Le temps des propagations

 

la page de réponse de Google images à la requête propagation le 21 mars 2020

Il serait quand même étonnant que les sciences sociales de troisième génération restent muettes sur la catastrophe sanitaire majeure depuis un siècle, l’épidémie de Covid-19. Je commence donc ce jour une chronique aléatoire et exploratoire à partir de ma lecture de la presse sur ce qui nous permet de connecter le coronavirus et les sciences sociales des réplications. Trop facile me direz vous, ça va de soi! Précisément, là est le piège car il ne faudrait pas se contenter de filer la métaphore, d’importer des modèles d’épidémiologie ou sous prétexte de penser l’épidémie de continuer à adopter les mêmes méthodes ( qui sont par ailleurs tout-à-fait légitimes). Mais après tout, “que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe?” Profitons donc de cette assignation à un gite pour songer et penser ce qui se passe et se dit avec la grille d’analyse des propagations et des réplications. Et tant pis si cela part dans tous les sens, cela permettra au moins d’avoir du matériel pour après! Les contributions sont les bienvenues évidemment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.