L’art de percer les enveloppes : viralité et protection

La question de l’immunité est posée comme capacité des entités vivantes à « faire enveloppe » d’une certaine façon, en reprenant une thématique proche de celle de Sloterdijk. Le virus, lui, se distingue par sa capacité à percer les enveloppes de ses véhicules et à s’installer ainsi dans les organismes. Dans tous les cas, quand je parlerai ici d’enveloppe, cela n’aura rien à voir avec une forme de clôture ou de bunkerisation mais cela se situera dans un cadre immunologique avec des circulations, des filtrages et donc une forme d’ouverture vitale et non de fermeture, cela étant dit pour éviter les malentendus sur le terme. Mais la capacité d’un organisme à faire enveloppe est une étape constitutive du vivant (et du social) et selon les propriétés de l’enveloppe et donc du système immunitaire, certains filtres seront actionnés ou non. Mes travaux sur les propagations/ réplications peuvent paraitre totalement éloignés de ces questions puisqu’après tout, il s’agit alors de suivre la contagion d’un même sur internet, d’un trait culturel dans l’évolutionnisme culturel, d’un message dans une crise, etc. et de s’intéresser avant tout à la courbe, c’est-à-dire au cumul des réplications.

Ce serait forger ainsi une opposition radicale avec une approche statique des groupes sociaux par exemple qu’on décrit comme des clusters, des collectifs que l’on peut même considérer (provisoirement) comme clos sur eux-mêmes pour les besoins de la démonstration. Cette approche structurale (1ere génération) aurait alors tendance à privilégier les enveloppes soit par effet de méthode soit parce qu’elle rend compte du résultat du travail effectué par les acteurs sociaux pour se constituer des enveloppes. Construire une catégorie sociale comme « les cadres », c’est constituer une enveloppe qui a d’ailleurs vocation à protéger, pour éviter toute contagion de statuts voisins, ce que les syndicats savent très bien faire et que les sciences sociales peuvent soit prendre à la lettre (les catégories/ enveloppes déjà faites) soit observer en cours de construction (en train de se faire), de destruction (attaquer les régimes spéciaux, c’est détruire les enveloppes, c’est une attaque qui suscite une réaction immunitaire) ou de crise ( une mutation).

On peut refaire le même parallèle avec les sciences sociales de seconde génération, qui adoptent le point de vue des préférences individuelles. Les choix effectués sont en fait des pondérations d’influence dépendantes des informations à disposition et donc de ce qui aura percolé dans les esprits des individus décideurs avec tous les biais cognitifs que l’on connait. D’une certaine façon, un biais cognitif est une réponse immunitaire à une information trop dissonante, trop agressive pour le système cognitif en place et qui permet de recycler le virus de l’information pour le neutraliser ou le convertir dans les termes du système interne aux individus-décideurs. Les propriétés de chaque message et de chaque influenceur, de chaque porteur vont être essentielles pour comprendre le choix de laisser entrer la contagion ou non, au point de basculer alors dans des situations de troisième génération où il n’existe plus de décision ni de préférences individuelles lorsque le virus/ information est suffisamment bien construit pour attaquer radicalement les défenses et pénétrer « à l’insu de notre plein gré » notre cadre mental.

Dans les deux cas, cependant, structure sociale et préférences individuelles, on peut considérer qu’il est assez facile de décrire cet effet d’enveloppe, même si ce ne sont pas les concepts qui seront utilisés et que l’on parlera plutôt d’institutions d’un côté (un tout constitué et identifiable comme tel) et de système de représentations de l’autre ( une cohérence individuelle). Or, lorsqu’on traite des propagations, on semble absorbé d’emblée par l’entité qui se propage (si on le fait sérieusement et du point de vue des sciences sociales de troisième génération) et au fond, on s’intéresse plus à la capacité du virus à accumuler les victoires, à percer les enveloppes qu’à penser cette question d’enveloppes. Il se trouve que depuis longtemps (près de 15 ans) je suis intéressé par les enjeux d’enveloppe car je travaille sur l’habitèle, qui, en lien avec l’habitat, consiste à penser notre capacité à produire un intérieur numérique, à nous approprier les réseaux et en cela à faire enveloppe. Le diagnostic étant que les plates-formes ont créé une telle asymétrie que nous ne sommes plus capables de réguler notre enveloppe sur ces réseaux. Du point de vue de la pensée sociale, le modèle des réseaux a d’ailleurs écrasé voire empêché la pensée de l’enveloppe et cela n’est qu’un des symptômes de la colonisation des esprits par le virus néo-libéral observable désormais dans la mondialisation que l’on connait. Les enveloppes du numérique sont tout autant techniques (antivirus, pare-feu, mot de passe, paramétrages, etc.) que mentales ( captologie, déconnexion, notifications à haute fréquence ou non, etc.), mais on ne les pense pas comme telles, seulement comme des patchs pour des défauts de la communication en réseaux. Alors qu’il faut penser système immunitaire, capacité à habiter le numérique, sujet d’un livre en cours depuis des années et d’enquêtes nombreuses de ma part.

