Propagations et répétition: le syndrome de la machine à laver au temps du coronavirus

Afficher l’image source

L’analyse des propagations est sans aucun doute utile pour comprendre la période actuelle et le démarrage de l’épidémie a été propice à cette approche classique en notant les pics d’attention et la réplication de certaines thématiques. Pourtant, depuis le confinement, il me semble que nous soyons entrés dans un autre régime d’attention, celui de l’immersion. Aux alertes chocs a succédé le sentiment d’être pris à l’intérieur d’une répétition permanente. Je voudrais examiner ici de quoi est constituée cette répétition et en quoi elle diffère des propagations étudiées le plus souvent dans ce blog.

Le confinement semble affecter l’expérience temporelle et chacun en témoigne sur internet à sa façon. Au moment du choc des annonces (le confinement de Wuhan, la catastrophe italienne, l’annonce du confinement français), les effets des alertes sur notre attention ont été somme toute assez classiques : inhibition des signaux concurrents, intensité émotionnelle, agrégation de signaux voisins, réplication des messages les plus choquants dans notre voisinage. Normalement ces pics attentionnels sont très violents mais aussi très concentrés dans le temps. Le rythme du réchauffement médiatique gouverné par ces alertes successives et amplifié par les dispositifs des plates-formes numériques semblait s’appliquer classiquement avec une descente brutale puisqu’une autre alerte remplaçait la précédente. Or, il se passe quelque chose de différent à la suite de ces trois chocs successifs. Un véritable confinement de l’attention, c’est-à-dire une captation de toute notre énergie cognitive à l’intérieur d’un cadre unique, la pandémie du coronavirus. Pour une part, on peut considérer qu’il s’agit d’un effet secondaire du choc émotionnel qui peut créer un effet de sidération, qui nous fige devant l’incroyable, l’ineffable, l’inouï, l’indicible, l’impensable, etc. Nous sommes avant tout impuissants à basculer sur un autre sujet, rien ne peut plus concurrencer la stimulation des premiers signaux qui ont déclenché le choc. Certes, des alertes subsistent et permettent de maintenir une forme de réactivité classique, comme avec la polémique sur la chloroquine ou encore les révélations sur le scandale des masques. Mais si l’on prend cette thématique des masques, ce qui frappe surtout, c’est son installation comme sujet récurrent. Tous les jours, depuis le début de la pandémie, et avant même le confinement, les masques sont un sujet, un objet d’informations quasiment ritualisé. « Nous avons des réserves, nous allons débloquer les réserves, mais les réserves ne sont pas si importantes, donc il faut réserver les masques aux soignants, qui réclament les masques, qui sont annoncés, les masques seront en effet livrés « demain soir », en fait la semaine prochaine, les masques sont devenus rares, toux ceux qui ont des masques devraient les fournir aux hôpitaux, nous allons commander des millions de masques, nous avons commandé les masques , un milliard même, ils ne vont pas tarder à arriver, nous allons relancer la production de masques, nous n’allons pas tarder à voir arriver les livraisons de ces masques produits ou des masques commandés, dans les prochains jours, dans la semaine qui vient, nous allons faire un pont aérien, les régions ont leurs propres commandes de masques qui vont arriver, etc…. » .Pas un jour où le sujet ne vient sur la table, sans parler de ses dimensions polémiques. Nous sommes dans le rituel des masques et qui dit masques dit miroirs pour reprendre le titre d’un livre fameux de Anselm Strauss. Car cette ritournelle nous dit quelque chose du fonctionnement de notre administration et les enquêtes de Médiapart et les avis éclairés de chercheurs qui ont bien connu la genèse de la préparation aux épidémies dans les années 2000 comme Didier Torny alimentent cette dimension de l’exploration du problème, de la controverse.

