Conférence à Grenoble: « Les vibrations du Big Data feront-elles trembler les sciences sociales? »

Conférence à Grenoble à l’invitation de Yves Citton et de l’école doctorale de l’université Stendhal « Les vibrations du Big Data feront elles trembler les sciences sociales? » (vidéo de 1h30) le  5 Novembre 2015. Une introduction assez complète sur les sciences sociales de troisième génération défiées par le Machine Learning, une prolongation du séminaire du printemps 2015.

Un commentaire important qui n’apparait pas ici mais qui a fait l’objet de discussion (parmi un ensemble de contributions très fécondes): le terme même de génération peut prêter à confusion car il inscrit les méthodes dans une généalogie et de ce fait dans l’idée qu’une génération succède et même remplace l’autre, ce qui est précisément ce que le tableau veut éviter. Il serait dès lors plus prudent de parler de couches comme dans les SIG (mais l’idée de profondeur entraine aussitôt des effets de causalités déterminantes) ou de longueurs d’onde, qui correspond bien à la haute fréquence des vibrations. De même que les choix d’instruments donnent accès et font exister une vision du monde, de même les choix conceptuels et terminologiques peuvent bloquer ou ouvrir des pistes différentes. C’est pourquoi la discussion avec les concepts de « voûtes » et d' »envoûtements » de Yves Citton sont aussi productives.