurs chances de mobilité sociale avait pu choquer ceux qui cherchent à montrer l’effet quasi direct de l’école dans la reproduction des inégalités. Mais l’inspiration plus weberienne de Boudon permettait de faire émerger une autre question, celle de nos perceptions, de nos anticipations, erronées souvent, et cela en les appuyant sur des séries statistiques finement analysées. Et l’on retrouve bien cette profession de foi réaffirmée chez Bronner : « Ce ne sont pas de mystérieuses et puissantes forces sociales qui orientent le comportement des individus, comme on le croit dans la sociologie naïve, mais des micro-anticipations qui produisent des effets collectifs involontaires mais prévisibles » (page 214). Et c’est à peu près tout ce que l’on trouvera comme référence au modèle dans tout l’ouvrage. Car ni statistiques sérieuses ni modèle ne sont nécessaires à la démonstration de l’apocalypse cognitive. Ce qui intéresse plutôt Bronner, ce sont les derniers travaux de Boudon sur une théorie évolutionniste des idées et les raisons « transsubjectives » qui les font se propager (p. 19). Voilà qui serait intéressant et assez tardien finalement, mais qui est en fait vite oublié par l’auteur qui se focalisera sur le cerveau, dans une version qui n’est plus intersubjective du tout.

Première réduction vis-à-vis de l’individualisme méthodologique : l’agent qui calcule ses anticipations se trompe le plus souvent, même si on peut reconnaitre que les individus sont « souvent des acteurs stratégiques » (p. 291). Cela ne fait pas mon affaire, car cette argumentation en faveur des acteurs stratèges qui se contente de cette pseudo quantification, « souvent », ne pose aucune fondation solide. Certes, Herbert Simon avait déjà établi la rationalité limitée, dans un contexte d’information toujours imparfaite et cela aurait dû inciter les tenants de l’agent calculateur a un peu plus de prudence. Mais les économistes en ont fait le centre d’intérêt de tous leurs travaux et modèles. La théorie des jeux et le dilemme du prisonnier qui en est un exemple standard, prétendent rendre l’intersubjectivité calculable malgré toute cette incertitude générée par ces anticipations croisées. Le CREA (notamment Orléan, Dupuy et Livet) avait élaboré de superbes analyses de ces approches pour en montrer les apories tout en prenant à bras le corps les questions épistémologiques que posaient des théories de la décision en environnement incertain, dans des contextes de connaissances communes supposées partagées, en montrant le rôle des conventions nécessaires pour éviter les révisions constantes. Rien de tout cela ici, pas de modèle, pas de trouble de la décision, pas de théorie des jeux, pas plus de modèles que de statistiques, mais seulement des biais.

Deuxième réduction, donc, tous les apports des économistes qui pourraient constituer des arguments pour discuter du « marché des fake news » par exemple, sont ignorés pour ne retenir que les approches d’économie expérimentale et de psychologie économique, telles qu’on la connait avec Thaler ou encore Kahneman, tous deux prix Nobel d’économie. Les biais cognitifs font l’objet de publications toujours plus nombreuses et chacun doit trouver son « biais » ou son « effet » sur la base d’une expérimentation, quasiment jamais réplicable, comme j’en ai fait moi-même l’expérience pour des versions plus orientées data science. On doit atteindre bientôt la centaine de biais, mais Bronner ici est économe puisqu’il ne cite que les biais de confirmation, de réitération, d’intentionalité, et de division, qui n’ont pas le même statut cependant. On pourrait anticiper qu’avec une telle somme de biais cognitifs dont les humains sont porteurs, les théories de l’acteur rationnel et stratège finissent par s’effondrer sur elles-mêmes. Mais pas du tout. Cela permet avant tout de mettre en scène une nouvelle réduction.

Troisième réduction, qui témoigne ici d’une mutation idéologique claire, la division du monde en deux, entre les tenants de la rationalité et ceux qui vont encore valoriser les émotions et toutes les activités des individus qui ne sont pas rationnelles. Bref, un tableau de la guerre entre les défenseurs du cerveau 2 (selon Kahneman), celui qui calcule et qui raisonne « quoi qu’il en coûte » contre ceux qui se laissent dominer par le cerveau 1 qui réagit dans l’immédiat et dans la facilité. La littérature de sciences cognitives montre à quel point il est couteux de calculer et de raisonner mais raison de plus pour résister et valoriser toutes ces activités, quitte à rêver un peu l’humanité de façon « naïve », selon l’expression employée par l’auteur pour discréditer les autres sociologies. Le parti pris adopté en faveur de la rationalité peut tout-à-fait se défendre politiquement mais il est démenti par « la science » et nécessite donc une grande volonté pour se maintenir dans la tempête, surtout celle déclenchée par cette apocalypse cognitive qui consiste, nous dit l’auteur, à regarder en face le fait que nous sommes des êtres du cerveau 1, à impulsions immédiates pour des bénéfices à court terme.