Mais ce régime attentionnel de la projection, où l’on cherche à comprendre et à résoudre un problème est somme toute assez rare, même s’il deviendra dans les mois qui viennent l’une des questions clés du débat public. Ce qui nous intéresse ici, c’est bien plutôt l’effet de ritournelle pour reprendre le concept de Deleuze qui reste incontournable sur des questions de répétition ( voir Différence et répétition, magistral ouvrage). Ce qui tourne en boucle, ce sont ces thématiques qui se ritualisent : chaque jour, son fil « masques » qui se tisse avec le fil « nombre de morts », « Ehpad »,  » lits de réanimation », « respirateurs », gel hydroalcoolique », « nombre de cas », « tests », etc. Il faut saisir à la surface cet effet de répétition pour mieux comprendre sa différence avec les pics qui caractérisent les réplications. Ce qui tourne en boucle, ce sont les bandeaux des chaines d’information continue que j’appelle précisément répétitive, de même que leurs flashs d’info qui ne traitent plus que d’un seul sujet, avec de nouveaux chiffres, ce qui ne fait pas alerte, avec de nouveaux angles, ce qui ne mobilise pas l’attention. Tout le public se trouve pris dans cette boucle, qu’un auteur américain comparait à la roue du hamster. Une roue qui aurait en plus la faculté de s’enfoncer petit à petit, car plus on pédale et plus la tragédie apparait disproportionnée, et sans fin en vue.

Alors que la mécanique propre à l’alerte relève du putching-ball (on frappe pour réagir et une autre attaque arrive aussitôt, celle de la répétition s’apparente plus à la machine à laver où chaque tour de tambour fait retomber le linge au point bas, un linge confiné à l’intérieur et totalement incapable de réaction. C’est pourquoi la référence au film « le jour sans fin » vient spontanément. Le flux de conscience ainsi généré possède ses thèmes récurrents mais aussi ses rituels, comme le « moment Salomon », du nom du directeur général de la Santé, chargé de répéter les mêmes consignes, de mettre à jour les chiffres et de répéter une forme d’incertitude sur l’issue de la situation. L’impuissance ressentie par ceux qui sont confinés semble renforcée par ces constats d’impuissance (sans parler de l’impréparation désormais notoire) des politiques et de l’administration. Elle contraste avec le stress des professionnels de la santé et du soin en général, qui fascine tous les médias mais aussi le public et qui décharge sa tension en les félicitant depuis les balcons. La propagation de ce rituel du balcon depuis l’Italie mériterait une étude en tant que telle, de même que son enjeu urbanistique, où un espace de transition privé/public permettant de faire sas dans le vie ordinaire se trouve parfaitement adapté à la situation de confinement. La dimension imitative et auto-satisfaisante de ces rituels est certaine et permet de sublimer l’impuissance déjà évoquée, mais on voit bien qu’il s’agit là aussi de répétition et non de pic d’attention propre au régime d’alerte. L’appartenance à un collectif est ainsi célébré, mis en scène et permet d’atténuer le sentiment d’isolement des confinés.

Le confinement contraint dans le cadre d’une catastrophe d’ampleur inédite maintient ainsi une forme de pression qui est extrêmement rare comme régime attentionnel. Elle combine intensité émotionnelle, (car la peur est omniprésente, l’anxiété se ressent partout même dans l’humour que la situation suscite) et durée ( à travers cette répétition des mêmes signaux mis à jour ). Ce qui est difficile à combiner habituellement avec une exception que j’ai longuement étudiée, celle des jeux vidéo. Un joueur peut mobiliser son attention pendant plus de cent heures (sans parler des jeux en ligne multijoueurs où l’action ne s’arrête jamais) avec une intensité bien équilibrée pour ne pas l’épuiser si le game design est bien fait. Cette expérience esthétique typique du XXIeme siècle constitue le prototype de ce que j’appelle le régime de l’immersion parmi les quatre régimes d’attention que j’ai proposés. Faire l’expérience de l’intérieur, d’être à l’intérieur, d’être pris à l’intérieur d’un monde qui enveloppe tous les sens est le propre de ce régime. Dans le cas des jeux vidéo ou de l’art contemporain (les installations sont des propositions d’immersion dans des intérieurs), le choix est délibéré. A l’évidence, dans le cas de la pandémie, personne n’a choisi cette immersion mais tout le monde se retrouve pris à l’intérieur, immergé. L’intérieur de la maison, par obligation de confinement, l’intérieur émotionnel par compassion pour les victimes et pour les soignants, l’intérieur médiatique par la répétition en boucle des mêmes thèmes, des mêmes conseils, des mêmes intervenants, l’intérieur politique par expérience de l’impasse collective qui se résume à attendre la fin de la crise sanitaire, l’intérieur cosmopolitique par expérience de nos attachements profonds avec des écosystèmes qui peuvent produire ces virus qui sont notre habitat. Ce qui rend par ailleurs difficile la pensée d’un supposé « état de guerre » contre notre propre habitat, contre notre planète, alors que c’est précisément ce qui a créé les problèmes que nous affrontons, cette prétention que nous avons eue de contrôler en surplomb, en étant à l’extérieur d’un monde que nous pouvions arraisonner. Ces thèmes ont été déjà traités par Peter Sloterdijk qui disait «  est moderne celui qui croit n’avoir jamais été à l’intérieur » ainsi que par Bruno Latour avec qui j’avais créé la revue Cosmopolitiques sur cette ligne de pensée.