Si l’on passe du côté de l’analyse des propagations, il existerait ainsi un point aveugle qui résiderait dans le fait de se désintéresser totalement des enveloppes pour valoriser là aussi les réplications et tracer leurs réseaux. Or, ce n’est méthodologiquement pas correct, d’un strict point de vue évolutionniste. Si l’on peut suivre les traits distinctifs et analyser leurs chances de survie (même, message, objet, innovation, trait culturel), il est impossible de penser leur propagation comme un simple cumul d’émergences en ignorant trois dimensions clés : 1/les milieux dans lesquels ils se développent, 2/ l’état conjoncturel de la compétition entre entités et 3/ les relations entretenues entre ces différents traits.

Ainsi, un même sur internet nait dans un milieu qui a des vertus de bouillon de culture plus ou moins favorable (sur memegenerator, c’est le site qui est lui-même conçu pour cette émergence) : il est d’une certaine façon associé à ce milieu qui fonctionne comme une enveloppe pour lui permettre une fitness idéale. Mais une fois qu’il en sort, il devra percer des enveloppes, c’est-à-dire contaminer des milieux a priori hostiles, voire très résistants. Un virus ou un mème « choisira » de fait (ce n’est pas un « choix », c’est un résultat de variations et d’essais-erreurs à partir de son mécanisme interne de réplication) le milieu le plus fragile pour trouver la bonne porte d’entrée.

De plus, au moment précis où il lance son attaque, ces moments que l’on trace sur une timeline en accumulant les victoires lorsqu’il y a réplication, il peut se trouver entrer en compétition avec une grande quantité d’autres mèmes ou avec peu, pour des raisons très variées et purement liées au hasard en grande partie, point clé de tout évolutionnisme. La compétition pour l’attention par exemple est désormais bien connue dans l’économie numérique et elle délimite des conditions de succès pour ces propagations. Car les limites de l’esprit humain en matière d’attention (mais aussi de mémoire notamment) constituent une forme d’enveloppe, qui protège le cerveau de toute surchauffe : un filtrage s’effectue. De ce fait, il faudrait que chaque occurrence d’un même que l’on trouve répliqué sur un nouveau compte Twitter par exemple soit considérée comme le résultat de l’effraction réussie d’une enveloppe attentionnelle. Or, et c’est là où ça devient intéressant, dans cette compétition, certains mèmes auront des traits, dotés d’une force de frappe (ou de percement) plus grandes que d’autres. De même que certains virus résistent longtemps avant de trouver la bonne porte, ou qu’ils sont capables de se recombiner avec d’autres pour pénétrer les défenses, les mèmes et toute entité qui se propage ont des qualités propres qui peuvent devenir gagnantes dans un certain milieu et à un certain moment qui dépend de la concurrence, d’où leur fitness qu’ils améliorent au fur et à mesure d’ailleurs par mutation si nécessaire. Dans tous les cas, le rôle des enveloppes et de leurs propriétés sont aussi importantes.

Dernier point, les virus comme les mèmes peuvent conduire des attaques groupées ou tout au moins ils chevauchent des véhicules plus ou moins puissants pour pénétrer les enveloppes. C’est souvent plus un ensemble constitué voire bien stabilisé comme cheval de Troie qui camoufle très bien le virus, qui permet cette pénétration. Les mèmes comme tous les messages sont souvent encapsulés dans d’autres entités qui sont les bons véhicules pour pénétrer un système. Les spécialistes de cybersécurité n’utilisent pas le terme de cheval de Troie pour rien : c’est un principe majeur pour percer les défenses, pour percer les enveloppes. Ce qui pose des problèmes méthodologiques, pour la sécurité mais aussi pour les sciences sociales. Car suivre la propagation d’une entité qui se loge elle-même à l’intérieur d’une autre totalement différente devient difficile d’un simple point de vue de l’observation. D’une certaine façon c’est aussi ce que disait Mac Luhan à propos des messages : le medium est le message. Mais là c’était encore plus rusé. Le message n’était pas selon lui ce qu’il y avait à l’intérieur ( les Grecs cachés) mais le medium, en l’occurrence le cheval lui-même. Ce qui est d’ailleurs le cas en cybersécurité où le but est parfois moins de faire passer une information ou d’en récupérer mais de faire passer le message que le système est désormais faillible.

Si l’on étend cette réflexion à notre situation de pandémie, cela nous obligerait à penser au-delà de la défense immédiate pour faire une interprétation à la Mac Luhan de la crise du coronavirus : le message c’est l’enveloppe, ou l’état normal de pandémie dans lequel nous vivons désormais, dans nos relations au vivant ( et aux vivants). C’est sans doute lorsque les enveloppes ne sont plus adaptées et percées de toutes parts, qu’il est enfin possible de penser l’importance de ces enveloppes, alors même qu’on ne pourra plus les recréer comme elles étaient auparavant (à savoir les frontières nationales par exemple qui sont tellement dérisoires face à cette interrelation puissante du vivant à l’échelle planétaire). Mais on sort là de la discussion sur les propagations et leurs méthodes pour entrer dans une cosmopolitique que je soutiens depuis longtemps


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.