Des générations aux longueurs d’onde puis aux postures conceptuelles des sciences sociales

Des générations aux longueurs d’onde puis aux postures conceptuelles des sciences sociales

Lire l’article en pdf

Le modèle des trois générations de sciences sociales est un point de départ et il a été formulé avant tout dans la lignée des travaux de Alain Desrosières sur la quantification qui constitue les sociétés elles-mêmes. Les différences entre générations ont pu apparaitre comme inscrite dans une généalogie alors que ce n’est pas du tout l’approche adoptée, quand bien même un positionnement dans une succession historique a été repéré et qu’un héritage est bien repris et transformé. Mais la coexistence des générations a été à juste titre soulignée dans les débats et de la même façon l’absence de hiérarchie entre les générations. En requalifiant les générations de sciences sociales en termes de fréquence (haute, moyenne, basse), il est possible d’opérer déjà un pas de côté vers une version plus cohérente, avec le risque de laisser penser que la physique sociale pourrait très bien répondre à toutes ces questions, en mobilisant la mécanique des fluides ou les théories corpusculaires. Cependant, c’est une autre approche que nous voudrions développer ici, pour montrer en fait à quel point les différents types de sciences sociales que nous avons mis en évidence recoupent des oppositions classiques entre paradigmes dans les sciences sociales. Ce travail avait commencé lors de l’écriture de l’article collectif sur le tout et ses parties avec Bruno Latour et Pablo Jensen en 2010, travail publié en 2012 dans le British Journal of Sociology, et les idées nées à cette occasion ont pris le temps nécessaire pour mûrir et revenir en force.

Le tableau généalogique des trois générations de sciences sociales (société, opinion et vibrations) peut en effet avoir sa version structurale ou mieux encore cosmopolitique dès lors qu’on rend compte des postures qui président à chacune des approches. On peut alors remarquer que ces postures conceptuelles s’opposent dans toutes les sciences sociales et en philosophie depuis longtemps. La tendance à vouloir épuiser les comptes rendus du monde avec certaines des approches est fréquente et génère des guerres de tranchées et des incompréhensions mais rien ne justifie la disqualification de certaines des postures a priori dès lors qu’on peut tester leur fécondité sur le terrain.

Il existe ainsi de façon constante trois postures qui se transforment aisément en paradigmes :

La structure Le marché L’émergence

Lire la suite