Vidéo et notes du débat Dominique Boullier et Loïc Blondiaux

La vidéo du séminaire du 15 Janvier est accessible ici

https://www.canal-u.tv/video/fmsh/shs_3g_15_janvier_2015.17047

Voici les notes prises pendant le débat de Janvier sur les SHS3G à partir des exposés de Dominique Boullier et de Loïc Blondiaux. Ces questions fort riches doivent être considérées comme des points de départ de débats plus précis sur certains points. Toutes les contributions sous forme de commentaires sont bienvenues pour constituer un espace d’exploration collective. *

Notes du séminaire du 15 Janvier

Exposé de Dominique Boullier

Xavier Mellet

Pour trouver la bonne échelle, le bon point d’entrée pour suivre les traces, il faut connaitre le domaine, avoir des connaissances pour entrer par le milieu (DB reprenant Deleuze) et choisir les bons éléments. X. Mellet pour sa thèse sur « la composition médiatique des populismes » a sélectionné des éléments qui émergeaient comme notables dans les médias (fréquences calculées sur un corpus important en France et au Japon pendant les campagnes électorales). Ce qui pose aussi la question des absences significatives : ce qui ne s’est pas propagé peut avoir autant d’importance que ce qui a réussi à circuler.

Commentaires de D Boullier

Cette remarque pose des questions importantes. Il n’existe pas d’entrée par les traces qui ignorerait le « milieu » dans lequel se propagent ces traces. Milieu doit être entendu au sens écologique, de la même façon que les ondes se réfractent différemment selon les milieux qu’elles pénètrent (air, eau, etc.). Dès lors, la connaissance suffisante du milieu doit permettre de délimiter les affaires, les « issues » : l’étude des répliques supposent une théorie des issues à la N. Marres qui peut être étendue à une théorie des milieux, plus ouvertes et dépendante des plates-formes elles-mêmes qui constituent le milieu de réfraction des traces. Un tweet circule sur Twitter avant d’être repris dans les médias et sur tout le reste du net et il devient visible selon les règles propres à ce milieu technomédiatique particulier qu’est Twitter. De même, X. Mellet choisit de délimiter les campagnes électorales car ce sont des cadrages qui constituent un milieu attentionnel aux propriétés spécifiques. On évitera d’utiliser contexte car comme l’ANT l’a démontré, cela permet de rester beaucoup trop général  et de ne pas prendre en compte la variabilité du contexte selon les points de vue.  Les sciences sociales de troisième génération si elles travaillent  à partir des éléments, des entités circulantes ou des signes transposables doivent énoncer des principes de méthode pour caractériser les milieux qui seront étudiés. Et cela sans le faire de façon trop précise sous peine de ne suivre que les artefacts constitués par les milieux qu’elles auront délimités, selon le vieux cercle de méthode de Halbwachs «  pour étudier un phénomène il faut le découper, pour le découper il faut l’avoir étudié » !

Sylvain Parasie

La volonté de différencier les générations pousse soit à trop de schématisme soit à ignorer ce que font les acteurs eux-mêmes qui pratiquent beaucoup plus l’hybridation des générations. même en travaillant avec des méthodes de Big Data, dans le marketing par exemple, il sera fait un usage intensif de l’échantillonnage pour les études de marché. Même Nate Silver, l’expert en Big Data, devenu le gourou des prédictions électorales ( et des scores de base-ball par ailleurs !) , auteur de 2012 : The Signal and the Noise: Why So Many Predictions Fail — but Some Don’t, Penguin Press HC, s’appuient sur une compilation de sondages. Il est vrai qu’il existe une crise des agrégats, des données trop vite agrégées et catégorisées. L’exemple d’une étude sur les territoires vécus est proposé pour montrer qu’au bout du compte , à partir des traces on retrouve les découpages que les acteurs qui organisent l’immobilier et les secteurs d’activité avaient institués.

Commentaire de D Boullier

Remarque importante là encore qui doit nous encourager à faire venir des professionnels (comme en Février, G. Fouetillou) pour mieux nous appuyer sur ce que font les acteurs, avec qui nous devrons de toutes façons travailler pour produire les conventions à proposer puisque ce sont les mêmes sources de données que nous utiliserons. Il faut noter que précisément les sciences sociales de troisième génération sont une offre diplomatique de distinctions des rôles et des entités mobilisées (société, opinion ou répliques) mais à condition de reconnaitre la place des unes et des autres et donc leur possible combinaison.

Tommaso Venturini

Les conventions actuelles ne sont pas encore établies pour cette troisième génération mais en même temps, la prolifération des traces, de leurs statuts, des plates-formes qui les produisent ne facilite pas le travail. Est-ce la seule raison qui explique le retard à construire une convention ?