Dans l’opération, une quatrième réduction est effectuée, celle du social à une question d’individus, ce qui pourrait sembler prolonger l’individualisme méthodologique sans doute. Cette réduction pourrait être seulement une opération que l’on dirait « réaliste » puisque toute société suppose des individus, quand bien même on oublie alors qu’ils sont toujours en relation, comme le montrent les phases essentielles de la socialisation qui font apprentissage, notion totalement absente chez l’auteur. Notons quand même cette disparition des questions d’apprentissage, qui pourtant fait l’objet de travaux de sciences cognitives aussi mais qui nécessairement mettent alors la relation au centre de l’étude, ce qui ne laisse plus grand-chose aux « individus ». Mais cette réduction aux individus repose avant tout sur un parti-pris clairement affiché contre les sociologies qui veulent faire exister des entités non individuelles, comme « la société » (ou tout autre « groupe » ou « catégorie » voire « culture »), ce qu’est parvenu à faire avec succès Durkheim. Le débat est aussi ancien que les premières années des sciences sociales à la fin du XIXeme siècle, mais ce parti-pris du pouvoir d’agir des entités collectives est constitutif de ce que j’appelle un « point de vue », tout aussi légitime que celui qui veut explorer le pouvoir d’agir des préférences individuelles. Le problème survient plutôt lorsque les tenants de l’une des positions se sentent obligés de disqualifier les tenants de l’autre. Et Bronner n’en finit pas, ouvrage après ouvrage, de vitupérer contre ces tenants de la société, des structures et de la construction sociale de tout phénomène. Il n’existe quasiment plus d’espace pour d’autres points de vue (au sens épistémologique) que celui des préférences individuelles. Le bénéfice politique d’une telle posture est évident puisque cela permet d’être dans le camp de ceux qui prônent la responsabilité des choix individuels contre tous les autres sociologues qui passent leur temps à expliquer par des effets de structure et donc à excuser, thème d’un ouvrage précédent de Bronner et Géhin (2017) sur « Le danger sociologique » dont j’ai fait une critique sur mon blog Sciences Humaines et Sociales de Troisième Génération . A plusieurs reprises, Bronner vante ici son refus d’une vision hétéronome des individus que la sociologie « naïve » véhicule, alors même que toute son approche par les biais cognitifs suffirait à disqualifier la supposée autonomie des individus décideurs et pourvus de préférences. Mais ce débat serait alors une forme rebattue des discussions entre Bourdieu et Boudon. L’apport de Bronner se veut beaucoup plus décisif, qui lui permet d’opérer une cinquième réduction, celle des individus à leurs cerveaux.

Cinquième réduction donc, les individus en question peuvent être analysés comme des cerveaux, car après tout, c’est là que tout se passe, pourrait-on dire et tout le monde devrait convenir de cette évidence. Pas de société sans humains dotés de cerveaux, il est vrai que c’est difficilement contestable et qu’une telle causalité est parcimonieuse et donc suffisante pour toute explication. Mais on devrait s’empresser alors de lister aussi tout ce qu’il faut pour faire une société et qui n’est pas présent dans le cerveau. Pour Bronner, en revanche, tout, absolument tout, peut être ramené au cerveau, ce n’est plus un rasoir d’Occam, c’est un rouleau compresseur. Il ne semble pas affecté par la philosophie de l’esprit qui fait l’objet de longues discussions pour ne pas réduire la cognition (et encore moins la conscience, qui n’est pas le problème de l’auteur) à un cerveau. Dans d’autres traditions, la « cognition distribuée » initiée par Hutchins (1994) a permis de montrer comment ce sont des circulations d’états représentationnels entre média, parmi lesquels le cerveau, qui faisaient agir les supposés « individus-cerveaux autonomes ». L’environnement, ses signaux, les dispositifs techniques, les messages, les échanges dans une équipe, etc. tout est nécessaire à l’activité cognitive. Pour des approches plus biologiques même, le cerveau lui-même n’est plus déconnecté du reste du corps, des sensations, et cela même sans aller jusqu’aux théories du ventre comme « second cerveau ». La réduction au cerveau est donc caricaturale pour les sciences cognitives elles-mêmes et c’est pour cette raison que Bronner va chercher celles qui sont les plus focalisées sur le cerveau, les neurosciences cognitives.

Sixième réduction, donc, celle de la prétendue interdisciplinarité à un branchement sur quelques auteurs et quelques publications des neurosciences cognitives. L’effet réducteur est double : le cerveau y est délibérément isolé et après tout, on peut le comprendre puisqu’il s’agit de leur objet scientifiquement constitué, et la procédure devient purement expérimentale. Ce qui constitue malgré tout un écart considérable avec la tradition sociologique. Non pas qu’il soit a priori condamnable. J’ai pratiqué moi-même, à la différence de Bronner semble-t-il, des expériences de sciences cognitives, mais pas de neuro sciences, je l’admets, dans les laboratoires des usages (Lutin, Cité des Sciences) que j’ai créés en France dans les années 2000, précisément pour réaliser cette connexion entre sciences et en acceptant le pari de réduction lié à la procédure expérimentale. Mais lorsqu’on le fait, et non lorsqu’on se contente de lire les papiers des autres, on apprend tout le travail de réduction qui est nécessaire pour faire émerger des faits validés au terme d’une procédure très longue, très contrôlée, et pourtant toujours faite de décisions arbitraires, de choix indispensables pour des raisons de faisabilité, qui tous réduisent les limites de validité des résultats que l’on peut afficher. Ce qui permet de comprendre pourquoi les chercheurs en sciences cognitives honnêtes ne peuvent pas se permettre d’intervenir sans cesse dans le débat public pour produire des interprétations et des traductions de leurs travaux qui puissent éclairer les décisions et les débats publics. Leurs travaux doivent rester très précis et circonscrits et ne peuvent prétendre éclairer des débats généraux. C’est pourtant ce que demande l’actuel ministre de l’éducation nationale qui ne s’embarrasse pas de limites de validité ni de précautions dans le transfert de l’expérimental vers l’opérationnel et qui trouve des alliés parmi certains chercheurs en neurosciences. Bronner fait de même en faisant du « cherry picking » (c’est son expression pour critiquer d’autres auteurs) dans les publications qui viennent à l’appui de ses propos. L’inexpérience expérimentale devient éthiquement suspecte quand elle sert à couvrir des transpositions abusives dans le champ du débat public.

