Compte-rendu / discussion du livre de Pablo Jensen « Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations »

Qui agit?

Dominique Boullier

Le livre de Pablo Jensen (Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations, Paris, Le Seuil, 2018, 336 p.) est remarquable par son art didactique et sa modestie alors que l’auteur pourrait exploiter la réputation de sa discipline, la physique, pour épater la galerie des sciences sociales. Son propos est exactement inverse puisqu’il veut au contraire montrer que les prétentions des physiciens, mathématiciens et statisticiens, voire économistes, à réduire la société à des équations sont abusives. Paradoxalement, au cours de ce compte-rendu qui est aussi une discussion, nous voulons montrer qu’il pousse la modestie trop loin car il assigne aux sciences sociales des ambitions politiques abusives et qu’au prix d’une réduction de ces ambitions, elles peuvent très bien exploiter des données pour l’étude de processus sociaux de façon assez fiable mais dans une limite de validité certaine. La discussion est donc inévitablement orientée par notre souci de fonder des sciences sociales de troisième génération qui gardent toute leur place aux autres générations. Mais lorsque Pablo Jensen intitule l’un de ses chapitres « qui agit? », il nous y encourage sans aucun doute !

Son propos débute par les sciences naturelles et leur capacité à expliquer de façon fiable. P. Jensen reprend une posture désormais familière dans les STS, en insistant sur les montages expérimentaux qui permettent de construire les savoirs, qui vaudront ce que valent les épreuves construites pour les tester. Le calorique de Lavoisier sera invalidé au XIXe siècle, la loi de la chute des corps de Galilée, elle, résistera malgré ses limites, grâce à son astuce du plan incliné. La conception même du dispositif expérimental lui permettait d’éliminer (quasiment) tout frottement pour « n’attribuer tout l’effet du mouvement qu’à l’action d’une seule cause, la gravité » (p.51). Mais il s’agit moins là d’une abstraction qui réduit que d’une abstraction qui relie (p.64), dans la lignée de Whitehead : la gravité permet de relier de nouveaux phénomènes. L’explication locale et complète de la chute d’un corps particulier supposerait d’ajouter toutes les « agencies » de toutes les contributions du milieu, des matériaux, de l’air, etc. Mais il s’agit ici d’abstraire et donc de transformer (p. 53) un phénomène toujours local en processus transférable parce que validé par une multitude d’observations elles-mêmes reproductibles. Jensen n’oublie pas de préciser aussitôt qu’il serait totalement impossible de retrouver ces situations et d’isoler un tel facteur en sciences sociales sans détruire le système (p. 53). C’est pour cela que les physiciens qui traitent de processus sociaux préfèrent les simulations, ou que les économistes produisent des modèles parfaits à partir de la théorie des jeux.  L’exemple du climat permet de rappeler tout le montage nécessaire des médiations pour assembler et rendre commensurables des observations pendant plusieurs siècles maintenant. La prédiction de grandes tendances, comme le climat sur les 20 ans à venir, s’avère en fait beaucoup plus aisée à fiabiliser que la prédiction à dix jours qui a pourtant progressé énormément. La climatologie est dans la longue durée, la météorologie est dans la haute fréquence et entre les deux, se trouvent les cycles des saisons et leurs moyennes que l’on peut encore calculer mais rarement vraiment prévoir.

L’auteur peut alors mettre à l’épreuve les tentatives de reproduction des mêmes méthodes modélisatrices dans le domaine social, que ce soit pour simuler la ségrégation raciale, les dynamiques électorales ou la compétition économique, ou en tentant de s’appuyer sur des données observables pour construire des modèles plus complexes et plus réalistes comme la construction d’un nid par les fourmis, la propagation des épidémies ou le marché du travail. Le modèle de Schelling sur la ségrégation raciale équipe les individus d’une capacité de choix élémentaire et de seuils de tolérance à son voisinage. Les effets collectifs sont donc bien réduits à des préférences individuelles, d’un agent simplifié pour les besoins du modèle et produisent ce que les tenants de l’individualisme méthodologique ou de la théorie des jeux appellent des effets pervers, c’est-à-dire non désirables socialement mais « mécaniquement » produits par la dynamique des intérêts individuels. Ces simplifications nécessaires à l’opération peuvent avoir des vertus pédagogiques mais elles peuvent aussi servir à faire avancer des thèses provocatrices avec le scientisme que permet l’auréole de la physique. Jensen procède ainsi à une critique radicale des tentatives de réduction des sciences sociales aux modèles physiques par S. Galam. Il montre bien comment les prétentions à la prédiction se sont avérées très souvent fausses mais ont suffi à attirer l’attention médiatique sur le chercheur uniquement par les vertus contre-intuitives de ses propositions comme l’augmentation des comportements individuels contrariants, en introduisant à volonté le nombre d’agents dans ses modèles. Ce qui est certain, c’est que son apologie des comportements contrariants lui a permis aussi de contester le réchauffement climatique pour le seul impératif de la controverse, retournée en argument de refus des accords trouvés entre scientifiques. Les principes de l’équilibre de Nash dans la compétition économique sont aussi typiques de ces approches extrêmement simplifiées qui prétendent expliquer une réalité jamais décrite dans sa complexité : l’isolement des facteurs n’est alors qu’un effet de l’arbitraire du modélisateur et se trouve alors assez aisément vérifiée alors que des observations empiriques auraient complexifiées l’opération.

