Dennett on memetics: basics for 3rd generation social sciences

While preparing our work plan for the next step of our meme tracker, we revisited some literatue and one lecture from Dennett came out as an interesting landmark. He clearly advocated the agency of memes, of elementary cultural units, and one expression may sum up all the consequences of this change in point of view:

« A scholar is just a library’s way of making another library. »

Of course, it echoes many expressions from Tarde who is not even mentioned in memetics literature! Must read!

Memes and the Exploitation of Imagination

Journal of Aesthetics and Art Criticism, 48, 127-35, Spring 1990.

The David and Miriam Mandel Lecture, American Society for Aesthetics, October 27, 1989, 47th Annual Meeting, New York, NY

The general issue to be addressed in a Mandel Lecture is how (or whether) art promotes human evolution or development. I shall understand the term « art » in its broadest connotations–perhaps broader than the American Society for Aesthetics would normally recognize: I shall understand art to include all artifice, all human invention. What I shall say will a fortiori include art in the narrower sense, but I don’t intend to draw particular attention to the way my thesis applies to it.

There are few ideas more hackneyed than the idea of the evolution of ideas. It is often said that schools of thought evolve into their successors; in the struggle for attention, the best ideas win, according to the principle of the survival of the fittest, which ruthlessly winnows out the banale, the unimaginative, the false. Few ideas are more hackneyed–or more abused; almost no one writing about the evolution of ideas or cultural evolution treats the underlying Darwinian ideas with the care they deserve. I propose to begin to remedy that.

The outlines of the theory of evolution by natural selection are now clear: evolution occurs whenever the following conditions exist:

  1. variation: a continuing abundance of different elements
  2. heredity or replication: the elements have the capacity to create copies or replicas of themselves
  3. differential « fitness »: the number of copies of an element that are created in a given time varies, depending on interactions between the features of that element (whatever it is that makes it different from other elements) and features of the environment in which it persists.Endnote 1

Notice that this definition, drawn from biology, says nothing specific about organic molecules, nutrition, or even life. It is a more general and abstract characterization of evolution by natural selection. As the zoologist Richard Dawkins has pointed out, the fundamental principle is « that all life evolves by the differential survival of replicating entities »Endnote 2.

Lire la suite

Medialab stories: how to align ANT and digital methods?

Medialab stories: how to align ANT and digital methods?

Dominique Boullier, Digital Humanities Institute, EPFL

(Translation -slightly revised- from the previous post in French)

Note: This is a blog post and not a paper. Please accept the flaws in this draft of a potential paper (translation included!)

 

The time for reviews has apparently come for medialab (cf. Venturini et al. 2017), I will do my part, because there are indeed many lessons to be learned from this experience. My point of view will differ quite clearly from the article mentioned above, which notes first and foremost the work of constructing digital methods carried out with medialab, because I always situate digital methods within the conceptual framework that they put in place, sometimes without saying or knowing it. To better understand what is happening to us collectively, as social sciences, with the digital world, is indeed a task to which I have been devoting myself for the last 5 years. And the support of STS traditions is essential in this regard. The historical dimension is essential to understand the very special « assemblage » of medialab from 2009 to 2017. I would like to show here how a very particular alliance was formed between ANT (Actor Network Theory) in its Latourian version on the one hand and the numerical methods in their UTC version (University of Technology of Compiegne), i. e. web topology, on the other hand. This will recognize the limitations of the experiment, but it will also teach us a great deal about what is at stake, including the place of ANT in all social science approaches, how it has been used and how it could still be used. This will involve revisiting some of the beliefs spread around what the medialab and ANT were doing at the same time. Thus, it seems to me quite wrong to characterize the relationship ANT/digital by the « carbon copy » effect (the web duplicates the social), by qualiquantitative methods, or by the gains of knowledge allowed by a supposed zoom (exploration of the social by change of scale). To put all these points in their proper place, it is necessary to put the entire ANT in historical perspective and to give an account of the technical methods and devices that have enabled it to exist, as has always been the case with the STS, and ANT has became a reference framework for them. Keeping in mind the digital approach, I will therefore first give a brief historical overview of ANT and its specificities before turning to digital methods in detail. I would like to make it clear that all the points of view I am going to develop were born within this setting provided by the medialab, of which I was scientific coordinator with Bruno Latour until 2015. They resume debates that have been sketched out within the team itself, notably for the writing of the article « The whole is smaller than its parts ». In this article, I use references to the work I’ve been doing on this third generation social science blog, and I test the hypotheses I’ve been working on for almost five years on the era of quantification that we live in today.