Commentaire de D Boullier

Oui il faut noter cette prolifération et cette incertitude sur le statut de ces traces. C’est normal dans une phase d’innovation mais c’est aussi particulier au numérique où le rythme de l’innovation est particulièrement rapide avec tests en grandeur nature et sélection en direct des méthodes gagnantes –(ex : l’émergence de Twitter a tout changé pour ces approches et pour les sciences sociales qui travaillaient sur tout l’opinion mining). Or, on reste très dépendants de ces plates-formes et des enjeux de normalisation  de tout cela. Il se peut fort bien que les fenêtres d’accès aux données/ traces se referment avec un cryptage généralisé, il est donc important de ne pas construire une sciences des répliques sur du sable.

Emmanuel Kessous

L’exemple proposé sur la prolifération du punctum « bras croisés » à partir de la photo de Savorgnan de Brazza commentée par Barthes n’est pas le meilleur car il insiste avant tout sur les agrégats (le nombre de réponses à une requête Google images « bras croisés ») alors que les SHS3G devraient surtout suivre les chainages comme ça se fait dans l’ANT ou comme on le voit avec la grippe anticipée par Google. Dans ce dernier cas en effet,  on peut trouver le chainon manquant qui rend compte de cette explosion du nombre de requêtes, puisque les malades se renseignent sur les symptômes sur Google.

Le Marketing est quand même oublié dans ces générations et notamment pour la 2eme génération pour laquelle il devrait être central. La segmentation  des consommateurs est un enjeu permanent et toujours présent chez les opérateurs télécoms par exemple.

Pour la standardisation des conventions, il est remarquable de voir comment les statistiques se sont normalisées sous pression des Etats alors que dès que l’on passe à des acteurs privés, cela devient beaucoup plus compliqué car chaque acteur veut faire sa différence en produisant sa métrique propre. Les conventions sont en fait toujours situées dans des marchés conflictuels, ce qu’on ne voit pas ici, et elles servent le plus souvent à réguler ces conflits (exemple des forces syndicales pour les mesures à mettre en place pour l’état-providence). Il faudrait donc identifier quels sont les acteurs pertinents en conflit sur ce marché des traces pour anticiper sur les types de conventions qui pourront être créées. Ainsi, on perçoit bien qu’il existe une tension montante sur deux questions dans le numérique : la privacy et le digital labor (travail implicite non rémunéré fait par les internautes qui produisent ou cèdent leurs traces).

Enfin, le rôle d’expertise des sciences sociales mérite en effet d’être révisé et pourrait se retrouver mis en cause par l’extension des nouvelles mesures et méthodes liées au Big Data. Ainsi, les politiques publiques sont soucieuses d’évaluation mais ne feront pas nécessairement appel aux sciences sociales car d’autres candidats peuvent devenir concurrents des SHS sur ce terrain en proposant des mesures en temps réel.

Commentaires de D . Boullier

Tant d’excellentes questions et remarques !!

Oui il faut garder le souci du chainage et ne pas refaire des agrégats comme nous en avions l’habitude et c’est pour cela que l’exemple des bras croisés tel qu’il a été exposé ne peut servir qu’à faire voir un phénomène (la prolifération d’un élément très partiel, d’un attribut d’une entité peut désormais faire connexion) . Encore faut il faire le chainage et montrer comment les tags placés sur les photos au sein d’une base précise (la plate-forme Flickr, comme milieu spécifique) peuvent produire ce chainage si l’on peut tracer l’historique de ces tags).

La présentation de la seconde génération doit clairement reprendre la question des études de marché. Nous devrons revoir cela avec l’intervention de F. Cochoy. ? Dans son livre sur l’histoire du marketing, F. Cochoy indique bien que dès 1904 Mahin Agency lance des enquêtes par questionnaire et réalise des tests de publicité. Nabisco faisait des entretiens dès 1906 et General Electric et Kellogs en 1910 en combinant des tests de pubs et des données statistiques démographiques. Ils seront  suivis par les grands cabinets de conseil comme J. Walter Thompson Cie en 1912, Arthur D. Little et Mc Kinsey en 1925.  Dans l’industrie, Charles Coolidge Parlin inaugure la pratique de l’étude de marché dans l’industrie pour connaitre son lectorat (Curtis Publishing Company qui publie notamment Ladies’Home Journal), permettant ainsi de lancer une forme depublicité d’ dans l’industrie pour connaitre son lectorat (Curtis Publishing Company qui publie notamment Ladies’Home Journal), permettant ainsi de lancer une forme de publicité d’intérieur, comme le fait le Chicago Tribune en 1913 qui envoie des questionnaires par voie postale sur l’achat des denrées alimentaires. Mais c’est seulement en 1936 que le Journal of Marketing est créé (décalage académique intéressant) et en 1937 que l’AMA (American Marketing Association est créée). Les études de marché existent donc bien avant les sondages (un manuel des études de marché est publié en 1921 par Percival White) mais leur émergence comme travail à prétention  scientifique intervient seulement en 1936, la même année où Gallup ( et les autres) font la démonstration de  la puissance prédictive des sondages électoraux.

