Lecture critique du livre de Bronner et Géhin : « Le danger sociologique », 2017.

L’ouvrage de Bronner et Géhin « Le danger sociologique » part d’une remarque d’un homme politique français (« expliquer, c’est déjà excuser ») qui ne constitue pas un point de départ idéal pour engager un débat serein. Mais le débat est intéressant notamment parce qu’il fait reposer le refus du déterminisme des sociologies holistes sur la défense des capacités de décisions individuelles mais en convoquant des exemples qui sont très souvent des cas de contagion et de processus de réplications comme nous les appelons. Tout cela plaide pour mettre un peu d’ordre dans ces polémiques, en redonnant à chacun sa place.

NB: Ce texte était prêt depuis plus d’un an mais réservé pour un livre en cours d’écriture qui commence à trainer, donc il vaut mieux le publier dès maintenant.

Continuer la lecture

Replications in quantitative and qualitative methods: a new era for commensurable digital social sciences

This white paper explores the consequences (or requirements) of a theory of replications on qualitative methods by (kind of) expanding the wonderful paper « The topofil of Boa Vista » by Bruno Latour. It will be published soon, it was produced after a seminar at the University of Siegen.

Abstract

Social sciences were built from comparison methods assembling field works and data, either quantitative or qualitative. Big Data offers new opportunities to extend this requirement to build commensurable data sets. The paper tells the story of the two previous quantification eras (census and polls) in order to demonstrate the need for a new agency to be considered as the target of this new generation of social sciences: that of objects as ANT proposed and of replications that propagate all over the digital networks. The case study of Latour’s topofil of Boa Vista is revisited to explore how a qualitative method dedicated to comparison and an ANT approach extended in a replication theory may offer new insights from any field study and may use the digital ressources to do so.  For those who are familiar with the 3 generations framework, go to the second half of the paper about the topofil!

https://arxiv.org/abs/1902.05984

Les murmurations des étourneaux sont-elles des réplications?

Les parentés entre une théorie des réplications et les observations des éthologues sur les propagations de comportements chez certains animaux doivent faire réfléchir. Les murmurations des étourneaux reposent sur des signaux transmis par voisinage aux 7 plus proches voisins, ce qui suffit à faire émerger un comportement collectif de masse. Cela rappelle d’autres environnements plus humains, n’est-il pas?

Les circulations des livres et des conversations sur le livre sont des réplications

Autour du livre, de nouvelles pratiques alimentent l’intelligence collective

File 20181219 45416 1v8s78i.jpg?ixlib=rb 1.1
Les mille et une vies du livre papier. Pixabay

Dominique Boullier, Sciences Po – USPC; Mariannig Le Béchec, Université Claude Bernard Lyon 1, and Maxime Crépel, Sciences Po – USPC

Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Nous avons observé pendant plusieurs années tous les échanges auxquels les livres donnaient lieu, en ligne et hors ligne et la vitalité de ces livres imprimés (technique vieille de plus de 500 ans !) à travers 150 entretiens de lecteurs, libraires, éditeurs, blogueurs, bibliothécaires, 25 observations participantes, 750 réponses à un questionnaire en ligne et 5 000 sites francophones cartographiés – nous a impressionnés. Oui, votre livre continue de vivre tout en restant dans votre bibliothèque car vous en parlez, vous vous en souvenez, vous y faites référence. Mieux même, vous l’avez prêté à une amie pour qu’elle le lise, vous êtes allés voir ceux qui en parlaient avant de l’acheter ou après l’avoir lu, les critiques professionnels, certes, mais aussi les blogueurs. La conversation continue quand bien même le livre ne circule plus.

Continuer la lecture

The paper on medialab stories is available on « Big Data & Society »


https://doi.org/10.1177/2053951718816722

EN

The paper about médialab stories ( first draft on this blog below) is now published after many revisions.  How to make actor network theories and digital methods more compatible. This is a version rather different from T. Venturini’s storytelling. It emphasizes the need to consider the specific agency of replications, of these circulating entities that crosses our minds and make us act, those entities that were ignored during the first age of the medialab. And recent news give us many opportunities to notice the importance of this high frequency propagatioh that social networks amplify so much. This is a fully tardian orientation and  the paper explains why we (collectively  in the first years of the medialab) were wrong in focusing on the uses of web topologies and topics topologies that are structural or influential approaches instead of building on the insights of ANT about the agency of non humans (here signals and not only devices). 

