La compétition des propagations: virus, mèmes et bonnes pratiques

Résultat de recherche d'images pour "argentine rendons virale la responsabilité"

Cette superbe initiative de la presse argentine nous donne une bonne idée de la façon dont les médias de masse peuvent aussi produire des mèmes et entrainer des effets de propagation forts contre les autres propagations. Car la compétition fait rage entre les différentes entités qui veulent occuper notre attention d’une part et notre corps d’autre part. C’est le thème de l’article que je publie dans The Conversation ce jour

https://theconversation.com/virus-memes-et-bonnes-pratiques-la-competition-des-propagations-133841

J’y ajoute ces quelques remarques qui auraient été trop longues à discuter dans l’article.

L’article plaide pour le choix d’assumer que la communication en temps de crise doit exploiter les ressorts sémiotiques qui vont favoriser la propagation d’idées simples et agissantes sur l’attention des publics. Je ne défendrais pas ce principe en tous temps et pour toute cause, et je prépare même un livre contre le réchauffement médiatique pour expliquer comment les plates-formes numériques nous ont formatés à réagir de plus en plus vite à des alertes en répliquant tout ce qui passe sur notre fil. Il souligne à quel point cela contribue à la dégénérescence de notre espace public. Cependant, en temps de crise ou sur des sujets ultra sensibles, lorsque les institutions se contentent de faire de la “pédagogie” ( le terme indique déjà comme on traite le citoyen sous prétexte de le rendre intelligent) -ce qu’elles doivent faire aussi là n’est pas la question- elles oublient qu’elles ont affaire en face d’elles à une mémétique puissante car formatée pour la propagation. il faut donc assumer de produire les messages qui conviennent. est-ce à dire qu’il faut dès lors employer les méthodes que dans les années 40 nous aurions appelé celles de la propagande? Les deux termes, propagande et propagation, ont évidemment une parenté. Ce qui les distingue, c’est la source, c’est le contrôle politique et social sur les messages. Il se trouve que les émissions pédagogiques et notamment celles vues ces temps ci dans les médias de masse ont fait de la propagande notamment pour justifier le fait que l’on ne distribue pas de masques ( pour cause de pénurie et de faillite du système d’anticipation des pandémies) en utilisant des arguments pseudo-scientifiques prétendant que les masques ne servent à rien. Et tout cela dans des formats très nobles et savants alors qu’il s’agit de pure propagande.

A l’inverse, en Mai 68, l’une des forces du mouvement a résidé dans sa capacité à inventer les supports textuels et iconiques à la propagation des idées révolutionnaires, et l’on se souvient encore de “sous les pavés, la plage”, ou des visuels de l’école des Beaux Arts qui sont d’ailleurs réapparu pendant les manifestations contre les retraites. Dans ce cas, la force sémiotique d’un message sert la propagation d’une idée  mais n’est pas “propagande”‘ au sens de diffusion délibérée et massive par un pouvoir de messages d’influence.

La discussion peut rappeler aussi le débat auquel j’ai participé sur les messages en faveur de la sécurité routière, à l’époque où j’ai travaillé sur ces questions en France et en Angleterre. Les pouvoirs publics anglais n’hésitaient à faire dans la choquant ou le mauvais goût  (par exemple: A Christmas Box sous forme de cercueil!!) pour capter l’attention et faire passer le message de sécurité routière.  EN France on avait toujours voulu éviter ces messages dits “négatifs” et c’est seulement à la fin des années 2000 que des campagnes plus “agressives” ont été  lancées. Mais depuis quelques années, on semble revenu en arrière en considérant que ces chocs visuels étaient contre-productifs. En fait, c’est une tradition de communication institutionnelle qui a repris le dessus avec toutes les justifications habituelles. Cependant, une chose est exacte, lorsqu’on abuse des campagnes trash, on produit un effet que j’ai appelé “l’effet blasé” qui est assez facile à obtenir sur les réseaux sociaux tellement les images et vidéos trash abondent et font même des clics (les vidéos dites “putaclics”). il est impossible de suivre dans une telle course pour encore ajouter du choc au choc pour capter l’attention d’un blasé. Mais pour autant, il n’est pas possible d’ignorer les propriétés sémiotiques qui permettent à un message de circuler.

Or, en dehors des vidéos spontanées faites par des soignants ou des images humoristiques je n’ai rien vu encore comme stratégie délibérée pour contrer les effets de panique décrits dans l’article. Je pense notamment aux pénuries. La confection de messages précis et ciblés pour démentir la pénurie ne peut pas reposer sur la parole des dirigeants des grandes surfaces, c’est une communication indigente. Lors de la crise des artichauts du début des années 60 dans le Léon, Alexis Gourvennec faisait tourner des camions à vide (mais avec des caisses quand même) dans tout le pays de Roscoff et Saint Pol pour faire croire qu’il avait encore toutes ses capacités de production de drageons (les “boutures” des artichauts)  et cela marchait pour contredire les rumeurs. Là il y avait mise en scène non relayée par les mass médias mais seulement par la vision des paysans au bord de la route. On peut tout-à-fait gérer des crises avec ces stratégies , en veillant bien à ne pas oublier qu’il s’agit de ce fait d’un court-circuit de la délibération, de la discussion argumentée mais que les adversaires que sont les mèmes qui circulent adoptent eux ces méthodes. L’opposition éclairée fondée sur la raison doit prévaloir mais elle ne peut ignorer que ce n’est pas cette version qui circule le plus facilement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.