C’est ce qui se fait dans les observations des « olas ». L’imitation est au cœur du processus mais elle pouvait se résumer pour certains chercheurs à l’observation de son environnement par un spectateur qui réagit lorsqu’un cinquième de ses voisins se lèvent. Ce modèle simple ne nécessite donc pas de coordonnateur mais comme le dit Jensen, toutes les autres compétences des spectateurs ont été évacuées comme par exemple leur mémoire, les images vues, qui peuvent constituer des stéréotypes déclencheurs du comportement conforme tout autant que les moyennes des pratiquants en situation. Nous pensons qu’il serait même intéressant de suivre cette exposition médiatique aux olas, de voir comment elle se propage, et dès lors de tenter de calculer aussi des mécanismes de déclenchement qui tiennent compte de cette dimension. Car la propagation ne se fait pas seulement par voisinage immédiat mais par exposition médiatique notamment, le tout permettant la mémorisation et la révision des comportements inadaptés.

La stigmergie analysée par les zoologistes constitue une tentative pour rendre compte de ces processus émergents. Les informations locales dont disposent les insectes leur suffisent pour produire un effet de coordination : « L’ouvrier ne dirige pas son travail, il est guidé par lui ». Cette expression est importante car elle signale que le pouvoir d’agir n’est plus localisé dans l’expertise des agents (ici insectes) mais dans les traces évolutives (dont des phéromones) du travail précédent des autres agents, traces qui valent programme d’action pour la suite des opérations. L’extension de ces travaux aux piétons a permis d’identifier trois « forces sociales » qui sont particulièrement intéressantes pour notre approche en trois types d’agentivité. « Les piétons sont comme des cailloux actifs qui réagissent à des « forces sociales » de trois types. D’abord, une force qui pousse la personne vers sa destination souhaitée, et tend à la faire aller à une vitesse de confort, de l’ordre du mètre par seconde. Il s’y ajoute une force d’interaction entre les piétons, qui représente essentiellement l’évitement, et enfin une force de répulsion exercée par les murs ». (p. 107). Voici décrits simplement les trois points de vue que nous identifions sur le social : une force ou un pouvoir d’agir des structures (héritées) en l’occurrence ici les murs, une force ou un pouvoir d’agir des préférences individuelles (ici le désir d’atteindre sa destination) et une force ou un pouvoir d’agir du voisinage, des contagions de proximité (ici l’évitement entre piétons). La formule mathématique qu’applique Medhi Moussaïd peut apparaitre dès lors complexe et pourtant simplificatrice mais elle est une tentative d’assembler trois points de vue dans une seule formule et de rendre cela calculable comme pourrait le faire un agent humain. En réalité, les sciences sociales selon moi doivent d’abord se contenter d’isoler précisément l’un des facteurs et de rendre calculable sa propre dynamique, sans pour autant être capable de rendre compte de l’assemblage en situation voire même en modèle intégral. C’est là sans doute une position plus modeste encore que celle de Jensen qui laisse souvent penser que les sciences sociales doivent tenter ces comptes rendus complets et continus grâce à ou malgré la nécessaire distinction de ces forces agissantes. Pour ma part, il me suffit de travailler à isoler notamment tous les paramètres de l’interaction entre piétons, car la troisième génération de sciences sociales a vocation à répondre à ces questions de voisinage et de réplications locales, à condition de ne pas oublier que les structures que sont ici les murs ou les choix des individus ont aussi leur poids dans l’arbitrage final.

Les inégalités sociales et particulièrement leur reproduction scolaire sont au cœur des débats en sciences sociales et ont notamment servi à Boudon pour montrer les limites de l’approche de Bourdieu en termes de reproduction. L’exemple repris par Jensen sur cette question, le travail de Gianluca Manzo qui a construit une société virtuelle, est finalement assez proche et permet d’agréger plusieurs dimensions à prendre en compte dans ces processus. Le premier ingrédient de la réussite scolaire est la « compétence » scolaire qui est « accumulée dès la petite enfance » (p. 114). « Dans ce modèle, plus les parents ont un diplôme élevé, plus le chiffre est grand, en accord avec les données empiriques de tests scolaires » (p. 114). Nous retrouvons là la dimension de l’héritage déjà bien traitée par Bourdieu et qui traduit le pouvoir d’agir des structures sociales. Puis est introduite « la perception des coûts et bénéfices de l’échelon supérieur par les jeunes d’une famille donnée » (p.115). Cette dimension dépend bien des préférences individuelles (qui sont des perceptions et des anticipations) qui vont donner lieu à un arbitrage, ce que Boudon avait particulièrement éclairé, y compris en montrant les attentes décalées par rapport à la réalité du marché des places ensuite. Enfin, est prise en compte un troisième ingrédient, « les interactions entre les jeunes qui mènent à un conformisme éducatif. (..) Cet effet d’interaction sociale induit une sorte d’avalanche par mimétisme, qui creuse les écarts entre les niveaux atteints par les enfants des familles les plus dotées en capital scolaire et les autres » (p. 115). On ne peut rêver meilleure description méthodique des trois pouvoirs d’agir que nous proposons, distribués très clairement sans qu’aucun soit écrasé par l’autre. Pablo Jensen fait part ensuite de ses réserves sur les ressources empiriques existantes pour justifier chacune de ces trois dimensions et les limites que cela apporte au modèle. Il a raison d’insister sur cette complexité de la validation car pour chacune des dimensions, comme je l’ai toujours indiqué, ce sont des méthodes différentes qui seront adoptées (registres statistiques pour les structures, sondages pour les perceptions et observations de traces de comportements pour les interactions) et leur commensurabilité n’est pas du tout garantie. Cela plaide selon moi pour une séparation des approches et non pour des modélisations totales prématurées. Dans ce cas cependant comme dans celui des comportements des piétons, il est frappant de voir les chercheurs identifier trois types de facteurs qui correspondent exactement à mes propositions de division du travail entre sciences sociales. La seule difficulté provient du fait qu’il s’agit de modélisation (et donc de projection de ces principes, inévitablement) mais que le souci de réalisme contraint les modélisateurs à vouloir assembler des points de vue alors qu’il s’agit de l’opération la plus improbable en l’état actuel de nos connaissances. Mais évidemment, c’est aussi cette opération qui fait l’objet d’une demande sociale pressante (comment configurer les flux de voyageurs ou comment réduire l’échec scolaire). Il faudra bien avoir le courage de dire que les sciences sociales travaillent pour fonder les briques de savoir qui permettront peut-être de dire quelque chose de pertinent sur ces questions opérationnelles mais que pour l’instant toute tentative dans ce sens reste prématurée et totalement spéculative. Et cela d’autant plus qu’on se limite à des modèles, ce que Pablo Jensen montre dans les parties suivantes.