Lire la suite

D’un bilan à l’autre : comment aligner ANT et méthodes numériques ?

Dominique Boullier , EPFL

v.3, avec notamment des ajouts à partir du livre récent de Michel Callon et des précisions sur l’article source

Le temps des bilans est semble-t-il venu pour le médialab (cf. Venturini et al. 2017) et il serait utile pour des programmes équivalents de faire le point, après ces années d’exploration où, il faut bien le reconnaitre, nous ne savions pas toujours bien ce que nous faisions. Nous nous sommes trouvés pris dans une dynamique, une conviction que le numérique changeait notre façon de faire des sciences sociales. Le terme « faire » est le plus important car la discussion porte ici sur ces laboratoires ou institutions qui ont effectivement mobilisé des techniques numériques pour divers objectifs empiriques et non sur ceux qui ont analysé le numérique, même si parfois les deux populations se recoupent.

Mieux comprendre ce qui nous arrive collectivement, en tant que sciences sociales, avec le numérique, est une tâche à laquelle je me consacre depuis ces 5 dernières années. Et l’appui des traditions des STS est incontournable sur ce plan et doit s’appliquer à nos propres façons de travailler, pour voir les « méthodes numériques en train de se faire ». Et pour cela, il reste indispensable de ne pas séparer les concepts mobilisés des outils utilisés, et mon approche se distinguera de cette de Venturini et al. principalement sur ce plan. La dimension historique est indispensable pour comprendre cet « assemblage » très particulier qu’a constitué le médialab de 2009 à 2017. Je voudrais montrer ici comment une alliance très particulière s’est nouée entre l’ANT (Actor Network Theory) dans sa version latourienne d’un côté et les méthodes numériques dans leur version UTC (Université de Technologie de Compiègne), c’est-à-dire topologie du web, de l’autre. Cela permettra de reconnaitre les limites de l’expérience mais cela nous en apprendra beaucoup aussi sur ce qui est en jeu et notamment sur la place de l’ANT dans l’ensemble des approches en sciences sociales, sur la façon dont elle a été utilisée et sur la façon dont on pourrait encore s’en inspirer. Cela supposera de réviser certaines des croyances diffusées autour de ce que faisaient le médialab et l’ANT par la même occasion. Ainsi, il m’a toujours paru erroné de caractériser la relation ANT/numérique par l’effet « copie carbone » (le web duplique le social), par des méthodes qualiquanti, ou encore par les gains de connaissance permis par un supposé zoom (exploration du social par changement d’échelle). Tous ces « éléments de langage » souvent utilisés dans la communication du médialab ont pu finir par intoxiquer l’équipe elle-même (dont je faisais partie!) et empêcher ainsi de construire une vision cohérente entre cadre théorique (ANT) et méthodes numériques. Précisons cependant que, pour ceux qui ont développé les méthodes numériques et notamment l’étude du web à partir d’autres approches théoriques, dont l’analyse de réseaux par exemple, la question se poserait totalement différemment.

Pour mettre tous ces points à leur juste place, il faut remettre toute l’ANT en perspective historique et rendre compte des méthodes et dispositifs techniques qui lui ont permis d’exister, comme l’ont toujours fait les STS, dont l’ANT est devenu un cadre de référence. En gardant toujours à l’esprit le numérique, je ferai donc d’abord un retour historique sommaire sur l’ANT et ses spécificités avant d’en venir aux méthodes numériques de façon détaillée. Je précise que tous les points de vue que je vais développer ont pu naître au sein même de ce cadre de travail fourni par le médialab et grâce au médialab, dont j’ai été coordinateur scientifique avec Bruno Latour jusqu’en 2015.

Lire la suite

The Tipping Point

En travaillant la question des cascades et des émergences dans le temps, revient évidemment la question du « tipping point » (point de basculement ou seuil critique). Je suis retourné lire Gladwell et son livre éponyme. (how little things can make a big difference). C’est un journaliste de formation biologiste, le livre date de 2001 et ce qu’il écrit est très raconté mais pas nécessairement formalisé. Cependant, ce qu’il dit des trois règles de l’épidémiologie correspond exactement à l’approche par les trois générations transformées en trois points de vue et à la distribution d’agency entre les structures, les individus et les entités circulantes.

