Dennett: le pouvoir d’agir du virus et l’utilité de l’erreur

Pouvons-nous apprendre du virus? Voire même l’admirer pour ses performances? Et nous penser nous-mêmes comme faits de ces virus ou tout au moins de processus analogues? Je pense que l’occasion de nous recentrer sur les processus vitaux qui nous fabriquent et qui ont fait de nous ce que nous sommes est utile. Pour des raisons de méthode propres à ces sciences sociales de troisième génération qui doivent penser les propagations mais aussi politiquement pour mieux accepter le fait d’être à l’intérieur d’un processus vital qui nous dépasse largement. Je traduis ici deux pages d’un livre fondamental pour moi, dans un extrait où Dennett reprend le récit de la vie d’un virus racontée par Eigen pour montrer toute la sophistication d’un processus viral, l’apparition  d’une élémentaire puissance d’agir, son caractère automatique (un algorithme en fait) et l’importance de l’erreur qui seule permettra l’évolution:

Daniel Dennett, Darwin’s Dangerous Idea. Evoilution and the Meaning of Life, 1995, pp202-203 (ma traduction très peu élégante)

« The road to wisdom ? Well, it’s plain and simple to express : err and err and err again but less and less and less » (Piet Hein)

Textes de D. Dennett

A travers le microscope de la biologie moléculaire, nous pouvons observer la naissance de l’agency (l’agentivité, le pouvoir d’agir), dans les premières macromolécules qui ont une complexité suffisante pour « faire quelque chose ». Ce n’est pas un pouvoir d’agir florissant, c’est-à-dire une action intentionnelle avec représentation des raisons, délibération, réflexion, et décision consciente, mais c’est le seul terrain sur lequel les graines de l’action intentionnelle peuvent pousser. Il y a quelque chose d’un peu étrange et de vaguement repoussant dans ce pouvoir d’agir que l’on découvre à ce niveau, avec tout cette agitation et ce tumulte orienté vers un but, alors qu’il n’y a personne là-dedans ! Les machines moléculaires réalisent leurs étonnantes cascades, bien sûr très bien conçues, et tout aussi sûrement les moins averties sur ce qu’elles sont en train de faire. Ecoutons l’histoire de l’activité d’un phage ARN, un virus qui se réplique.

« Tout d’abord, le virus a besoin de matériel dans lequel empaqueter et protéger sa propre information. Deuxièmement, il a besoin d’un moyen d’introduction son information dans la cellule hôte. Troisièmement, il lui faut un mécanisme pour la réplication précise de cette information en présence d’un excès important d’ARN de la cellule hôte. Finalement, il doit organiser la prolifération de son information, un processus qui en général conduit à la destruction de la cellule hôte. Le virus se débrouille même pour que la cellule transporte sa réplication. Sa seule contribution est un facteur protéique, spécialement adapté pour l’ARN viral. Cette enzyme ne devient active que lorsqu’un mot de passe apparait sur l’ARN viral. Quand il voit cela, il reproduit l’ARN viral avec une grande efficacité, tout en ignorant l’immense quantité de molécules d’ARN de la cellule hôte. En conséquence, la cellule est envahie rapidement par l’ARN viral. Tout cela est encapsulé dans la protéine de protection du virus, qui est aussi synthétisée en grandes quantités, et finalement la cellule explose en relâchant une multitude de particules de descendants du virus. Tout cela est un programme qui tourne automatiquement et qui est répété jusqu’au moindre détail (Eigen, 1992, p. 40) »

Qu’on le veuille ou non, un phénomène comme celui-là démontre le cœur de la puissance de l’idée darwinienne. Un petit morceau de machinerie moléculaire, impersonnel, sans réflexion, automatisé, et sans esprit est la base ultime de tout ce pouvoir d’agir, et donc de la signification, de la conscience dans l’univers.