De tous ces éléments il faut donc admettre que la place des études de marché ainsi que des financements des sondages est plus importante qu’indiqué dans le papier initial , ce qui crée des liens avec le monde des marques contemporain.

L’idée de repérer les conflits émergents est essentielle pour comprendre comment la régulation de cette prédation des données par exemple servira de terreau pour instituer les conventions des SHS3G appuyées sur les traces. Et ces conflits peuvent mettre en effet en cause les sciences sociales elles-mêmes comme dans le cas des évaluation des politiques publiques, malgré la création d’un Labex comme le LIEPP sur l’évaluation  des politiques publiques.

Cécile Méadel

Le fait que les méthodes des traces ne soient pas créées par les sciences sociales ne peut être un argument pour ne pas les utiliser car les sciences sociales ont toujours procédé de cette façon.  A l’inverse, les opérationnels n’hésitent jamais à s’emparer des concepts des sciences sociales.  Il est par exemple inquiétant de voir comment les puissances de calcul de ces plates-formes finissent par attaquer l’activité scientifique elle-même en puisant dans la tradition de la scientométrie : Scopus ou Web of Sciences sont actuellement en avance sur les méthodes d’analyse car elles combinent leur propre expertise à la tradition académique à grande vitesse. Or, tout cela se fait selon leurs règles, qui comportent des limitations  de droits d’accès comme c’est le cas même pour Twitter.

Commentaire de D Boullier

En effet, on peut être encore plus pessimiste si l’on considère toute l’expertise qui s’accumule dans ces grandes firmes productrices de traces qui non seulement les récupèrent mais possèdent la plus grande concentration  d’experts pour les analyser et pour proposer des interfaces pour les utiliser à leurs conditions,  voire en les faisant payer, et cela sans garantie de pérennité. D’où l’impérieuse nécessité pour les SHS en général et en particulier pour les SHS3G de penser leur statut et de proposer des formes de coopération avec ces acteurs sans passer sous leurs fourches caudines.

 

Exposé de Loïc Blondiaux

Questions et commentaires

Dominique Boullier

Les élections ont constitué une épreuve (au sens pragmatique) décisive quand bien même ce ne fut jamais le moteur économique décisif pour les instituts de sondage (d’où l’échec du démarrage de Stoezel en 1938 qui misait sur l’intérêt des journaux pour cette nouvelle approche). Quel type d’épreuve serait équivalente actuellement pour les SHS 3G ? A noter sur Linkfluence se fit connaitre par son suivi de la progression du Non sur la blosgosphère au moment du référendum de 2005 sur le traité constitutionnel.

L’histoire faite par Loïc Blondiaux met en évidence l’importance d’une forme de division du travail entre les instituts de sondage et les universitaires ( avec Lazarsfeld en tête) qui faisaient la R&D des instituts. Un espace transitionnel intéressant avait été institué, la revue Public Opinion Quaterly, où contribuaient universitaires et praticiens.  Il faudra sans doute se poser la question de la création d’un tel espace, à travers ce séminaire étendu ou d’une revue pour les SHS3G.

Françoise Thibault

Il faut souligner l’importance de la tradition des grandes enquêtes (cf. Lazersfelkd encore) qui ont pu être conduite par les universitaires avec les instituts de sondage. Or en  France, l’INSEE assurait en fait à partir de 1945 une forme de monopole sur ces grandes enquêtes quantitatives. Les grands équipements récemment créés pour les sciences sociales sont de ce point de vue une innovation qu’il faut prendre en compte dans cette histoire de la quantification et qui peut se relier ainsi aussi aux SHS3G.

Commentaire de LoÏc Blondiaux

C’est vrai notamment avec ces méthodes d’access panels en ligne qui sont désormais disponibles en France mais qui l’étaient depuis plus longtemps dans d’autres pays. Les méthodes de ce type sont devenues courantes mais pourtant encore trop coûteuses pour des médias qui sont globalement en situation économique très difficile. D’où leur recherche incessante de nouvelles sources telles celles qui permettent d’avoir un accès direct à un suivi de l’opinion ( opinion mining).

Les méthodes ont toujours été débattues et conflictuelles au sein même des instituts de sondage : par exemple entre questions ouvertes et questions fermées , ces dernières ayant définitivement gagné dans les années 50. Ou encore les tentatives de réaliser des observations de terrain en masse (« mass observations ») pendant de grands événements ( 1937 le couronnement du roi) en allant dans les bars ou les cinémas. Cette combinaison de méthodes a fini par disparaitre, les conventions définitives sont donc longues à se mettre en place à l’intérieur même d’un champ et d’une profession même bien identifiée , ici les instituts de sondage. Ce qui veut dire qu’il faudra aussi pour les SHS3G se focaliser sur certaines d’entre elles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *