Frédéric Keck Anthropologie des microbes: l’oubli de l’immunité et la révolution du microbiome

Figure 0Remarquable article de Frédéric Keck sur l’histoire de la microbiologie dans le prolongement des travaux de Bruno Latour sur Pasteur. (Merci Diego Landivar pour le signalement)

Keck Frédéric, « Anthropologie des microbes. L’oubli de l’immunologie et la révolution du microbiome », Techniques & Culture, 2017/2 (n° 68), p. 230-247. https://www.cairn.info/revue-techniques-et-culture-2017-2-page-230.htm

Trois points intéressants pour notre théorie des propagations:

  • La question des enveloppes posée par l’immunologie au-delà de la seule vision par réseau de la théorie de l’acteur-réseau.
  • Les réplications horizontales et non seulement par héritage “Les microbes commensaux ont en effet une capacité d’adaptation infiniment plus rapide que les organismes qui les hébergent, car ils se répliquent par transfert horizontal de gènes et non, comme les cellules humaines, par descendance verticale.”
  • Une proposition d’un niveau d’analyse plus structural ‘(au sens linguistique)  en suivant l’échange des signaux entre microbes ( ce que je propose pour décrire les médiations scientifiques (voir article plus bas sur le topofil de Boa Vista”: “Considérer les microbes comme des populations communiquant entre elles par des signaux plutôt que comme des acteurs inscrits dans un réseau”.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Boullier (1 avril 2020). Frédéric Keck Anthropologie des microbes: l’oubli de l’immunité et la révolution du microbiome. SHS 3G. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u5j3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.