Dès le début, le prix à payer pour « faire quelque chose » est le risque de le faire mal, de faire une faute. Notre slogan pourrait être « no taking without mistaking » (pas de prise sans méprise, pas d’action sans erreur). La première erreur jamais faite fut une erreur typographique, une erreur de copie qui fut l’occasion de créer un nouvel environnement de tâches (ou un paysage adaptatif) avec un nouveau critère correct/ erroné, meilleur ou pire. Une erreur de copie compte comme erreur maintenant seulement parce qu’il y a un coût à l’erreur : la fin de la ligne de reproduction au pire, ou la diminution de la capacité de se répliquer. Ce sont des questions objectives, des différences qui sont présentes, qu’on les prenne en considération ou non mais elles apportent avec elles une nouvelle perspective. Avant cet instant, aucune occasion d’erreur n’existait. Quel que soit le cours des choses, elles n’allaient jamais bien ou mal. Avant ce moment, il n’y avait aucun moyen stable et prévisible de choisir d’adopter la perspective qui permet de distinguer les erreurs et chaque erreur faite depuis est dépendante de cette première erreur originale. En fait, il existe une forte pression sélective pour produire un processus de copie génétique de le plus haute fidélité possible, pour minimiser l’erreur. Heureusement, il ne peut atteindre la perfection absolue, car s’il le pouvait, l’évolution s’arrêterait. »

(…) Darwin a retourné l’intentionnalité : elle ne vient pas du haut, elle percole du bas vers le haut, à partir des processus algorithmiques sans signification ni but qui progressivement acquièrent du sens et de l’intelligence au fur et à mesure de leur développement. Nous sommes faits des mêmes automates qui nous envahissent. (…) Aucun élan vital ne distingue nos anticorps des antigènes qu’ils combattent : ils appartiennent seulement au club qui est «nous », et donc ils se battent pour notre compte. »

Mes commentaires (DB)

La question de l’erreur est importante. Pour nos méthodes de suivi des propagations. J’ai toujours défendu qu’il ne servait à rien de rendre compte seulement de scores de propagation mais qu’il fallait à la fois faire des comparaisons, pour voir le paysage adaptatif et comprendre ce qui marche mieux qu’un autre mème, par exemple et suivre les réplications, c’est-à-dire les dérivations, les erreurs, les traductions qui seules permettent de comprendre la survie d’un mème . Or, ce travail là est extrêmement complexe comme j’ai pu m’en rendre compte en tentant de développer un meme tracker à l’EPFL.

Mais l’erreur est aussi importante dans une visée évolutionniste de nos civilisations et sur le plan politique. Il est clair que l’épidémie  et son ampleur est une erreur qui va faire bifurquer nos civilisations. Et cette leçon n’est plus valable seulement pour un pays ou pour certaines populations mais pour toute l’humanité qui est obligée à nouveau de se penser comme humanité ( même si en fait ça résiste énormément du côté des appareils politiques). La précédente erreur était double: la Shoah et Hiroshima. Toutes les deux ont entrainé des révisions du code de développement des civilisations à tous les niveaux, et donné lieu à un nouvel ordre mondial. L’épidémie du coronavirus rebat les cartes et montrent les impasses de la voie adoptée depuis 40 ans, avec l’hyperdéveloppement mondialisé qui oblitère un peu plus notre appartenance au vivant tout en faisant profession de foi sur profession de foi pour la planète, un comble ( toutes les COP depuis Rio, 1992). Il se peut que l’erreur de réplication se poursuive jusqu’à entrainer la mort de l’hôte (nous-mêmes) mais au moins les possibles sont ouverts , dramatiquement, et pour peu de temps (car on oublie vite les leçons du passé et la répétition des erreurs est plus confortable que l’invention de solutions nouvelles). Mais c’est un choc d’évolution que nous vivons, une erreur de réplication qui ouvre la voie à l’évolution (la fin de there is no alternative, le verdict fatal énoncé par Thatcher en 1980 et qui a généré la secte des développeurs fous qui nous gouvernent).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.