Mais cette focalisation incontrôlée sur l’expérimental permet d’opérer une septième réduction, celle qui réduit l’expérimental à l’imagerie cérébrale. La magie de l’image (voir c’est croire) ne peut que séduire et la scientificité semble couler directement de cette révélation permise par les techniques d’imagerie cérébrale. Là aussi, partant de mon expérience de sociologie des radiologues depuis le début des années 90, qui m’a permis de suivre des dizaines d’examens de toutes techniques d’imagerie et de débats entre professionnels sur des cas, je peux certifier que l’on ne voit pas le sucre circuler lorsque la zone qui commande l’excitation  sexuelle s’éclaire sur l’écran ! Les médiations pour construire les faits, qui seront eux-mêmes très précis et très petits, et encore plus petits dans le cas de l’expérimentation par comparaison avec la clinique, sont innombrables : elles doivent être contrôlées et elles le sont, entre collègues, par les réglages standards des machines, par les protocoles acceptés par les revues, etc. C’est tout cela qui fait une science, mais il est vrai que Bronner ne s’intéresse guère à la sociologie des sciences qui s’est développée depuis près de quarante ans, autour de Callon, Latour et Law, par exemple, qu’il ignore délibérément, alors qu’elle prend au sérieux toutes ces médiations qui permettent de faire tenir quelque chose comme un fait. Dès lors, l’imagerie cérébrale suffit à « faire scientifique », en tous cas plus scientifique que les autres sciences sociales qui apparemment, selon Bronner, ne savent pas ce qu’est un graphe, une régression, une base de données ou simplement des courbes comparées.

De fait, la huitième réduction est ainsi opérationnelle, puisque l’imagerie cérébrale fournira des localisations qui suffisent à produire des papiers et des énoncés scientifiques. L’économie de l’explication et de la théorie est remarquable. Localiser, c’est causer, pourrait-on dire, ce qui était pourtant l’une des critiques radicales d’un neurologue comme Sabouraud et ses assistants qui nous formaient à la clinique linguistique à Rennes, pour contribuer à la théorie de la médiation de Gagnepain où l’on sait qu’être capable de localiser une aphasie de Wernicke ou de Broca, c’est encore n’avoir rien dit. Mais cette autosuffisance de la localisation peut désormais s’appuyer sur des images dynamiques qui permettent de décrire comment des circuits neuronaux activent certaines zones successivement lors d’une activité cognitive. L’image vaut processus et théorie dans une réduction qui permet de naturaliser et de biologiser toute activité sociale.

Car la principale réduction, la neuvième, est en effet celle qui permet d’éliminer toute construction sociale, toute variation historique, géographique, culturelle, organisationnelle. Les individus humains fonctionnent de la même façon depuis Homo Sapiens puisqu’ils ont toujours le même cerveau, tous leurs comportements peuvent donc s’expliquer par des invariants. Le terme revient sans cesse dans le livre et cela peut paraitre étrange sous la plume d’un sociologue qui semble ainsi larguer définitivement les amarres avec sa discipline d’origine. Que le cerveau et les processus cognitifs jouent un rôle dans toutes les activités sociales, on serait prêt à l’entendre dès lors qu’on aurait une cognition située historiquement et socialement mais désormais, toutes ces variations, toutes ces situations n’ont plus aucun poids face à des déterminismes cognitifs qui sont des « grands invariants qui pèsent sur le destin de notre espèce » (p. 228). L’auteur doit se contorsionner vers la fin du livre (p.285) pour préciser que cela n’en fait pas une fatalité, car il rappelle qu’il y a des tensions et des compétences nettement plus variées dans le cerveau et qu’elles entrent en conflit. Mais tout le livre a poussé dans l’autre sens. Une sociologie de l’espèce qui ne dit pas un mot des variations culturelles est quand même à tout le moins une audace surtout lorsqu’on prétend élucider un grand changement tout récent, qui ne date en effet que des dix dernières années si l’on est précis avec l’histoire technique et économique du domaine des réseaux sociaux. En matière d’invariants, on fait mieux. On perçoit surtout les conséquences politiques d’un tel dévoilement de notre destin : plus rien à faire contre des invariants qui sont installés depuis Homo Sapiens. La puissance des déterminations organise l’impuissance politique qui marque tout l’ouvrage et tous les travaux de Bronner, ce qu’il n’a cessé de reprocher aux tenants des sociologies (« naïves ») des effets des structures sociales. « Apocalypse » ou « apothéose de la reductio ad cerebrum » ? Puisque ce n’est pas seulement le cerveau mais les invariants du cerveau qui expliquent tout.

Et pourtant, je suggère à l’auteur de pousser encore plus loin son opération réductionniste, en ajoutant la dixième réduction : le cerveau reste un agent trop vague ou trop gros pour produire une combinatoire utile. Un peu comme la génétique a pu descendre au niveau du gène puis des composants du gène, les nucléotides, il faudrait à notre sociologue d’Homo Sapiens descendre au niveau du sucre qu’il mentionne sur tous les plateaux télé comme la clé de toutes les satisfactions : le sucre qui génère des addictions, et qui peut être selon les cas, de la dopamine, de l’ocytocine ou de l’adrénaline, mais qui dans tous les cas deviendrait ainsi la substance clé, l’opérateur du cerveau lui-même. Bref une sociologie biochimique quand même moins simpliste que l’imagerie cérébrale. Mais apparemment, le saut est un peu trop risqué. Ma proposition vise seulement à montrer l’absurdité de la procédure de réduction engagée par l’auteur et la démesure qui l’atteint dès lors qu’on prétend trouver une seule cause à la diversité des situations sociales. Certes, faire science, c’est toujours réduire pour rendre calculable ou tout au moins comparable, même si Bruno Latour tient, lui, que les « irréductions » sont tout aussi scientifiques et qu’il a apporté la preuve de la créativité de cette phase de la recherche qu’est l’exploration et l’inventaire des médiations. Mais chaque réduction mérite un contrôle prudent et validé collectivement par des données, par des enquêtes, par des expériences et non par une accumulation de références opportunistes.

On mesure surtout le chemin parcouru depuis l’individualisme méthodologique et le naufrage que représente sa réduction finale aux invariants du cerveau pour venir à l’appui d’une prophétie apocalyptique.

Ajoutons encore quelques remarques sur la méthode puisque l’auteur se pique de faire de la science par opposition aux autres chercheurs qui défendent un agenda politique.

Adieux à la méthode scientifique

Un sociologue qui ne fait aucune référence précise à l’histoire comme méthode, c’est un peu gênant. Ainsi, lorsqu’il évoque la dérégulation de la télévision dans les années 80, aucun acteur, aucune loi ne viennent à l’appui de l’argument qui se résume à ces sauts caractéristiques de la prose de l’auteur : « L’offre télévisuelle a longtemps été drastiquement régulée. Dès lors que la pression étatique s’est relâchée, on a observé ce que l’on observe toujours : un dévoilement de nos appétits les plus immédiats » (p. 241). Aucun gouvernement n’a pris de décision, aucune idéologie libérale n’était au cœur de la dérégulation, et aucun autre effet bien différent des appétits immédiats ne s’est produit et cela dans tous les pays de façon identique. N’adopter aucune méthode historique présente l’avantage d’éviter de désigner des responsables, pour pouvoir recourir à une fatalité qui vient de la nuit des temps. Des décisions politiques, économiques ou culturelles ont été prises pour les médias comme pour les médias sociaux mais cela n’intéresse pas un sociologue tout à sa tâche de démontrer que la demande, celle de nos cerveaux d’Homo Sapiens, a orienté l’offre. « Si TF1 s’est imposée, ce n’est pas parce que la bourgeoisie dominante l’a voulu mais parce que la chaîne s’est indexée par tâtonnement vers les goûts anticipés du plus grand nombre. Et c’est alors qu’elle a bénéficié de la manne publicitaire » (p. 270). Pas de responsable, pas d’acteurs ou d’agents, mais un ordre des causes qui doit être respecté dans le déni complet des observations. La première chaine était en effet la chaine de référence du service public et sa vente a permis d’emblée à TF1 de capitaliser sur une notoriété et des habitudes déjà construites, tout en modifiant radicalement l’offre, puisqu’en effet il fallait bien attirer à très court terme les publicitaires qui rémunèrent la chaine. L’inversion des causes est assez impressionnante, la publicité venant seulement comme une récompense, si l’on veut, du bon ajustement de la chaine aux attentes du public, alors qu’il faudrait étudier les mécanismes d’ajustement aux demandes des publicitaires.

Parlant de TF1, il aurait été honnête de citer Patrick Le Lay qui contribue à la thèse centrale du livre. Le concept de « temps de cerveau disponible » ne lui est jamais attribué par Bronner, ce qui rendrait suspecte la scientificité de la démarche sans doute, mais la phrase n’est jamais citée intégralement non plus en évitant ainsi la référence immédiate à Coca-Cola (ne surtout pas nommer des cibles potentielles de la critique !) : « Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réalistes : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or, pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ». Le cynisme de la proposition avait été dénoncé mais son réalisme fut ensuite loué, notamment celui qui consiste à dire que les programmes visent à préparer le spectateur aux messages publicitaires, ce qui subordonne la production des contenus et leur supposée adaptation aux goûts à l’ajustement à la publicité. Parfois pointent des allusions à des responsables : « Même lorsque nous avons un appétit de connaissances, celui-ci peut facilement être détourné par la façon dont est éditorialisé le marché cognitif » (p. 238). Donc, malgré les restes de penchants rationnels de nos cerveaux ancestraux, certains parviendraient à les détourner ? Mais qui ? On voudrait des noms, on attendrait des exemples qui rendraient l’affaire plus complexe. Mais rien ! Lorsque ce serait possible, c’est « une partie du monde » qui est mise en cause. On admirera la précision de l’enquête sociologique : « Une partie du monde s’organise pour nous donner l’illusion que l’événement surgit sans cesse » (p. 203). De même, si se met en place un « cambriolage de notre attention », c’est que « l’incongruité et le surprenant sont ainsi les alliés de ceux qui cherchent à cambrioler une partie du plus précieux trésor du monde connu » (p. 165). Mais aucun nom, aucune responsabilité documentée. Bref, un cambriolage sans cambrioleur. On se demande bien ce que le lecteur peut retenir comme explication ou comme guide pour l’action ! Bronner recrée la caverne pour mieux encourager l’apathie des citoyens, qu’il dénonce par ailleurs.

Et pourtant, le phénomène actuel est historique et à risque. La capacité de Bronner à dramatiser la situation est indéniable et fait sans doute partie du succès de l’ouvrage : tout cela est d’autant plus grave… que cela remonte à Homo Sapiens et que la puissance de Facebook profite directement des configurations cérébrales héritées du temps des cavernes. Le raccourci est saisissant et pour un sociologue qui raille constamment l’esprit de précaution abusive de ses contemporains (ses cibles préférées, le principe de précaution et les écologistes reviennent souvent dans le texte, avec un  effet obsessionnel peu convaincant) et la domination irrationnelle de la peur sur leur esprit, pardon sur leurs cerveaux ancestraux, Bronner n’hésite pas à charger la barque : « Les risques qui pèsent sur notre vie commune sont patents : le dérèglement climatique, l’épuisement progressif de nos ressources, notre capacité à nous autodétruire par les armes, les symptômes les plus inquiétants de ce que j’ai appelé l’apocalypse cognitive, et bien d’autres dangers que nous ne voyons pas encore. » (p. 335).  On a envie, comme le fait souvent l’auteur vis-à-vis des écologistes, de crier haro sur le lanceur d’alerte, sur le collapsologue, sur le profiteur des pulsions les plus anciennes comme la peur ! Dramatiser et exploiter la peur semble au moins un ressort éditorial qui fonctionne, du sucre pour les éditorialistes dirait-on.

Cela fait partie de la méthode Bronner : agréger pour faire toujours plus gros, plus impressionnant, plus lointain dans l’histoire, et rendre ainsi impossible une analyse détaillée des chiffres ou des facteurs ainsi agrégés.

La rationalisation du monde démarre dès « le développement des arts du feu » (p. 36-37), voilà qui renvoie Weber à ses chères études à courte vue. D’ailleurs Homo Sapiens a même « été témoin, il y a près de 12000 ans, de l’émergence du politique » (p.36), mais on le comprend bien, il n’y est pour rien, il n’était que témoin. Tout ce travail historique est d’ailleurs plutôt « une robinsonnade », comme dirait Marx, et comme le note Martin Legros dans une des seules revues critiques de la presse (Philosophie Magazine, 11 Janvier 2011).  Des périodes historiques toujours plus longues et donc plus difficiles à documenter si l’on agrège tout, comme pour son calcul du temps de cerveau disponible, qui aurait augmenté de façon dramatique depuis 1800. Notons l’astuce de la datation, qui part de la révolution industrielle et donc du salariat qui permet de quantifier le temps de travail et le temps de repos supposé. Car, si l’on remontait au Moyen-Age, les données du temps capté par le travail proprement dit serait tout-à-fait différentes. Les nombreuses fêtes (près d’une trentaine par an), religieuses pour la plupart, engendraient un temps de travail inférieur à ce qu’on connait au XXeme siècle malgré une durée de travail quotidienne indexée sur les levers et couchers du soleil, donc parfois très longue en été. Mais globalement, on pouvait compter au moins l’équivalent de 11 semaines de congés par an. La productivité n’est devenue vraiment un souci et une métrique qu’avec le capitalisme industriel et dans tous les cas, on peine à calculer ce qu’on peut appeler du temps de cerveau disponible. Il eût fallu un long travail d’exégèse de la notion… de Patrick Le Lay, pour la valider comme concept scientifique.

Mais qu’à cela ne tienne, Bronner en fait un indicateur qui, une fois agrégé à tous les humains, devient impressionnant, puisqu’on y ajoute l’augmentation de la durée de vie, le tout faisant un stock d’énergie cognitive qu’il voudrait sans doute enfin rentabiliser alors qu’il est gravement sous-exploité à des fins d’amusement et de satisfactions immédiates. On attend d’ailleurs la liste officielle des activités rationnelles dignes de sauver l’humanité qui pourront être sorties de la catégorie stigmatisante de l’oisiveté (Lafargue et Russell, vous êtes damnés). Ainsi « aujourd’hui en France, le temps de travail représente 11% du temps éveillé sur toute une vie alors qu’il représentait 48% de ce temps en 1800 !) (p. 31). De quoi gâcher la sieste ou la série télé sans pour autant donner un fondement plus solide à l’argument puisqu’on ne sait pas ce qu’on mesure.

L’élève de Boudon est d’ailleurs fâché avec les exigences de la quantification puisqu’il se permet des études empruntées à Google Trends comme je l’ai déjà indiqué, tout en admettant que sa méthode est « un peu artisanale » (p. 258), ce qui est particulièrement méprisant pour les artisans. Mais pour faire plus scientifique, il convoque une citation d’une étude, comme il le fait souvent, celle de Stephens-Davidowitz, qui a travaillé aussi mais à plus grande échelle sur les requêtes Google aux Etats-Unis. Et voici le fait qui vaut démonstration du niveau de dégénérescence de l’attention de toute une espèce : « Lui aussi a observé la véritable obsession des internautes pour la sexualité. Les hommes sont véritablement hantés par la taille de leur pénis puisqu’ils posent plus de questions au moteur de recherches sur cette partie de leur anatomie que sur n’importe quelle autre de leur corps (poumons, foie, oreilles, nez, gorge et cerveau) ». (p. 259). Voilà l’apocalypse, voilà enfin révélé ce qui était caché : un humain mâle veut comparer la taille de son pénis au moins une fois dans sa vie pour savoir s’il est normal ou non. Comment ne pas désespérer de l’humanité après un tel résultat ? Là encore, agrégation sans raison pour frapper les esprits, ce qui n’est pas sans rappeler certaines analyses sur la cognition, étrange mise en abyme… !

Un dernier exemple de quantification exotique quant à sa rigueur : le seul tableau croisé de tout l’ouvrage rend compte d’une observation des audiences de la télévision pendant un mois (!) de façon à répondre à la question « qu’apprécient vraiment les gens ? » . La question est posée pour rendre compte de la mutation de l’audience observée à partir de 1987, date à laquelle « on assiste au développement des chaines du câble, du satellite, de la télévision numérique terrestre » (p. 242). Bronner « assiste » donc, mais cela lui convient, il ne retrace pas là encore toutes les décisions prises ni tous les enjeux soulevés par cette mutation, ce serait tomber dans la sociologie naïve, pire encore sans doute dans les « media studies » ! Le tableau croisé de la page 244 montre clairement que les téléspectateurs préfèrent de loin les « fictions grand public » aux « fictions exigeantes » et les « documentaires grand public » aux « documentaires exigeants ». Les catégories en question ont été construites par l’auteur, sans référence aucune à des travaux du domaine, et avec une mise à l’épreuve de la robustesse de la classification qu’on imagine aussi « artisanale » que les précédentes analyses. Toute référence à des travaux sémiotiques sur les genres, sur les composantes des contenus proposés, est en effet inutile puisque la question posée par l’auteur génère naturellement des catégories aussi parlantes. J’aurais pu modestement lui conseiller de lire mes travaux sur l’audience et la réception de la télévision (Boullier, 2003) pour lui montrer comment les discours sur « je regarde, j’aime, c’est bien » s’entrecroisent pour rendre compte des pratiques de façon plus fine.