FR

Voici donc l’article sur les histoires du médialab et la façon de rendre compatible théorie de l’acteur-réseau et méthodes digitales. Une autre version des travaux du médialab que celle racontée par Venturini il y a un an….! Cela plaide en fait pour qu’on prenne en compte le pouvoir d’agir des réplications, ces entités circulantes qui traversent nos esprits et nous font agir et qui sont en fait ignorées par les méthodes du médialab première version. Et l’actualité nous donne tellement d’exemples de l’importance d’une compréhension de ces processus de propagation à haute fréquence que sont les réseaux sociaux notamment! C’est entièrement tardien et l’article explique pourquoi nous nous sommes (ensemble) fourvoyés à faire un usage des topologies du web puis des textes qui sont en fait des approches structurales ou centrées sur des influenceurs en oubliant ce qui a fait l’originalité de Tarde et de la théorie de l’acteur-réseau, le pouvoir d’agir des non-humains, que sont ici les signes ( et pas seulement les objets)


Compte-rendu / discussion du livre de Pablo Jensen « Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations »

Qui agit?

Dominique Boullier

Le livre de Pablo Jensen (Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations, Paris, Le Seuil, 2018, 336 p.) est remarquable par son art didactique et sa modestie alors que l’auteur pourrait exploiter la réputation de sa discipline, la physique, pour épater la galerie des sciences sociales. Son propos est exactement inverse puisqu’il veut au contraire montrer que les prétentions des physiciens, mathématiciens et statisticiens, voire économistes, à réduire la société à des équations sont abusives. Paradoxalement, au cours de ce compte-rendu qui est aussi une discussion, nous voulons montrer qu’il pousse la modestie trop loin car il assigne aux sciences sociales des ambitions politiques abusives et qu’au prix d’une réduction de ces ambitions, elles peuvent très bien exploiter des données pour l’étude de processus sociaux de façon assez fiable mais dans une limite de validité certaine. La discussion est donc inévitablement orientée par notre souci de fonder des sciences sociales de troisième génération qui gardent toute leur place aux autres générations. Mais lorsque Pablo Jensen intitule l’un de ses chapitres « qui agit? », il nous y encourage sans aucun doute !

Continuer la lecture

Le jour où Facebook est devenu l’organisateur du recensement: un quasi Etat

Sur Internet Acru un article de Dominique Boullier  à propos de la recherche de Raj Chetty à partir des données exhaustives des comptes Facebook aux USA. Facebook va arriver à faire des sciences sociales de première génération avec nos données et nos traces car il atteint l’exhaustivité.

http://www.internetactu.net/2018/03/07/facebook-et-la-recherche-le-quasi-etat/

Dennett on memetics: basics for 3rd generation social sciences

While preparing our work plan for the next step of our meme tracker, we revisited some literatue and one lecture from Dennett came out as an interesting landmark. He clearly advocated the agency of memes, of elementary cultural units, and one expression may sum up all the consequences of this change in point of view:

« A scholar is just a library’s way of making another library. »

Of course, it echoes many expressions from Tarde who is not even mentioned in memetics literature! Must read!

Memes and the Exploitation of Imagination

Journal of Aesthetics and Art Criticism, 48, 127-35, Spring 1990.

The David and Miriam Mandel Lecture, American Society for Aesthetics, October 27, 1989, 47th Annual Meeting, New York, NY

The general issue to be addressed in a Mandel Lecture is how (or whether) art promotes human evolution or development. I shall understand the term « art » in its broadest connotations–perhaps broader than the American Society for Aesthetics would normally recognize: I shall understand art to include all artifice, all human invention. What I shall say will a fortiori include art in the narrower sense, but I don’t intend to draw particular attention to the way my thesis applies to it.

There are few ideas more hackneyed than the idea of the evolution of ideas. It is often said that schools of thought evolve into their successors; in the struggle for attention, the best ideas win, according to the principle of the survival of the fittest, which ruthlessly winnows out the banale, the unimaginative, the false. Few ideas are more hackneyed–or more abused; almost no one writing about the evolution of ideas or cultural evolution treats the underlying Darwinian ideas with the care they deserve. I propose to begin to remedy that.

The outlines of the theory of evolution by natural selection are now clear: evolution occurs whenever the following conditions exist:

  1. variation: a continuing abundance of different elements
  2. heredity or replication: the elements have the capacity to create copies or replicas of themselves
  3. differential « fitness »: the number of copies of an element that are created in a given time varies, depending on interactions between the features of that element (whatever it is that makes it different from other elements) and features of the environment in which it persists.Endnote 1

Notice that this definition, drawn from biology, says nothing specific about organic molecules, nutrition, or even life. It is a more general and abstract characterization of evolution by natural selection. As the zoologist Richard Dawkins has pointed out, the fundamental principle is « that all life evolves by the differential survival of replicating entities »Endnote 2.