L’auteur poursuit la discussion des préférences des agents en montrant comment les économistes changent leur fusil d’épaule sans le dire quand ils étudient des préférences individuelles qui sont diverses mais ne suffisent pas à rendre compte de la formation  de la demande. En effet, les effets d’imitation restent très puissants et influencent les décisions éclairées des consommateurs, qu’il s’agisse d’effets boule de neige ou d’interactions plus locales entre clients. Il conclut même en reprenant la métaphore du concours de beauté de Keynes qui considérait que l’économie financière relève plus du pari sur le comportement des autres que sur des évaluations en substance des qualités des produits en concurrence. Ce modèle, que Orléan a développé, renforce encore l’importance de l’étude de l’imitation au sein d’une approche en termes de réplications pour comprendre que les processus sociaux accélérés que la finance et le numérique ont amplifiés relèvent désormais d’autres explications et modélisations que les grandes tendances structurelles auxquelles les sciences sociales de première génération ont été habituées.

La modélisation des épidémies est à juste titre introduite dans ce panorama car elle exerce une fascination considérable sur les sciences sociales qui, pour autant, en restent à une distance prudente, tant le risque est grand de se faire accuser de socio-biologisme.

Les cas d’épidémie sont les plus propices à la modélisation car le signal, le marqueur est très clair et peut être repéré et l’utilité sociale de la prédiction est indéniable. Pourtant, Jensen montre bien les limites de nombreuses approches dont celles de Google qui conduit à l’arrêt de Google Flu. De façon étonnante, il ne signale pas que l’un des principaux biais des corrélations entre les termes des requêtes sur le moteur de recherche Google et les relevés précis de déclenchement de l’épidémie de grippe réside dans l’ignorance du facteur médiatique : lorsqu’on expose un public à des articles sur la grippe, il se lance dans des recherches sur la grippe indépendamment de son état réel ou à partir de symptômes qu’il amplifie largement. Les relations entre les propagations IRL (In Real Life) et sur les réseaux numériques ne sont donc pas si faciles à  modéliser car le milieu médiatique joue lui aussi son rôle et possède ses propres lois de propagation qu’il faut prendre en compte. Certes, étant donné l’urgence de certaines situations épidémiques, on peut justifier de chercher à modéliser le processus en faisant feu de tout bois mais vouloir à tout prix intégrer tous les facteurs et si possible en temps quasi réel relève d’un fantasme certes vendeur pour les technologies mais irresponsable socialement.

Les limites de ces approches sont aussi mises en évidence en prenant des exemples de Big Data appuyé sur des traces numériques. Le premier s’appuie sur un article de Duncan Watts sur les chances de succès d’un tweet. Leur modèle élaboré à partir de 13 caractéristiques des tweets et testé sur un corpus de 2 milliards de tweets permet seulement d’expliquer 20% de la variabilité du succès alors qu’on double sa performance en ajoutant seulement une variable, le succès passé de l’émetteur. Ce dernier point est important car cela confirme que le passé est encore le meilleur moyen de prédire le futur sans avoir à entrer dans les détails du processus, ce qui justifie les approximations de certains modèles. Mais il apparait aussi que vouloir prédire le succès d’un tweet devient un problème intractable puisqu’il faudrait connaitre toutes les propriétés des tweets, des émetteurs et des récepteurs et de leurs relations. Or, on peut avoir des ambitions plus modestes dès lors qu’on prétend tester les performances comparées de certains tweets selon leurs propriétés isolées, ce qui peut être effectué avec un meme tracker et avec certaines approches ciblées sur les contenus. Dans ce cas, on évite de tout modéliser, on se contente de contrôler le rôle des autres variables pour ne pas mesurer autre chose que ce que l’on cherche. Pourtant, P. Jensen a raison de souligner qu’« aucun facteur isolé ne produit quoi que ce soit tout seul » (p.163) et que même si l’on parvenait à le faire, « rien ne garantit que sa conséquence sera la même dans d’autres situations, quand on le combinera à d’autres facteurs causaux.» (p.164). Cette discussion est importante car elle établit la condition pour que la séparation que je propose entre points de vue sur le social soit opérationnelle. Tout dépend en fait de ce qu’on attend d’une science sociale. On peut vouloir expliquer la combinaison des facteurs dans toutes situations et donc chercher à fournir quasiment un mode d’emploi du social avec garantie incluse, pour tous les ingénieurs du social. On le sait, personne n’attend vraiment cela et une probabilité serait déjà suffisante mais même dans ce cas, cela revient à toujours viser le tout du social et à combiner tous les points de vue (du long terme à la haute fréquence) comme si on devait expliquer toutes les chutes des pommes spécifiques en combinant tous les facteurs. Si en revanche, on se contente d’annoncer que l’on va chercher à vérifier si un facteur joue un rôle selon un point de vue précis (longue durée, cycles ou haute fréquence, structures, préférences ou réplications), on admet la diversité infinie et imprévisible des situations singulières, tout en obligeant les opérateurs du social à tenir compte de certains éléments transférables à toutes situations. L’objectif n’est pas le même et la difficulté ne provient pas seulement du type d’objet (le social versus le naturel pour faire simple). « L’instabilité des effets d’une même cause dans des contextes différents semble être la règle dans les systèmes sociaux » (p. 164) nous dit P. Jensen. Et on sera aisément d’accord avec lui. Mais les exemples qu’il prend (« quel est l’effet de l’âge sur le chômage de longue durée ? ») sont tellement formulés dans les termes des « acteurs ordinaires » qui pensent que l’âge ou le chômage de longue durée sont des propriétés essentielles du social non discutables qu’on ne peut rien trouver de stable dans un tel fatras conceptuel. Et l’on ne peut plus s’étonner de la surprise de l’auteur face au succès de la vidéo « Gangnam style », totalement imprévisible, certes mais dont les propriétés ne sont en rien décomposées (et il est intéressant que ce soit encore un processus de propagation et de contagion qui serve encore d’exemple à ce sujet et non le taux d’enfants d’ouvriers à l’université l’année prochaine, qui sera assez facile à prédire, lui !).

C’est bien là le problème des sciences sociales : tous les termes qu’elles utilisent, qui devraient être des concepts très précis et non modifiables à volonté, sont employés par tout un chacun qui se sent sociologue spontanément alors qu’il n’a pas la prétention de parler comme un physicien. Cela ne veut pas dire que chaque humain n’est pas capable de raisonnement de type physique mais qu’il confondra aisément le poids et la masse, la force et le travail, etc. Certaines traditions des sciences sociales ont proposé de rendre compte de ces variations conceptuelles comme parties prenantes intrinsèques des compétences humaines (ex : ethnométhodologie) en insistant sur le caractère construit et conventionnel de ces catégories. Mais les sciences ont toujours travaillé pour construire des conventions linguistiques spécifiques, validées par une communauté. Dans le domaine du social, dans la mesure où dans la vie quotidienne comme dans les affaires ou la politique, tout le monde est conduit à manipuler des notions comme âge ou chômage, il semble impossible de s’en détacher pour produire des conventions plus stables (et cela d’autant plus que les systèmes de mesure sont eux-mêmes conventionnels et dépendants des cultures et des administrations, le chômage n’étant pas le même partout, ni même l’âge contrairement à ce qu’on pourrait penser). Ce qui nous impose de ne pas travailler avec ces concepts ordinaires si l’on veut produire des énoncés stables ou tout au moins comparables et testables. C’est pour cette raison que les travaux que l’on peut faire pour étudier un processus de propagation de tweets doivent trouver leurs propres indicateurs et non seulement ceux des plates-formes et penser leurs propres catégories de pensée en dehors de termes aussi vagues que « le succès » (certains auteurs ont ainsi élaboré récemment un « score de nouveauté » qui permet d’expliquer la diffusion des fake news). L’utilité opérationnelle de ces travaux sera quasi nulle dans un premier temps, tant que des mises à l’épreuve et des comparaisons ne se seront pas multipliées. Mais c’est ainsi seulement que l’on trouvera une pertinence au calcul ou à la modélisation, à condition de rendre plus explicite son non-réalisme, son nominalisme radical.

Lorsque P. Jensen traite des méthodes d’analyse proprement sociales, il reconnait d’ailleurs la difficulté de formaliser mathématiquement des relations entre entités elles-mêmes très vaguement définies comme « un centre d’emploi ». Les processus formalisés dans ce cas, la multiplication des centres d’emploi selon la taille des agglomérations (Louf et Barthelemy, 2013), peuvent s’expliquer simplement par une seule cause, la congestion automobile. P. Jensen fait part de son scepticisme, justifié, sur la tentation d’explication du social par quelques « mécanismes simples » (p.189), à laquelle succombe nombre de ses collègues physiciens. Mais on reste toujours avide de trouver des causes « toutes choses étant égales par ailleurs », comme il le rappelle avec l’exemple des inégalités de salaire entre hommes et femmes. Or, faire varier une seule cause à la fois pour comparer un homme et une femme totalement identiques sauf sur le rapport du genre, est évidemment impossible en sciences sociales. Le contrôle des effets des différents facteurs se fait pourtant avec la régression multiple et il montre comment il est parfois nécessaire de reconstruire les « facteurs » en question sous forme de profils qui agrègent des combinaisons type de propriété pour parvenir à trouver des régularités, indice des causalités. De façon fort intéressante, il se pose alors la question « qui agit » ? qui est exactement la question de distribution de l’agency qui est au cœur de notre proposition de méthode. Dans la régression multiple, ce sont des variables qui agissent, dans son approche complexe, ce sont des profils, ce qui conduit à se pencher sur les individus. Et P. Jensen indique alors que selon les événements, ce sont des facteurs différents qui pourront jouer un rôle. La promotion des femmes chercheures sera fondée sur le nombre d’articles et cela suppose « un espace de données homogène » pour obtenir des corrélations valides.  Plus on fait entrer de variables ou qu’on les agrège comme dans les profils et plus on entre dans la singularité des individus. On passe ainsi en fait du pouvoir d’agir des structures (les variables toutes choses étant égales par ailleurs) au pouvoir d’agir des préférences individuelles ( la spécificité des combinaisons étant infinie mais pourtant modélisables sous d’autres formes , tels les profils). C’est aussi ce que Boudon avait systématiquement entrepris avec son individualisme méthodologique pour montrer d’ailleurs le plus souvent les effets pervers de l’agrégation collective de ces préférences individuelles.

Pour effectuer ces choix cependant, P. Jensen reconnait qu’il faut adopter un point de vue sur le social et que ce point de vue est nécessairement décalé de l’expérience pratique (p.203). Il le confirme en rappelant que les statistiques sont nées pour les besoins de contrôle des Etats. Les scientifiques peuvent-ils assumer cet écart avec la pratique et donc avec les acteurs dont ils parlent, et cela sans se poser comme les « grands sachants » qui prétendraient jouer les conseillers du prince mais seulement comme ceux qui exercent un métier spécifique totalement dépendants des outils et des cibles qu’ils se donnent pour rendre compte de processus partiels de la façon la plus contrôlée possible ? On ne peut que s’étonner de le voir ensuite prendre comme exemple pour contredire le culte des Big data, une approche de théorie des jeux pour expliquer la différence de niveau de corruption selon les pays. La socialisation des jeunes est supposée ici contribuer à internaliser une disposition à la corruption, ce que l’expérience à base de jeux va montrer. Nous sommes en fait passés à un tout autre sujet, qui n’est pas la corruption et sa mesure en termes d’effets de structure mais l’analyse expérimentale des préférences individuelles vis-à-vis de la corruption. Méthodes différentes, volume de données différent parce que la question, l’objet et l’entité agissante est différente. La critique du Big Data selon laquelle aucun « enseignement majeur sur nos sociétés n’a été obtenu à partir des masses de données digitales » (p. 211) est sans doute justifiée dans son caractère général  d’une attente d’un public vague, mais du point de vue des effets sur les investissements publicitaires, justifiés par les supposées traces des comportements des publics en ligne, il est certain que le Big Data fonctionne !

De façon un peu contre-intuitive, c’est seulement dans la dernière partie que l’auteur se préoccupe de rendre compte de la quantification de la société et de sa portée. Son exemple tiré d’un développement qu’il a lui-même réalisé est intéressant puisqu’il permet d’optimiser la localisation des commerces. Il reconnait volontiers que sur les principaux résultats, les experts du domaine auraient pu trouver les mêmes principes de localisation mais il montre aussi que l’algorithme qu’il a développé permet de suggérer des emplacements qui sortent du sens commun ou de l’expertise du domaine, quand bien même il ne prend en compte que l’environnement commercial comme facteur-clé. Comme on le voit, il s’agit là de fournir un conseil opérationnel pour une aide à la décision qui n’a que peu à voir avec des questions scientifiques et il est étonnant que la différence ne soit pas soulignée. Cela explique beaucoup des réserves que l’auteur pose sur la mise en équations de la société quand bien même il le fait lui-même avec des objectifs opérationnels. C’est dans cette partie que l’auteur reprend finalement une discussion qui aurait sans doute été nécessaire avant, comme nous l’avons signalé, celui des conventions nécessaires pour faire tenir les mesures.  Il prend l’exemple de la température et souligne la différence entre la question « fait-il chaud ? » et la question « quelle température fait-il ? » (p. 234), avec ce paradoxe d’un indicateur unique de « température ressentie », désormais utilisé et qui ressemble à un oxymore en matière de métrologie. Il souligne, pour évacuer tout risque de positivisme, que la température n’est pas objective au sens de « rendant compte d’une réalité existante dans le monde » mais qu’« elle a résisté à toutes les objections pertinentes » (p.234). Cela conduirait donc à assumer plus explicitement que les points de vue, nécessairement conventionnels et instrumentés, sont nécessaires pour que la connaissance scientifique émerge et soit validée. Il ne s’engage cependant pas dans cette voie et choisit de montrer plutôt les contraintes des conventions comme par exemple la stabilité du calcul s’il s’agit d’un PIB. Mais là encore, on le sait, le PIB n’est pas un indicateur scientifique mais comme il le dit, politique, que les économistes néolibéraux surtout utilisent pour leurs modélisations mais cela décrédibilise plutôt la science économique qu’autre chose. De même pour les enjeux des rankings qu’il cite par la suite, dont l’intérêt scientifique est reconnu comme nul, ce qui ne veut pas dire non performant et même performatif du point de vue social. On ne parvient donc pas à s’en sortir et ce n’est pas mon propos de vouloir ici purifier plus que de besoin un processus de quantification qui reste conventionnel, y compris dans l’activité scientifique. Mais il est cependant nécessaire de ne pas prétendre apporter une objectivité impérieuse à toute connaissance du social grâce à cette quantification. Et pourtant cela va constituer un des critères de validité des énoncés scientifiques en sciences sociales puisque l’utilité pour les acteurs eux-mêmes sera l’un des critères retenus par P. Jensen (p.275).

La dernière partie revient en fait sur les visions du social qui permettent de rendre compte de cette difficulté de mise en équations de la société. Et une des questions posées par P. Jensen fait directement écho à mes propositions de distribution du pouvoir d’agir (qu’il a sans doute lues ?) et de générations de sciences sociales selon des points de vue différents. On ne sait d’ailleurs pas si au bout du compte l’auteur fait l’impasse sur le fait que c’est uniquement le chercheur qui oriente son investigation vers un pouvoir d’agir privilégié ou s’il pense que ce pouvoir d’agir existe dans le monde et qu’il faudrait l’enregistrer le plus complètement possible (ce serait étonnant étant donné ce qu’il a dit au début sur les sciences de la nature, mais certaines expressions pourraient le laisser penser). Malheureusement, il prend comme point de départ la formule de Bernard Lahire : « action = caractéristiques internes+ contexte présent ». On découvrira vite que pour Lahire, toujours adepte d’un point de vue bourdieusien même s’il l’a révisé, et P. Jensen le cite (p.276), « il faut abandonner toute illusion de subjectivité, d’intériorité et de singularité non déterminée, de libre arbitre pour faire apparaitre les forces auxquelles nous sommes continuellement soumis depuis notre naissance et qui nous font sentir ce que nous sentons, pense ce que nous pensons et faire ce que nous faisons ». Cela choque P. Jensen, à juste titre, mais il ne faut pas s’en étonner car toutes les visions du social à partir d’un point de vue (ici celui des structures et de l’héritage qu’elles entrainent) tendent à pousser leur avantage pour tout expliquer, ce que fait aussi la posture de Latour et de l’acteur-réseau que Jensen appelle à la rescousse pour renvoyer autonomie ou déterminisme au rang de « faitiches ». (p.277). On le voit la formule de Lahire qui intègre ce supplément du contexte ne rajoute que peu de choses au pouvoir d’agir des caractéristiques internes qui sont elles-mêmes totalement héritées des « forces » qui nous façonnent. L’économie, de son côté, attribue tout le pouvoir d’agir aux préférences individuelles que Jensen qualifie de « fixes, très pratiques pour faire son travail de prédiction à court terme » (p. 264). Cette réduction n’invalide pas pour autant les travaux en question tant qu’on explicite les limites de validité, car le plus souvent on extrapole abusivement ces modèles à une économie réelle que la discipline finit par « performer » comme le dit Callon, c’est-à-dire qu’elle finit par appliquer les modèles abstraits dans la pratique (cf. la formule Black Scholes des marchés financiers). Les deux critiques apportées par Jensen me semblent cependant inadaptées. La première porte sur le changement : les caractéristiques internes de Lahire sont en fait changeantes et les préférences individuelles ne sont pas fixes non plus. C’est très juste mais cela vaut pour tout phénomène et rend seulement compte de la limite de la modélisation dès lors qu’on prétend la faire exister dans le monde réel. C’est d’autant plus juste qu’il faudrait alors prendre en compte un troisième point de vue, celui des réplications, fondées sur des propagations et donc sur les transformations/ traductions constantes qui constituent la « carrière » ordinaire des « éléments de culture ». Mais le changement constitue dans ce cas un point de vue dès le départ et, comme le dit Jensen, ne vise même pas le court terme mais le très court terme, la répétition infinitésimale. Cela n’invalide pas pour autant la longue durée et ses effets de stabilité, peut-être fictifs mais que l’on peut mettre à l’épreuve statistiquement avec des limites de validité.  Mais même en introduisant le changement au cœur de la troisième génération de sciences sociales, on finira par le réduire lui-même et le modéliser à partir de courbes de propagation comparées, par exemple. Il se présentera donc toujours un supplément d’émergence, qui nous dira qu’il faut complexifier, que le réel n’est pas réductible à ces modèles, et qui finira peut-être par proposer encore un autre point de vue, une quatrième génération avant de se faire lui-même contester. Car il y a toujours du reste, du supplément qui est nécessairement non-formalisable, qui fait précisément le jaillissement de la vie, dont il est vain de vouloir rendre compte scientifiquement.

Jensen fait appel dans la suite du texte aux travaux de F. Jullien pour montrer que la Chine a une tradition de traitement du changement bien différente car le changement est en fait permanent et régule constamment la réalité (p.290). A vrai dire, tout le système chinois repose sur une attribution d’agentivité à des « facteurs actifs » que sont le Yin et le Yang, qui sont tous autant de faitiches, ou du moins de forces inaltérables dont la combinaison peut expliquer voire même prédire toutes les transformations. S’il y a bien régulation, c’est à condition de considérer que les forces en question sont d’une extrême régularité (aucune autre force n’intervient dans le système qui est ainsi totalement clos sur lui-même du point de vue logique). Il est donc un peu difficile de vanter cette approche comme une voie de compte-rendu favorable au changement. On notera en passant que l’univers du Yi King se prête à d’autres principes de justification que la science et que cette comparaison risque de tomber à plat dès lors qu’on voudrait la rendre opérationnelle, pour la physique comme pour les sciences sociales ! Cela débouche sur une tentative de définition d’un « parcours, d’un apprentissage progressif de la puissance d’agir d’une entité aux bords mouvants » (p. 292). Ce qui permet une reprise du thème du changement, assez voisine de la théorie de l’acteur-réseau, ontologie à géométrie variable, disait B. Latour, dans certains cas avec un noyau stable et dans d’autres sans réelle configuration ancrée. Mais la méthode pour repérer le changement est essentielle et elle suppose pour cela le choix d’une focale, d’une visée et d’un cadrage qui nécessairement fera varier le point de départ. C’est un acquis des STS et quelle que soit la souplesse que l’on introduit, on ne pourra pas ne pas choisir entre structures, préférences individuelles et réplications. Même si je partage l’attention au changement et si la troisième génération de sciences sociales doit lui donner une place prépondérante sous forme de réplications, je sais par avance que cela suppose un choix de méthodes alignées sur ce point de vue qui conduira donc à oblitérer les effets de longue durée des structures ou les effets des décisions des acteurs individuels.