Et l’auteur d’enchainer toutes les affirmations et leur contraire : « [ces téléspectateurs] ont l’opportunité de choisir la nature du produit cognitif qu’elles vont consommer lors d’une soirée parmi un grand nombre de possibilités » (thèse de la demande qui formate l’offre) et phrase suivante : « Cette offre n’est pas quantitativement équilibrée puisqu’il y a beaucoup plus de propositions « grand public » que de propositions « exigeantes ». (p.245) Et page suivante : « C’est bien l’anticipation de la demande qui fait une partie de l’offre sur un marché dérégulé » et phrase suivante : « Ce constat n’empêche pas de soutenir que l’offre peut être orientée et stimulée par la façon dont s’organise la demande » (p.247). Le but du jeu est en fait de discréditer l’idée que l’offre « crée de toutes pièces et artificiellement des désirs » (idem), ce que personne n’a quasiment jamais proposé. Mais on voit qu’aucune méthode sérieuse n’est mise en place pour discuter la thèse qui fait l’objet des études de médias depuis des décennies, et qui supposerait une étude des médiations précises comme la programmation, la publicité, la sémiotique des contenus, et dans le même temps, des observations de la réception, des comparaisons systématiques, une théorie des supposés « désirs » et des objets du désir, etc. Bref, autre chose que ce méli-mélo sans rigueur qui vise à tout dire et son contraire tout en faisant passer son message apocalyptique.

Il en est ainsi de toutes les références citées, et des plus scientifiques parfois. Prenons en deux que je connais particulièrement bien puisqu’elles sont à la base de toute la science des données sur les propagations.

Lorsque Bronner cite Leskovec, Backström et Kleinberg (2009) à propos des cycles de vie de l’actualité (p. 209), il ne mentionne évidemment pas le terme de meme tracker qu’ils utilisent pour caractériser leur outil car cela obligerait à entrer en discussion avec la mémétique qui rend compte de la propagation de messages qui nous font agir et qui vivent de leur propre vie, par analogie avec le gène selon Dawkins mais en fait plutôt par analogie avec les virus (d’où les mesures de viralité sur les réseaux). Bronner s’en sert uniquement pour confirmer son point de vue sur la diversité des sources et l’homogénéisation des thèmes. Or, l’argument important du travail de recherche s’appuie sur leur tentative de suivi des mutations des énoncés pendant leur propagation, travail d’analyse linguistique particulièrement complexe, comme j’ai pu en juger quand j’ai tenté de le répliquer avec mes collègues de data science à l’EPFL. Mais en ne s’intéressant qu’aux sources, Bronner continue en fait un travail très traditionnel de sociologie des médias qui sert son propos, l’homogénéisation des médias. Il rate donc l’originalité du travail qui orienterait vers les effets de propagation, ce qui donnerait sans doute trop d’agency, de pouvoir d’agir, aux messages.

De même quand il reprend l’étude de Vosoughi et al. (2018), publiée dans Science, sur la viralité des fake news, il semble encore survoler l’article en en tirant la conclusion que « les fausses informations vont six fois plus vite et sont plus partagées et repartagées que les vraies informations. La crédulité a donc un avantage concurrentiel important sur le marché cognitif dérégulé ». (p.222). Or, ce n’est pas du tout ce que montre l’équipe de Vosoughi puisque, pour rendre compte de ce différentiel de propagation, ils sont obligés de construire un « score de nouveauté » (novelty score) qui explique donc cette différence par l’effet de choc, de surprise et de rupture avec les messages habituels reçus dans un environnement donné, qui du coup fait régir et repropager. Rien à avoir avec la crédulité mais plutôt avec l’effet de surprise que Bronner va pourtant reconnaitre comme une appétence du cerveau (p. 153) et qui est confirmée par les propos de Lachaux (p. 203), le chercheur en neurosciences de référence pour Bronner. Or, effectuer ces travaux et ces calculs est exigeant si l’on veut obtenir la robustesse nécessaire et cela ne peut guère être vérifié pourtant puisque lorsque j’ai personnellement demandé à Vosoughi de récupérer son set de données pour répliquer ses calculs, il a tout simplement refusé pour des questions d’accords avec ses sources, alors même que son article a été publié dans Science !! On le voit, la scientificité de tous ces énoncés doit être encore établie et vérifiée sans cesse, mais cela ne fait pas partie de l’éthique de Bronner qui utilise éventuellement les sources a contrario de leurs démonstrations. J’aimerais être sûr qu’il est plus rigoureux pour toutes les études de neurosciences cognitives qu’il peut mentionner mais son « cherry picking » me semble malheureusement tout aussi opportuniste.

Il me faut donc faire mon deuil de ma quête pour un digne représentant de l’individualisme méthodologique, ce n’est pas chez Bronner que je le trouverai, même si j’aurais dû m’en douter à partir de ses livres précédents. Mais dans la mesure où il venait sur le terrain de mes propres travaux, à savoir l’économie de l’attention et les réseaux sociaux, que je conduis depuis plus de 15 ans et qui ont été publié récemment de façon plus synthétique et accessible (Boullier, 2020, Comment sortir de l’emprise des réseaux sociaux), mais qu’il n’a sans doute pas pris le temps de lire, je me devais de vérifier ce que je pourrais y trouver.

Quand dérégulation et invariants se rencontrent

Revenons donc enfin sur la thèse du livre et sur ses conséquences politiques. Deux éléments clés méritent d’être mentionnés : la dérégulation du marché cognitif causée par les réseaux sociaux d’une part et le rôle des invariants du cerveau dans nos comportements contemporains, deux éléments qui se trouvent se rencontrer et devenir évidents à notre époque, c’est la thèse de l’auteur qui considère cela comme une apocalypse.

Sur les invariants du cerveau, on ne peut que s’étonner de ce point d’arrivée pour un sociologue, pour qui la diversité culturelle et historique devrait être la base de la méthode. Les structuralistes, comme Lévi-Strauss, avaient tenté d’établir les règles des échanges (les messages, les biens et les femmes) comme principes universels mais cela supposait malgré tout une quantité d’observations situées très différentes pour rendre compte de toutes les combinatoires possibles, et que je sache, ce n’est pas le projet intellectuel de Bronner. L’universalité des biais cognitifs n’a jamais été mise à l’épreuve et la question n’est sans doute pas très intéressante mais cela permet à peu de frais à toutes les sciences cognitives de se débarrasser de leur biais expérimentaliste, ce qui mériterait pourtant examen. Lorsqu’on construit un monde artificiel et qu’on assigne des tâches totalement hors contexte, on peut en effet obtenir des résultats, dont la validité sera limitée par le cadre expérimental et qui ne pourront être transférés dans d’autres environnements et généralisés qu’au prix de mille précautions. Evidemment, cela permet de produire des lois, des effets, des biais, toutes choses qui ressemblent tant aux sciences physiques, mais le monde ainsi construit n’a plus grand-chose à voir avec l’expérience vécue des humains ni avec les multiples facteurs que les sociologues naïfs passent leur temps à inventorier. Les économistes orthodoxes procèdent ainsi et externalisent à tout va pour faire tenir leurs modèles, il devrait désormais être reconnu qu’il faut surtout éviter d’exploiter de tels modèles pour gouverner le monde social qui n’est d’ailleurs pas « économique ». Mais parmi ces biais cognitifs, il est étonnant de constater comment certains se trouvent ravalés au second rang alors qu’ils sont pourtant des pistes intéressantes dans le contexte particulier des réseaux sociaux. La surprise a déjà été mentionnée, et les travaux de Vosoughi viennent appuyer cette thèse et surtout, elle correspond exactement à ce que les plateformes des réseaux sociaux cherchent à engendrer, à savoir une réactivité, un « taux d’engagement » qui permet d’afficher des scores attractifs pour les marques et leurs placements publicitaires. Bronner en est resté aux bulles cognitives qui existent aussi et à la tentative des plateformes de maintenir le public captif d’une plateforme (comme avec les recommandations de vidéo sur You Tube). Mais cet aspect habitude se combine à la surprise, à la nouveauté, à ce que j’ai appelé un « régime d’attention de l’alerte ». Il conviendrait d’étudier plus en détail la programmation de ces comportements, qui fait l’objet de toute une discipline, jamais évoquée par Bronner, la captologie. Certes, cette programmation ne crée rien ex nihilo mais on ne peut ignorer l’intention délibérée de capter et d’orienter l’attention, donc une part de la causalité et une forme de responsabilité. De même, lorsque Bronner reconnait, à la toute fin du livre (p. 340) qu’il existe une capacité du cerveau à arbitrer : « Il se trouve que notre cerveau est aussi configuré pour arbitrer entre des plaisirs à court terme et des plans de plus longue haleine ». Aucune étude n’est mentionnée à l’appui de cela mais pourtant, voilà un argument qui permettrait de remettre les préférences individuelles et l’individu calculateur au centre du jeu, ce qui m’arrangerait pour justifier ce que j’appelle nos compétences d’arbitrage, qu’il faut distinguer des héritages et des voisinages (Boullier, 2010).

Et l’on pourrait même tenter de dialoguer ainsi avec les régimes d’engagement des sociologies pragmatiques, celles de Boltanski et Thévenot qui distinguent la justification, le plan et le proche. Nous découvrons donc à la toute fin de l’ouvrage que les biais sélectionnés par Bronner ne l’ont été que pour nous impressionner, pour créer cette anxiété qui attire le lecteur alors qu’il existe des pistes possibles d’arbitrage entre le court-termisme et les plans de longue durée. C’est ce point qui aurait mérité ensuite investigation pour rendre une action commune possible. Mais en procédant ainsi, l’auteur s’économise tout le travail d’élaboration de solutions, travail particulièrement périlleux et complexe, comme j’ai pu l’éprouver lorsque j’ai tenté (Boullier, 2020) de proposer quatre formes de démantèlement des plateformes de réseaux sociaux et plusieurs mesures de régulation et d’autorégulation dans les interfaces même, ce qui permettrait de récupérer un contrôle équipé sur ces supposés invariants. Car il existe des leviers d’action si l’on commence à retracer précisément la genèse de ce cambriolage.

Et c’est le deuxième volet de l’argument : le cambriolage de l’attention sans cambrioleur. Puisque les réseaux sociaux sont devenus si importants qu’en dix ans ils produisent cette apocalypse, on s’attendrait à une analyse fouillée de la genèse de ces plateformes (le mot n’est pas prononcé alors qu’il est un élément économique clé du processus), à une investigation du système d’acteurs (pour parler comme Crozier et Friedberg qui essayaient, eux, de combiner effets de structure et préférences individuelles, avec leur acteur-stratège), à une évaluation du poids économique et culturel de l’influence de ces plateformes. Mais aucun risque de trouver ces éléments somme toute classiques chez un sociologue sous la plume de Bronner, car ce serait courir le risque de nommer ces potentiels responsables. Le cambriolage sans cambrioleur serait inventé par le policier qui veut faire du chiffre, en quelque sorte ? Un peu comme le pompier pyromane ? On peut se poser la question car le texte a beau multiplier les références au marché (de préférence cognitif), il fuit toute référence à la monétisation intervenue très précisément à la fin des années 2000 pour You Tube, Facebook et Twitter, avec l’installation de métriques qui permettent de vérifier (croit-on !) les effets de placements publicitaires. Tout ce qui est dit sur les réseaux sociaux n’avait à peu près jamais été dit avant le débat des années 2010, puisqu’on se lamentait surtout de la désocialisation des adolescents (Turkle) ou on valorisait leur vie de réseau en ligne (danah boyd). Mais personne (et sans doute même pas les plateformes, c’est dire si je ne suis pas dans « l’interprétation machiavélique » !) n’imaginait avoir un tel impact sur le débat public et l’attention collective dix ans après ! De ce point de vue, je pourrais même accepter l’expression « on assiste » utilisée par Bronner car il est exact qu’il fallut du temps pour comprendre ce qui se passait. Mais désormais l’affaire est assez documentée, et les Représentants américains qui mènent audience sur audience pour exiger des explications de la part des plateformes semblent finalement nettement plus avertis des origines et des responsables que Gérald Bronner, chercheur de son état.