L’effet de sidération n’est pas loin d’entrainer la dépression généralisée qui va de toutes façons intervenir sous sa forme économique. Car la répétition du cycle de la pandémie sur le plan sanitaire sera suivi du cycle de la dépression économique où les chiffres du chômage hebdomadaire (comme aux Etats-Unis déjà) feront le nouveau rituel. Il s’ensuivra nécessairement la répétition de la crise politique, car en termes de gestion de la crise comme en termes de modèles de développement, les tentations de déni et de retour à l’ordinaire qui sont déjà à l’œuvre vont susciter des résistances considérables. Mais la question sera bien se savoir si à ce moment, l’immersion dans la fatalité de la pandémie et dans la répétition du bilan des impuissances sera encore dominante ou si l’on pourra enfin entrer dans une phase d’alerte collective (ce qui fait scandale, ce qui mobilise) mais de façon durable ( comment penser les alternatives et ne surtout pas revenir à l’état précédent). Le risque le plus probable est cependant avant même la fin de la crise, l’atténuation de l’intensité et l’épuisement de l’effet immersif. Cela peut se traduire au mieux par l’ennui profond ou la dépression et au pire par la désinvolture et la négligence, comme l’attitude blasée que l’on retrouve lorsque trop d’intensité des alertes neutralise leur effet de choc (« une de plus, une de moins ») car passé un certain seuil et un certain rythme la répétition devient routine. L’absence d’échéance claire mais aussi la perte de confiance dans les porteurs des messages qui vont devenir très complexes à gérer au moment de la sortie du confinement pourraient tendre à dissoudre l’effet immersif et à faire revenir la dispersion attentionnelle que l’on connait habituellement dans notre système médiatique numérique.

Note méthodologique

Du point de vue des rythmes qui sont la clé de l’analyse des propagations, il apparait ainsi que la répétition peut être accélérée ou lente sans que cela affecte son effet cognitif immersif. L’essentiel est dans cet « éternel retour », ce cycle des nouvelles funestes dont on ne peut sortir (et lorsqu’on croit en sortir, une deuxième vague risque de se présenter). Mesurer un tel effet de répétition suppose de changer les méthodes de suivi des propagations. En effet, une absence de pic attentionnel ne dit rien de la récurrence d’un thème, d’un message, d’un slogan. Un article de Adamic et son équipe ( de Facebook) analysait ces cascades pour voir ce qui pouvait favoriser leur récurrence. Mais leur objet était des mèmes et pas du tout dans un contexte de crise qui transforme le milieu de compétition pour l’attention. Suivre les hashtags les plus fréquents de la pandémie n’est pas suffisant non plus car ce n’est pas le volume qu’il faut apprécier mais la répétition. Limor Shifman proposait de limiter le concept de viralité à la reproduction à l’identique d’un même contenu. J’ai proposé d’appeler tout ce processus qui inclut les dérivations ( et donc les transformations) « réplications », par emprunt à la biologie et à la sismologie, la viralité et sa reproduction à l’identique étant alors un cas particulier sans variation, sans dérivation. Du point de vue évolutionniste, la variation est pourtant essentielle et c’est aussi comme cela que les virus arrivent à prolonger leur capacités de propagations en se transformant. Les différents milieux favorisent plus ou moins les variations et entraineront un score de fitness différent entre les entités qui se répliquent.

