Le biais Bronner ou la reductio ad cerebrum

N’est pas Molière qui veut mais ma critique du livre de Bronner « Apocalypse cognitive », pourrait se contenter de transposer la réplique fameuse : « Le poumon ! Le poumon, vous dis-je » en un « Le cerveau ! Le cerveau, vous dis-je ! ». La discussion académique exige cependant un peu plus d’arguments. Pourtant, le livre en question a débordé largement le monde universitaire pour être mentionné, voire célébré, partout dans les médias, avec une telle unanimité, que je me demande si les critiques l’ont vraiment lu, sans parler des académiques qui auront vite compris l’opération éditoriale. Pour tous ceux qui ne l’ont pas lu, donc, je vais donc résumer l’argument le plus honnêtement possible et j’en reprendrai chaque point en détail. Version longue d’un article publié dans la revue en ligne AOC début Avril 2021.


1 réflexion sur « Le biais Bronner ou la reductio ad cerebrum »

  1. Il serait intéressant de demander à Bronner ce qu’il pense des révélations des Facebook files, où l’on apprend, par exemple, que la pondération d’un emoji comme la colère était cinq fois supérieure à celle d’un like car cela permettait de déclencher une réactivité collective toujours bonne pour l’engagement et donc pour les placements publicitaires. Mais ce serait alors retomber dans des accusations injustes de ces plateformes alors que ce sont les invariants qui causent notre demande du sucre de la colère. Bref, on se retrouve dans la même situation de négationnisme des effets du tabac auquel ont contribué de nombreux chercheurs dont Bronner aurait certainement fait partie à l’époque.
    On trouve cela dans cet article du Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/technology/2021/10/26/facebook-angry-emoji-algorithm/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.