D’ailleurs, son attention passe sans transition des médias traditionnels aux réseaux sociaux, ce qui permet de retourner aux mesures d’audience puis aux recherches de Google dans un méli-mélo de sources qui montre que l’auteur ne traite pas les processus techniques et économiques qui ont fait muter tout notre système médiatique dans les dix dernières années. Mais cette histoire très conjoncturelle ne l’intéresse pas dès lors qu’il veut démontrer la responsabilité d’Homo Sapiens au bout du bout du compte. Cela autorise alors des confusions sur l’histoire du numérique, lorsqu’elle est –peu- mentionnée. Ainsi la mise en scène de la bataille des ordinateurs et des cerveaux humains semble essentielle à la dramatisation de la situation : le 11 Mai 1997, un ordinateur IBM (Deep Blue) a battu un humain aux échecs, le meilleur joueur de l’espèce, Kasparov. Dès lors, la voie de l’IA était toute tracée, ce qui n’a pourtant rien à voir puisqu’il s’agissait d’action en force brute, mobilisant une puissance de calcul énorme pour l’époque. Mais cette idée de la puissance de la machine est aussitôt relativisée à propos de l’IA puisqu’à l’avenir, il s’agira de lui confier seulement des tâches automatisables qui libéreront le cerveau humain pour de grandes activités plus créatrices. Oh joie ! Oh avenir radieux ! Pourtant, plusieurs pages plus loin, l’auteur s’inquiète du rôle des algorithmes, qui ont été conçus pour renforcer nos addictions (p. 188), et c’est un ancien patron de Facebook qui le dit (Sean Parker). Dans ce cas, l’argument semble accepté, tout en ignorant que tout cela fait partie (de façon souvent opaque et largement délégué aux humains, comme l’a montré Casilli, 2019) de cette prétention de l’IA justement ! Mais si les partisans de la dénaturation de l’homme s’emparent du même argument, et prétendent que « les mécanismes d’allocations publicitaires sont désormais régis par des algorithmes informés par des enchères dont les résultats aboutissent en un dixième de seconde » (p. 270), cela ne convient pas. Car l’influence de la publicité se limite à valoriser « l’intérêt à court terme » (p.271) qui, lui, relève des fameux invariants ! On peut ainsi passer des « écrans », principaux attracteurs de notre attention (p. 77) aux algorithmes, en passant par les médias, sans aucun examen sérieux, sans aucune médiologie, sans media studies, sans intérêt pour les médiations plus largement. Tout cela pour ne pas donner de grain à moudre aux sociologies critiques, puisqu’il faut se situer dans une anthropologie prophétique, bien au-delà de l’écume contemporaine. Le lecteur devra se contenter d’approximations, d’allusions à des cambrioleurs, « ces écrans et ceux qui les exploitent économiquement » (p. 86) mais devra aussitôt relâcher ces ombres pour continuer à traquer la proie car « ils ne sont que les médiateurs de la rencontre entre l’hypermodernité du marché cognitif et le très ancestral fonctionnement de notre cerveau » (p. 86). On notera avec une ironie certaine le retour ,à plusieurs reprises dans le texte, du « ne sont que » qui était reproché à Bourdieu quand il voulait réduire un phénomène à sa grille de lecture !

Conclusion

Au terme d’un tel parcours, on se retrouve un peu groggy par tant de légèreté méthodologique et par tant d’irresponsabilité politique.

Légèreté méthodologique que l’auteur résume d’ailleurs très bien mais en visant ses adversaires, évidemment : « il est difficile de comprendre clairement ce qui les autorise à passer des effets que nous constatons tous aux causes qu’ils imputent » (p. 265). Excellemment dit pour décrire le saut depuis les mesures impressionnistes sur les recherches Google aux invariants de l’espèce (par exemple). Car il est exact que « ce type d’argument rend leur thèse irréfutable et donc peu scientifique » (p. 269). Encore une fois dans le mille. Car malgré toutes mes précautions pour suivre les arguments à la trace, j’ai dû souvent voir s’ouvrir des espaces béants entre causes et effets, prospérer des apories pourtant déjà dénoncées dans la littérature scientifique.

Irresponsabilité politique, car en produisant de tels discours au mieux confusionnistes par prétention scientiste, au pire réactionnaires par camouflage de toutes les médiations et de tous les leviers d’action, l’auteur encourage en fait un laisser-faire vis-à-vis des acteurs majeurs de cette dérive médiatique qui pourtant devient de plus en plus claire pour les décideurs politiques eux-mêmes. Par chance, sans doute que le coup éditorial de Bronner se retrouvera rapidement éclipsé par les vrais débats politiques (oui, politiques !!!) qui font l’actualité quotidienne désormais pour organiser la reprise en mains de plateformes qui ont échappé à tout contrôle, comme tentent de le faire, timidement, gouvernements et société civile.

L’enjeu est d’importance, non pas celui de la révélation de nos invariants mais bien celui de la reconstruction d’un espace public en péril grave dans nos démocraties.  Et pour ma part, je devrais me contenter des auteurs historiques de l’individualisme méthodologique pour leur garder leur place dans le pluralisme des méthodes de sciences sociales, mais seulement leur place, tout comme les deux autres approches ou points de vue, par les structures ou par les propagations. Sur le marché des prophéties en revanche, il existe toujours de la place pour ceux qui veulent prendre toute la place.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.