L’autre critique de la formule de Lahire porte sur le fait que le travail de contextualisation est fait par les acteurs et que les contextes eux-mêmes ne peuvent pas être définis à l’avance. Je partage sur ce point la méfiance systématique de Bruno Latour pour l’expression « contexte » car il s’agit d’un procédé rhétorique habile pour disqualifier le pouvoir d’agir de tout un ensemble d’entités dont on peut vérifier qu’elles jouent un rôle si l’on change son point de vue. P. Jensen semble vouloir comme John Dewey se mettre à la place de l’acteur et de ses capacités d’identification et de catégorisation du contexte, ce que fait très bien l’ethnométhodologie. Mais toute la question de la validation des énoncés scientifiques reste pendante. Certes, un chercheur peut tenter de se mettre à la place des acteurs, avec des réductions phénoménologiques en première personne s’il le faut mais bien souvent l’écrivain sera bien meilleur pour cela et permettra au lecteur de se mettre lui aussi à la place de l’écrivain. Or, l’énoncé scientifique exige un contrôle par la reproductibilité et par la validation collective. Ce qui n’est plus possible dès lors qu’on joue ce jeu réaliste de « prendre la place des acteurs » qui n’est pas tout à fait équivalent à la consigne de « suivre les acteurs » de la théorie de l’acteur-réseau.

La question de la stabilité des entités est essentielle pour Pablo Jensen pour faire la différence entre sciences sociales et sciences de la nature. Ce qui ne peut manquer d’étonner car les humains, pour un publicitaire par exemple, sont archi prévisibles, faits d’habitudes et de stock de connaissances partagées ou pour l’historien spécialiste de la longue durée. L’absence de la question des habitudes, de leur ancrage corporel et de leur partage collectif durable mériterait pourtant une discussion qui relativiserait sans doute l’argument de la instabilité des entités sociales. En réalité, la question est recouverte dans le chapitre par le dilemme « tout » ou « parties », que nous avons tenté de subvertir dans un article écrit en commun avec Pablo Jensen et Bruno Latour notamment. Les tenants du pouvoir d’agir du tout représentent une force traditionnelle bien établie dans les sciences sociales et P. Jensen mobilise Durkheim et ses extrapolations physiques, mais aussi Orléan. Et il a raison de s’étonner quelque peu de ce culte du tout chez ce dernier auteur dont les travaux remarquables sur le capitalisme financier devraient être en fait un plaidoyer clair pour une troisième génération de sciences sociales. La spéculation financière n’est en effet qu’un mouvement permanent de signaux qui se propagent entre investisseurs et font réagir à haute fréquence des acteurs qui sont souvent des algorithmes : les réplications des anticipations génèrent les bulles et le pouvoir du « tout » de la structure peut certes être avancé d’un point de vue d’économie politique et historique mais ne permet pas de suivre le déclenchement d’une crise qui est devenu la règle dans cette économie. Tarde aurait certainement été plus utile pour Orléan que Durkheim !

La simplification abusive des éléments pour constituer le « tout » comme plus grand est assez aisée à démontrer lorsqu’on déploie, comme nous l’avions fait dans l’article, tous les attributs d’un profil individuel. C’est la posture scientifique que Jensen appelle baroque (tous les motifs) par opposition à la posture romantique (qui replie sur des atomes). Cependant, nous avions oublié de dire que ce déploiement est sans fin et peut aller jusqu’à la population microbienne de nos intestins comme le dit B. Latour. On voit alors que la question n’est pas de la vérité ou de la réalité du tout ou des parties mais de notre capacité pragmatique de saisie de toutes les parties. Même pour éviter les effets de réification des « tout » (qui sont une opération de catégorisation à un niveau de perception très bas parfois), il faut encore disposer du bon instrument pour décomposer et suivre ces parties, et il se trouve que nous nous arrêtons rapidement pour des raisons de faisabilité. Nos instruments définissent des points de vue et nous ne pouvons pas nous passer de ces instruments, et surtout dans l’activité scientifique. Les exemples donnés dans le chapitre 12 sur le Big Data permettaient d’ailleurs de bien comprendre comment un grand nombre de problèmes posés sont en fait intractables, c’est-à-dire non calculables dans un temps humain raisonnable, selon des échelles de complexité diverses (Turgin, Kolmogorov, ou VC dimension). Notion que P. Jensen n’introduit pas mais qui est pourtant extrêmement importantes pour les sciences sociales qui veulent traiter de problèmes « totaux », en accumulant les dimensions ( les variables) sans mesurer que cela rend la question insoluble car le calcul est impossible à réaliser.