Continuer la lecture

Medialab stories: how to align ANT and digital methods?

Medialab stories: how to align ANT and digital methods?

Dominique Boullier, Digital Humanities Institute, EPFL

(Translation -slightly revised- from the previous post in French)

Note: This is a blog post and not a paper. Please accept the flaws in this draft of a potential paper (translation included!)

 

The time for reviews has apparently come for medialab (cf. Venturini et al. 2017), I will do my part, because there are indeed many lessons to be learned from this experience. My point of view will differ quite clearly from the article mentioned above, which notes first and foremost the work of constructing digital methods carried out with medialab, because I always situate digital methods within the conceptual framework that they put in place, sometimes without saying or knowing it. To better understand what is happening to us collectively, as social sciences, with the digital world, is indeed a task to which I have been devoting myself for the last 5 years. And the support of STS traditions is essential in this regard. The historical dimension is essential to understand the very special « assemblage » of medialab from 2009 to 2017. I would like to show here how a very particular alliance was formed between ANT (Actor Network Theory) in its Latourian version on the one hand and the numerical methods in their UTC version (University of Technology of Compiegne), i. e. web topology, on the other hand. This will recognize the limitations of the experiment, but it will also teach us a great deal about what is at stake, including the place of ANT in all social science approaches, how it has been used and how it could still be used. This will involve revisiting some of the beliefs spread around what the medialab and ANT were doing at the same time. Thus, it seems to me quite wrong to characterize the relationship ANT/digital by the « carbon copy » effect (the web duplicates the social), by qualiquantitative methods, or by the gains of knowledge allowed by a supposed zoom (exploration of the social by change of scale). To put all these points in their proper place, it is necessary to put the entire ANT in historical perspective and to give an account of the technical methods and devices that have enabled it to exist, as has always been the case with the STS, and ANT has became a reference framework for them. Keeping in mind the digital approach, I will therefore first give a brief historical overview of ANT and its specificities before turning to digital methods in detail. I would like to make it clear that all the points of view I am going to develop were born within this setting provided by the medialab, of which I was scientific coordinator with Bruno Latour until 2015. They resume debates that have been sketched out within the team itself, notably for the writing of the article « The whole is smaller than its parts ». In this article, I use references to the work I’ve been doing on this third generation social science blog, and I test the hypotheses I’ve been working on for almost five years on the era of quantification that we live in today.

Continuer la lecture

D’un bilan à l’autre : comment aligner ANT et méthodes numériques ?

Dominique Boullier , EPFL

v.3, avec notamment des ajouts à partir du livre récent de Michel Callon et des précisions sur l’article source

Le temps des bilans est semble-t-il venu pour le médialab (cf. Venturini et al. 2017) et il serait utile pour des programmes équivalents de faire le point, après ces années d’exploration où, il faut bien le reconnaitre, nous ne savions pas toujours bien ce que nous faisions. Nous nous sommes trouvés pris dans une dynamique, une conviction que le numérique changeait notre façon de faire des sciences sociales. Le terme « faire » est le plus important car la discussion porte ici sur ces laboratoires ou institutions qui ont effectivement mobilisé des techniques numériques pour divers objectifs empiriques et non sur ceux qui ont analysé le numérique, même si parfois les deux populations se recoupent.

Mieux comprendre ce qui nous arrive collectivement, en tant que sciences sociales, avec le numérique, est une tâche à laquelle je me consacre depuis ces 5 dernières années. Et l’appui des traditions des STS est incontournable sur ce plan et doit s’appliquer à nos propres façons de travailler, pour voir les « méthodes numériques en train de se faire ». Et pour cela, il reste indispensable de ne pas séparer les concepts mobilisés des outils utilisés, et mon approche se distinguera de cette de Venturini et al. principalement sur ce plan. La dimension historique est indispensable pour comprendre cet « assemblage » très particulier qu’a constitué le médialab de 2009 à 2017. Je voudrais montrer ici comment une alliance très particulière s’est nouée entre l’ANT (Actor Network Theory) dans sa version latourienne d’un côté et les méthodes numériques dans leur version UTC (Université de Technologie de Compiègne), c’est-à-dire topologie du web, de l’autre. Cela permettra de reconnaitre les limites de l’expérience mais cela nous en apprendra beaucoup aussi sur ce qui est en jeu et notamment sur la place de l’ANT dans l’ensemble des approches en sciences sociales, sur la façon dont elle a été utilisée et sur la façon dont on pourrait encore s’en inspirer. Cela supposera de réviser certaines des croyances diffusées autour de ce que faisaient le médialab et l’ANT par la même occasion. Ainsi, il m’a toujours paru erroné de caractériser la relation ANT/numérique par l’effet « copie carbone » (le web duplique le social), par des méthodes qualiquanti, ou encore par les gains de connaissance permis par un supposé zoom (exploration du social par changement d’échelle). Tous ces « éléments de langage » souvent utilisés dans la communication du médialab ont pu finir par intoxiquer l’équipe elle-même (dont je faisais partie!) et empêcher ainsi de construire une vision cohérente entre cadre théorique (ANT) et méthodes numériques. Précisons cependant que, pour ceux qui ont développé les méthodes numériques et notamment l’étude du web à partir d’autres approches théoriques, dont l’analyse de réseaux par exemple, la question se poserait totalement différemment.

