Comment bloquer la viralité d’un virologue?

EDIT: Ce billet a été écrit au début de la renommée publique de Raoult et avait une approche plutôt ouverte à son idée de médicament repositionné pour soigner le début des crises Covid-19.Il a fait l’objet de plusieurs révisions et je dois aujourd’hui admettre que la controverse sur le sujet de la chloroquine est devenue toxique pour toute l’activité scientifique, à la fois à cause des fausses infos et fausses données de revues pourtant légitimes (comme The Lancet) et à cause de l’attitude arrogante et des propos sans précaution et sans souci de validation scientifique de Raoult. Le mal fait à la crédibilité des scientifiques est considérable alors que Raoult avait de quoi tranquillement questionner l’establishment et modestement faire son travail de  médecin. Mais l’arrogance des pontes des institutions scientifiques médicales dont il fait partie disqualifie complètement sa critique contre d’autres pontes tout aussi arrogants. Science et crise ne semblent pas faire bon ménage mais au moins, nous aurons appris dans quelle impasse nous conduisent les politiques scientifiques ( institutions, publications, ranking, ) actuelles.

Pourquoi ce personnage est-il sympathique pour les sujets qui nous concernent?

1- Il est anticonformiste et pourtant résiste à la pression mais on voit bien qu’on tente de bloquer sa propre viralité ( et donc sa notoriété). N’oublions pas que tout cela est avant tout et toujours en science aussi affaire de réputation.

EDIT: il faudra faire une histoire spécifique de cette controverse qui a été lancée notamment par le succès de sa vidéo sur YouTube (fin de partie!) mais aussi par le classement immédiat par le Monde puis par le ministère de la santé en fake news (vite retirée le lendemain), ce qui a suffi à lui assurer une antilégitimité de bon aloi chez tous les complotistes ou altnews. Le débat porte dès lors moins sur son projet que sur ses méthodes de communication (sans réelle comparaison avec la force de frappe des institutions normatives par ailleurs, omniprésentes sur les plateaux par ailleurs).

2. il prône une approche très low tech de l’innovation qui consiste d’abord à voir si ce que l’on a en magasin pourrait marcher. Et lui a trouvé que la chloroquine plus un antibiotique traitaient 90% des cas, ce qui n’est pas si mal quand même, et tout cela est disponible puisque même Sanofi vient d’en proposer 300000 doses. On sait qu’une innovation simple ou déjà appuyée sur des connaissances antérieures est plus facile à diffuser.

EDIT: cela dit les critiques sur la méthode sont tout à fait justifiées sur le principe, même s’il a appelé aussitôt à étendre les tests pour obtenir une validation réelle.

3. Il a écrit un livre que je n’ai pas lu « Mieux vaut guérir que prédire » dont le seul titre me réjouit et devrait servir de prophyllactique contre la propagation des promesses abusives d’IA en matière de santé notamment. Les data scientists au service de l’art du soin, ça nous changerait. Et surtout on verrait que la data science n’a pas grand chose de plus scientifique que la médecine, c’est avant tout un art d’assembler des données et des connaissances de type scientifique pour résoudre un problème précis ( mais dans la phrase il y a « résoudre »).

Mais qui est le professeur Raoult, possible vainqueur du Coronavirus ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.