Cependant, dans le cas de la pandémie et de son milieu médiatique et attentionnel, il est nécessaire de penser et de mesurer cette récurrence spécifique dans un contexte de saturation des esprits par le même cadre cognitif. Comment traiter ce rythme particulier du « rituel de Salomon » par exemple en en faisant autre chose qu’une variation légère sur un même thème ou à l’inverse comme une accumulation de répétitions ? ça varie légèrement mais le medium est plus important que le contenu, le rituel propage à lui seul soit une certitude que quelqu’un est aux commandes, soit l’incertitude que tout cela enfle sans aucune issue en vue, etc. indépendamment des informations précises qui sont transmises. Mc Luhan est toujours aussi utile : le suivi des messages en tant qu’éléments nous ferait perdre de vue la répétition qui se trouve encapsulée dans le médium. De même, une intervention de Michel Cymes doit être traitée par son statut de répétition médiatique et non par le contenu du message ainsi diffusé ( même s’il y aurait beaucoup à dire aussi là-dessus !). En effet, c’est un écosystème qui s’est installé progressivement qui favorise la répétition (pour des raisons de suivisme vis-à-vis du discours du gouvernement par ailleurs) au détriment d’un véritable débat qui n’est pas le régime d’attention mobilisé actuellement. Du point de vue des méthodes, le suivi des répétitions ne relève pas vraiment des mêmes métriques que celles des propagations alors que leurs effets attentionnels sont tout aussi puissants. Il nous faudra réfléchir à mettre en place un indicateur de cet syndrome de la machine à laver qui va au-delà de la répétition d’un même slogan (cas de la proposition unique par exemple étudiée en sciences politiques, voir X. Mellet sur les campagnes électorales de Koizumi). C’est un cadre qui est ici répété qui construit un milieu de sélection radicale des messages adaptés à ce cadre.

Note sur Deleuze

Je souligne ici quelques extraits de l’introduction à « Différence et répétition » (1968), qui sont très inspirants pour la discussion sur propagation et répétition. Ce que je comprends de ces passages de Deleuze, moi qui ne suis pas philosophe, m’aide à placer la répétition du côté d’une différence non conceptualisable, par opposition aux propagations ou plus exactement comme version « primitive » de la propagation qui, elle, peut accueillir la différence comme telle.

« L’espace et le temps sont eux-mêmes des milieux répétitifs ; et l’opposition réelle n’est pas un maximum de différence mais un minimum de répétition, une répétition réduite à deux, faisant retour et écho sur soi, une répétition qui a trouvé le moyen de se définir. La répétition apparait donc comme la différence sans concept, qui se dérobe à la différence conceptuelle indéfiniment continuée. Elle exprime une puissance propre de l’existant, un entêtement de l’existant dans l’intuition, qui résiste à toute spécification par le concept, si loin que l’on pousse celle-ci »( p. 23).

Il me semble avoir touché du doigt la répétition sans concept en parlant de répétition pour l’expérience de la lessiveuse mentale de la pandémie alors que les propagations engendrent le concept de cette répétition, en obligeant à penser la différence et à la mesurer ( ce que l’on voit ci-dessous).

