The Tipping Point

En travaillant la question des cascades et des émergences dans le temps, revient évidemment la question du « tipping point » (point de basculement ou seuil critique). Je suis retourné lire Gladwell et son livre éponyme. (how little things can make a big difference). C’est un journaliste de formation biologiste, le livre date de 2001 et ce qu’il écrit est très raconté mais pas nécessairement formalisé. Cependant, ce qu’il dit des trois règles de l’épidémiologie correspond exactement à l’approche par les trois générations transformées en trois points de vue et à la distribution d’agency entre les structures, les individus et les entités circulantes.

 » Epidemics are a function of the people who transmit infectious agents, the infectious agent itself, and the environment in which the infectious agent is operated ». Ce qu’il résume trois principes: « The Law of the Few, the Stickiness Factor and the Power of Context » ( le rôle de certains individus et de leurs préférences, des agents influenceurs (Connectors, Mavens and Salesmen), le rôle des propriétés de l’entité circulante ici agent infectieux (par exemple la mutation du virus VIH qu’il raconte), le rôle des structures , qu’il appelle (à tort à mon avis) contexte. Jamais il ne cherche à écraser l’un des agents par l’autre ni à recomposer le tout. Car le tout peut changer en un instant, et c’est son argument sur le tipping point, (cascades de tweets et de mèmes aussi bien que diffusion d’innovations).

Voilà des approches qui tout en s’inspirant de l’épidémiologie n’obligent pas à faire de la sociobiologie!