L’exemple que prend P. Jensen de l’ensemble choral auquel il appartient est très significatif de ce point de vue. Il l’utilise pour mettre en évidence la pertinence d’une approche monadologique qui considère que chaque partie est un tout et prend le monde dans ses rêts et que c’est l’entrelacement de ces monades qui permet de faire exister provisoirement des entités stables. Mais la façon dont l’auteur rend compte de ces processus est tout-à-fait significative. « Chaque chanteur prête une fraction infime de sa propre complexité et accepte de la simplifier, l’uniformiser pour créer provisoirement, un collectif, un tout bien plus petit que ses parties » (p. 303). Les termes comportent une distribution du pouvoir d’agir aux individus malgré la prétention annoncée de sortir de la dichotomie tout/parties. Car la division ne peut être seulement topologique ou ontologique, elle recoupe nécessairement et immédiatement une attribution d’agentivité. La phrase suivante change pourtant de point de vue sans prévenir : « La création d’un groupe cohérent simplifie, filtre, les nombreuses possibilités latentes de chaque personne » (p. 303). Dans cette version du récit (et le problème vient bien du fait qu’il s’agit d’un récit et non d’une formule), c’est le groupe et son apparition qui transforme les individus. Il est quasiment certain que les deux sont « vrais » mais la question porte surtout sur la méthode adoptée pour mettre à l’épreuve chacune des hypothèses ou chacun des pouvoirs d’agir et il est certain que ce ne sera pas du tout la même (car il faut aller interroger les individus dans un cas pour les déployer, et observer des indicateurs de réduction des individus dans l’autre cas). Mieux même, à la page suivante, l’auteur-chanteur nous propose une nouvelle version de la même histoire, qui, elle, donne soudain sa place et son pouvoir d’agir à d’autres entités qui traversent le groupe et les individus : « Les chanteurs monades sont donc traversés, coordonnés, harmonisés, simplifiés partiellement par le passage de cette forme standardisée, la partition annotée, que chacun doit respecter pour chanter ensemble » (p. 304). Voilà bien une entité circulante qui se propage, se transforme d’ailleurs et fait agir les individus comme le collectif. Dans une émission de France Culture, il semblait même que la partition pouvait prétendre être le « tout » de la chorale, alors qu’elle est bien présentée ici comme une entité qui circule. Mais qui prétendrait lui donner tout le pouvoir ? Pas nous, à la différence de certains tenants de l’ANT qui veulent se débarrasser dans cette mise en avant des médiations de la structure (du collectif) comme des individus ( et de leurs préférences). Mais le seul critère pour distinguer ces approches repose dans leurs méthodes. Car suivre une partition changeante n’a rien à voir, du point de vue des techniques d’enquête, d’observations, de calculs, avec les approches précédentes. Ce seront évidemment des approches réductrices mais au moins nous aurons pu suivre ce pouvoir d’agir et même le mettre à l’épreuve. Car il faudra bien comparer les indicateurs de ce pouvoir d’agir des partitions à travers la façon dont ont été annotées d’autres partitions dans le même groupe ou les mêmes partitions dans d’autres groupes. Voilà une méthode qui permet de la quantification éventuellement mais surtout un dépassement des professions de foi que sont à l’origine toutes les hypothèses avant qu’elles ne soient mises à l’épreuve. Or, le modèle monadologique n’a aucune chance de pouvoir être mis à l’épreuve s’il reste à l’état d’énoncé philosophique, même si il a été largement débattu d’un point de vue logique notamment.

Conclusion

De fait, la prétention à expliquer la société par des équations pose problème, c’est certain. Mais sans doute pas tout-à-fait pour les mêmes raisons que celles invoquées par Pablo Jensen. Car il admet la nécessité de la réduction, de la simplification pour modéliser (p. 306) mais il refuse la dépossession politique qui en découle au profit de « centres de calcul » qui ramènent « les individus modélisés au statut de molécules dont le cerveau est ailleurs » (p. 307).   Or, ce n’est pas en prétendant trouver un explanans plus complet (les monades à géométrie variable) que l’on change cette posture politique des scientifiques. Et ce n’est pas en prétendant combiner le suivi des acteurs qui déploierait tous leurs attributs (impératif de méthode) et la posture politiquement correcte de refus du surplomb (impératif politique) que l’on se sort du problème, ce que l’ANT a longtemps cru pouvoir faire, en produisant un storytelling remarquable, très éloigné des impératifs de modélisation de P. Jensen. Or, il faut plutôt renoncer à la fois aux deux ambitions : pas de méthode totale et finale mais des méthodes adaptées au point de vue choisi (impératif méthodologique pluraliste) et pas de prétention d’utilité sociale a priori puisque les problèmes doivent être totalement reformulés pour pouvoir être formalisés (impératif politique non interventionniste, et donc ni en surplomb ni à l’intérieur). Dès lors il est certain que la mise en équation de la société ne répondra pas aux questions de la société d’un côté ni aux prétentions scientistes de certains (dont les physiciens sauf Pablo Jensen !) de l’autre. Les sciences sociales ne devraient plus performer grand-chose ni l’économie, ni les politiques de lutte contre les discriminations car ce ne sera plus leur mission (mais on ne pourra éviter que certains exploitent cela pour leur propre expertise et ingénierie sociale). Après tout Darwin n’a pas apporté grand-chose aux éleveurs qui faisaient déjà de la sélection, il a plutôt appris de leur part !  Et cela, par certains côtés, me désole car j’aimerais politiquement partager l’enthousiasme de P. Jensen pour la science par en bas, qui résulte de ce refus du surplomb des méthodes classiques. Mais c’est paradoxalement au nom de ce principe que je considère que les sciences sociales doivent être descendues de leur piédestal et de leur surplomb (y compris demandé par la société) pour redevenir modestes, régionales, mais validées. A ce moment, elles seront récupérables par les citoyens de façon très partielle, très limitée aux conditions de validité qu’elles auront énoncées dans leur langue propre. Les sciences sociales gagneront ainsi une capacité de mise à l’épreuve de leurs énoncés, non seulement sur le plan conceptuel, ce qu’elles font plutôt mieux que certaines pratiques positivistes de la science, mais aussi sur le plan des observations et des expérimentations. Pour cela, il faudra cependant accepter les réductions nécessaires, contrôlées et limitées en validité, pour rendre les problèmes a minima comparables et au mieux « computables ». La critique de l’application de la physique aux sciences sociales ne pourra plus en tous cas utiliser cet argument.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.