« La rythmologie nous invite à distinguer immédiatement deux types de répétition. La répétition-mesure est une division régulière du temps, un retour isochrone d’éléments identiques. Mais une durée n’existe que déterminée par un accent tonique, commandée par des intensités. On se tromperait sur la fonction des accents si l’on disait qu’ils se reproduisent à intervalles égaux. Les valeurs toniques et intensives agissent au contraire en créant des inégalités, des incommensurabilités, dans des durées ou des espaces métriquement égaux. Elles créent des points remarquables, des instants privilégiés qui marquent toujours une polyrythmie. Là encore l’inégal est plus positif. La mesure n’est que l’enveloppe d’un rythme et d’un rapport de rythmes. La reprise de points d’inégalité, de points de flexion, d’événements rythmiques, est plus profonde que la reproduction d’éléments ordinaires homogènes ; si bien que partout, nous devons distinguer la répétition-mesure de la répétition-rythme, la première étant seulement l’apparence ou l’effet abstrait de la seconde. Une répétition matérielle et nue (comme répétition du Même) n’apparait qu’au sens où une autre répétition se déguise en elle, la constituant et se constituant elle-même en se déguisant. » (p.32-33)

Notons la rythmologie (et non la rythmanalyse de Henri Lefebvre) et l’association de la durée et de l’intensité , comme dans les travaux anciens de Ribot que j’utilise pour élaborer mes quatre régimes d’attention. La répétition-rythme serait de l’ordre de l’impensé et du vital, comme l’est la répétition que nous venons d’analyser pour la pandémie , où nous sommes à l’intérieur, alors que la propagation serait en fait la version mesure de la répétition car elle pose une nécessaire différence qui permet les courbes et une répétition orientée.

«  De toute manière, la répétition est la différence sans concept. Mais dans un cas, la différence est seulement posée comme extérieure au concept, différence entre objets représentés sous le même concept, tombant dans l’indifférence de l’espace et du temps. Dans l’autre cas, la différence est intérieure à l’Idée ; elle se déploie comme pur mouvement créateur d’un espace et d’un temps dynamiques qui correspondent à l’Idée. La première répétition est répétition du Même, qui s’explique par l’identité du concept et de la représentation ; la seconde est celle qui comprend la différence, et se comprend elle-même dans l’altérité de l’Idée, dans l’hétérogénéité d’une « apprésentation ». L’une est négative, par défaut du concept, l’autre affirmative par l’excès de l’Idée. L’une est hypothétique, l’autre catégorique. L’une est statique, l’autre dynamique. L’une est répétition dans l’effet, l’autre dans la cause. L’une en extension, l’autre intensive. L’une ordinaire, l’autre remarquable et singulière. L’une est horizontale, l’autre verticale. L’une est développée, expliquée, l’autre est enveloppée, et doit être interprétée. L’une est révolutive, l’autre d’évolution. L’une est d’égalité, de commensurabilité, de symétrie ; l’autre est fondée sur l’inégal, l’incommensurable et le dissymétrique. L’une est matérielle, l’autre est spirituelle, même dans la nature et dans la terre. L’une est inanimée, l’autre a le secret de nos morts et de nos vies, de nos enchainements et de nos libérations, du démoniaque et du divin. L’une est répétition « nue », l’autre une répétition vêtue, qui se forme elle-même en se vêtant, en se masquant en se déguisant. L’une est d’exactitude, l’autre a pour critère l’authenticité.

Les deux répétitions ne sont pas indépendantes. L’une est le sujet singulier, le cœur et l’intériorité de l’autre, la profondeur de l’autre. L’autre est seulement l’enveloppe extérieure, l’effet abstrait. La répétition de dissymétrie se cache dans les ensembles ou les effets symétriques ; une répétition de points remarquables sous celle des points ordinaires ; et partout l’Autre dans la répétition du Même. C’est la répétition secrète, la plus profonde : elle seule donne raison de l’autre, la raison du blocage des concepts. » (p. 36-37).

L’opposition l’une /l’autre renvoie à la répétition-rythme vs la répétition-mesure. La répétition-rythme est celle que j’identifie dans la machine à laver attentionnelle de la pandémie alors que la répétition-mesure se retrouve dans le suivi des propagations, plus abstraite et plus conceptuelle ou catégorielle. La version révolutive de la répétition est bien celle que j’identifie dans la machine à laver par opposition à la version évolutive qui est celle d’une trajectoire d’une entité que l’on suit dans l’établissement d’une courbe classique des propagations.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.