Pour mettre tous ces points à leur juste place, il faut remettre toute l’ANT en perspective historique et rendre compte des méthodes et dispositifs techniques qui lui ont permis d’exister, comme l’ont toujours fait les STS, dont l’ANT est devenu un cadre de référence. En gardant toujours à l’esprit le numérique, je ferai donc d’abord un retour historique sommaire sur l’ANT et ses spécificités avant d’en venir aux méthodes numériques de façon détaillée. Je précise que tous les points de vue que je vais développer ont pu naître au sein même de ce cadre de travail fourni par le médialab et grâce au médialab, dont j’ai été coordinateur scientifique avec Bruno Latour jusqu’en 2015.

Continuer la lecture

The Tipping Point

En travaillant la question des cascades et des émergences dans le temps, revient évidemment la question du « tipping point » (point de basculement ou seuil critique). Je suis retourné lire Gladwell et son livre éponyme. (how little things can make a big difference). C’est un journaliste de formation biologiste, le livre date de 2001 et ce qu’il écrit est très raconté mais pas nécessairement formalisé. Cependant, ce qu’il dit des trois règles de l’épidémiologie correspond exactement à l’approche par les trois générations transformées en trois points de vue et à la distribution d’agency entre les structures, les individus et les entités circulantes.

 » Epidemics are a function of the people who transmit infectious agents, the infectious agent itself, and the environment in which the infectious agent is operated ». Ce qu’il résume trois principes: « The Law of the Few, the Stickiness Factor and the Power of Context » ( le rôle de certains individus et de leurs préférences, des agents influenceurs (Connectors, Mavens and Salesmen), le rôle des propriétés de l’entité circulante ici agent infectieux (par exemple la mutation du virus VIH qu’il raconte), le rôle des structures , qu’il appelle (à tort à mon avis) contexte. En fait, il entend contexte comme des éléments de l’environnement, parfois des circonstances, mais aussi des structures organisationnelles, telles la règle des 150 comme limite de viabilité des groupes. Sur ce point des structures, il n’a clairement pas pris en compte les travaux des sciences sociales et se limite donc à certaines expériences de psychologie, ce qui réduit la portée de l’agentivité des structures. Cependant le  point intéressant, c’est que jamais il ne cherche à écraser l’un des agents par l’autre ni à recomposer le tout. Car le tout peut changer en un instant, et c’est son argument sur le tipping point (qui marche pour les cascades de tweets et de mèmes aussi bien que  pour la diffusion d’innovations).

Voilà des approches qui tout en s’inspirant de l’épidémiologie n’obligent pas à faire de la sociobiologie!

Un rapport de la métropole de Lyon « big data et sciences sociales. Révolution, illusion et extension »

Le rapport de la métropole de Lyon (Nova 7, Millénaire 3) « Big data et sciences sociales. Révolution, illusion et extension » écrit par Boris Chabanel, est remarquablement clair. Il s’appuie sur une discussion des travaux de Ollion et Boellaert et de ceux sur les sciences sociales de troisième génération. Très bon résumé et mise en évidence des points saillants.  Accessible ici

http://www.millenaire3.com/ressources/big-data-et-sciences-sociales

Lire N. Marres « Digital Sociology »

Norrtje Marres vient de publier « Digital Sociology ». Un ouvrage important qui va bien au-delà des « digital methods » même s’il les prolonge car il situe les enjeux pour la sociologie en général avec la diplomatie qui sied bien à Noortje mais aussi la finesse méthodologique qu’elle a déjà démontré. Elle fait référence plusieurs fois aux travaux publiés dans l’article de ArXiv. Je prépare un compte rendu de lecture!

Digital Sociology: The Reinvention of Social Research