 » Epidemics are a function of the people who transmit infectious agents, the infectious agent itself, and the environment in which the infectious agent is operated ». Ce qu’il résume trois principes: « The Law of the Few, the Stickiness Factor and the Power of Context » ( le rôle de certains individus et de leurs préférences, des agents influenceurs (Connectors, Mavens and Salesmen), le rôle des propriétés de l’entité circulante ici agent infectieux (par exemple la mutation du virus VIH qu’il raconte), le rôle des structures , qu’il appelle (à tort à mon avis) contexte. En fait, il entend contexte comme des éléments de l’environnement, parfois des circonstances, mais aussi des structures organisationnelles, telles la règle des 150 comme limite de viabilité des groupes. Sur ce point des structures, il n’a clairement pas pris en compte les travaux des sciences sociales et se limite donc à certaines expériences de psychologie, ce qui réduit la portée de l’agentivité des structures. Cependant le  point intéressant, c’est que jamais il ne cherche à écraser l’un des agents par l’autre ni à recomposer le tout. Car le tout peut changer en un instant, et c’est son argument sur le tipping point (qui marche pour les cascades de tweets et de mèmes aussi bien que  pour la diffusion d’innovations).

Voilà des approches qui tout en s’inspirant de l’épidémiologie n’obligent pas à faire de la sociobiologie!

Un rapport de la métropole de Lyon « big data et sciences sociales. Révolution, illusion et extension »

Le rapport de la métropole de Lyon (Nova 7, Millénaire 3) « Big data et sciences sociales. Révolution, illusion et extension » écrit par Boris Chabanel, est remarquablement clair. Il s’appuie sur une discussion des travaux de Ollion et Boellaert et de ceux sur les sciences sociales de troisième génération. Très bon résumé et mise en évidence des points saillants.  Accessible ici

http://www.millenaire3.com/ressources/big-data-et-sciences-sociales

Lire N. Marres « Digital Sociology »

Norrtje Marres vient de publier « Digital Sociology ». Un ouvrage important qui va bien au-delà des « digital methods » même s’il les prolonge car il situe les enjeux pour la sociologie en général avec la diplomatie qui sied bien à Noortje mais aussi la finesse méthodologique qu’elle a déjà démontré. Elle fait référence plusieurs fois aux travaux publiés dans l’article de ArXiv. Je prépare un compte rendu de lecture!

Digital Sociology: The Reinvention of Social Research

Des générations aux longueurs d’onde puis aux postures conceptuelles des sciences sociales

Des générations aux longueurs d’onde puis aux postures conceptuelles des sciences sociales

Lire l’article en pdf

Le modèle des trois générations de sciences sociales est un point de départ et il a été formulé avant tout dans la lignée des travaux de Alain Desrosières sur la quantification qui constitue les sociétés elles-mêmes. Les différences entre générations ont pu apparaitre comme inscrite dans une généalogie alors que ce n’est pas du tout l’approche adoptée, quand bien même un positionnement dans une succession historique a été repéré et qu’un héritage est bien repris et transformé. Mais la coexistence des générations a été à juste titre soulignée dans les débats et de la même façon l’absence de hiérarchie entre les générations. En requalifiant les générations de sciences sociales en termes de fréquence (haute, moyenne, basse), il est possible d’opérer déjà un pas de côté vers une version plus cohérente, avec le risque de laisser penser que la physique sociale pourrait très bien répondre à toutes ces questions, en mobilisant la mécanique des fluides ou les théories corpusculaires. Cependant, c’est une autre approche que nous voudrions développer ici, pour montrer en fait à quel point les différents types de sciences sociales que nous avons mis en évidence recoupent des oppositions classiques entre paradigmes dans les sciences sociales. Ce travail avait commencé lors de l’écriture de l’article collectif sur le tout et ses parties avec Bruno Latour et Pablo Jensen en 2010, travail publié en 2012 dans le British Journal of Sociology, et les idées nées à cette occasion ont pris le temps nécessaire pour mûrir et revenir en force.

Le tableau généalogique des trois générations de sciences sociales (société, opinion et vibrations) peut en effet avoir sa version structurale ou mieux encore cosmopolitique dès lors qu’on rend compte des postures qui président à chacune des approches. On peut alors remarquer que ces postures conceptuelles s’opposent dans toutes les sciences sociales et en philosophie depuis longtemps. La tendance à vouloir épuiser les comptes rendus du monde avec certaines des approches est fréquente et génère des guerres de tranchées et des incompréhensions mais rien ne justifie la disqualification de certaines des postures a priori dès lors qu’on peut tester leur fécondité sur le terrain.

Il existe ainsi de façon constante trois postures qui se transforment aisément en paradigmes :

La structure Le marché L’émergence

Lire la suite

Conférence à Grenoble: « Les vibrations du Big Data feront-elles trembler les sciences sociales? »

Conférence à Grenoble à l’invitation de Yves Citton et de l’école doctorale de l’université Stendhal « Les vibrations du Big Data feront elles trembler les sciences sociales? » (vidéo de 1h30) le  5 Novembre 2015. Une introduction assez complète sur les sciences sociales de troisième génération défiées par le Machine Learning, une prolongation du séminaire du printemps 2015.

Un commentaire important qui n’apparait pas ici mais qui a fait l’objet de discussion (parmi un ensemble de contributions très fécondes): le terme même de génération peut prêter à confusion car il inscrit les méthodes dans une généalogie et de ce fait dans l’idée qu’une génération succède et même remplace l’autre, ce qui est précisément ce que le tableau veut éviter. Il serait dès lors plus prudent de parler de couches comme dans les SIG (mais l’idée de profondeur entraine aussitôt des effets de causalités déterminantes) ou de longueurs d’onde, qui correspond bien à la haute fréquence des vibrations. De même que les choix d’instruments donnent accès et font exister une vision du monde, de même les choix conceptuels et terminologiques peuvent bloquer ou ouvrir des pistes différentes. C’est pourquoi la discussion avec les concepts de « voûtes » et d' »envoûtements » de Yves Citton sont aussi productives.

Entretien dans Le Monde sur sciences sociales 3G et Big Data

http://www.lemonde.fr/festival/article/2015/09/03/les-sciences-sociales-ne-jouent-plus-leur-role-de-contre-pouvoir_4745227_4415198.html

en préparation du festival du Monde qui aura lieu le dernier week end de Septembre avec notamment Morozov et un débat avec Valérie Peugeot,  Isabelle Falque-Pierrotin et Dominique Boullier, le dimanche 27 septembre de 15h30 à 17h à la Bastille

La vidéo du séminaire avec Franck Cochoy et Dominique Cardon

Le séminaire est terminé pour cette année et nous allons vous proposer une suite sans aucun doute. En attendant, voici la vidéo de la séance du 28 Mai, qui est typique de l’esprit d’atelier et de discussion ouverte qui était à l’origine du projet. Interventions et débats passionnants à visionner sur Canal U

https://www.canal-u.tv/video/fmsh/seminaire_shs3g_28_mai_2015.17974

Rappel : les commentaires sont bienvenus, la discussion doit continuer, les références et papiers à mentionner sont aussi utiles!

 

Séminaire du 11 juin avec Geof Bowker et Noortje Marres

Le prochain séminaire SHS3G aura lieu le 11 Juin de 14h30 à 17h30 et accueillera Geof Bowker, professeur à University of California Irvine, et Noorjet Marres, Professeur au Goldsmiths Institute, University of London. La séance se tiendra exceptionnellement à la Maison SUGER 16-18 Rue Suger, Paris 6eme (entre métro Odéon et St Michel).

Charlie est un phénomène de 3eme génération (aussi) par D. Boullier

La méthode Todd ou le positivisme zombie (= déconnecté)

J’ai toujours lu avec intérêt les travaux d’Emmanuel Todd et j’ai été convaincu qu’il touchait une dimension anthropologique importante en insistant sur le rôle des principes de transmission familiale. Mais je n’avais jamais pensé que l’on pouvait utiliser ces mouvements de longue durée pour tout expliquer et encore moins pour expliquer des manifestations. Il se trouve en effet que j’ai observé de nombreuses manifestations et que l’ordre des deux phénomènes ne pouvait jamais être rapproché si ce n’est au prix d’un écrasement de la singularité d’une manifestation : c’est pourtant ce que fait E. Todd en résumant un moment éphémère de pulsation de la vie collective à un symptôme d’une crise religieuse, en le résumant tellement qu’il consacre un maximum de 40 pages sur 240 (calcul généreux de ma part) à évoquer ces manifestations et surtout un indicateur et un seul, le nombre de manifestants, dont il prétend tirer des lois malgré le caractère « bâclé » des chiffrages (p. 68).

Lire la suite