D’un bilan à l’autre : comment aligner ANT et méthodes numériques ?

Dominique Boullier , EPFL

v.2 (tenant compte de remarques de B. Latour)

Le temps des bilans étant venu semble-t-il pour le médialab (cf. Venturini et al. 2017), je vais apporter ma pierre à l’édifice, car effectivement beaucoup de leçons peuvent être tirées de cette expérience. Mon point de vue différera assez nettement de l’article mentionné, qui constate avant tout le travail de construction de méthodes numériques réalisées au médialab car je situe toujours les méthodes numériques dans le cadre conceptuel qu’elles mettent en place, parfois sans le dire ou sans le savoir. Mieux comprendre ce qui nous arrive collectivement, en tant que sciences sociales, avec le numérique, est en effet une tâche à laquelle je me consacre depuis ces 5 dernières années. Et l’appui des traditions des STS est incontournable sur ce plan. La dimension historique est indispensable pour comprendre cet « assemblage » très particulier qu’a constitué le médialab de 2009 à 2017. Je voudrais montrer ici comment une alliance très particulière s’est nouée entre l’ANT (Actor Network Theory) dans sa version latourienne d’un côté et les méthodes numériques dans leur version UTC (Université de Technologie de Compiègne), c’est-à-dire topologie du web, de l’autre. Cela permettra de reconnaitre les limites de l’expérience mais cela nous en apprendra beaucoup aussi sur ce qui est en jeu et notamment sur la place de l’ANT dans l’ensemble des approches en sciences sociales, sur la façon dont elle a été utilisée et sur la façon dont on pourrait encore s’en inspirer. Cela supposera de réviser certaines des croyances diffusées autour de ce que faisaient le médialab et l’ANT par la même occasion. Ainsi, il me parait erroné de caractériser la relation ANT/numérique par l’effet « copie carbone » (le web duplique le social), par des méthodes qualiquanti, ou encore par les gains de connaissance permis par un supposé zoom (exploration du social par changement d’échelle). Pour mettre tous ces points à leur juste place, il faut remettre toute l’ANT en perspective historique et rendre compte des méthodes et dispositifs techniques qui lui ont permis d’exister, comme l’ont toujours fait les STS, dont l’ANT est devenu un cadre de référence. En gardant toujours à l’esprit le numérique, je ferai donc d’abord un retour historique sommaire sur l’ANT et ses spécificités avant d’en venir aux méthodes numériques de façon détaillée. Je précise que tous les points de vue que je vais développer ont pu naître au sein même de ce cadre de travail fourni par le médialab, dont j’ai été coordinateur scientifique avec Bruno Latour jusqu’en 2015. Ils reprennent des débats qui ont été esquissés au sein même de l’équipe, notamment pour l’écriture de l’article « The whole is smaller than its parts ». Je mobilise dans cet article des références aux travaux que je conduis dont ce blog sur les sciences sociales de troisième génération se fait l’écho et je mets à l’épreuve à cette occasion les hypothèses que je travaille depuis près de 5 ans sur l’époque de quantification que nous vivons actuellement.

En quoi l’ANT fait-elle une différence dans les sciences sociales ?

J’ai déjà positionné (Boullier, 2015, 2016) clairement l’ANT et ses auteurs de référence (Callon, Latour et Law) comme les auteurs fondateurs d’une nouvelle époque de quantification, que j’ai nommée troisième génération de sciences sociales. Certains ont été très étonnés de ce choix , tant le numérique et le quantitatif semblent être restés périphériques dans les travaux de tous les auteurs de l’ANT. Pourtant, je persiste car ce n’est pas le numérique comme technologie qui est ici en jeu seulement mais le cadre cognitif qu’il propose, notamment avec le Machine Learning, qui avait été anticipé d’une certaine façon par la posture de l’ANT. Que devons-nous retenir de l’ANT en effet si l’on veut la réduire (abusivement) à quelques « slogans » ?

1/ Les non-humains ont une agentivité, une agency, une puissance d’agir qui leur est propre. Les plus anciens se souviennent peut-être du scandale qu’a représenté l’article de Michel Callon sur les coquilles Saint Jacques. Ce fut un tollé, un scandale et une vendetta systématique contre ceux, dont je fus, qui défendaient cette thèse du pouvoir d’agir des objets, des choses et dans ce cas précis des animaux que sont les coquilles Saint Jacques. La description symétrique des processus de délégation entre marins-pêcheurs et entre coquilles Saint Jacques était la cible privilégiée des détracteurs, et plus de trente ans plus tard, certains ont toujours les coquilles Saint Jacques en travers de la gorge. Toute une série d’articles sur les objets furent publiés sur le même mode et le talent d’écriture des auteurs en faisaient même, péché mortel, des histoires accessibles au grand public, autant dire des « anecdotes » en lieu et place de démonstrations. Or ce décalage vers la prise en compte sérieuse des « rôles » des artefacts, du vivant, etc. , est devenu de plus en plus partagé et reprenait déjà des préoccupations de Foucault sur les dispositifs, de Simondon sur le mode d’existence des objets techniques, de Mc Luhan sur les médias, etc. C’est ce décalage qui constitue une piste sérieuse pour le numérique, ou tout au moins une posture qui permet de se laisser affecter (Haraway) par le numérique au risque d’être traités de « déterministes technologiques », accusation qui ignore totalement le fil même des récits proposés dans les cas étudiés. Mais plus important encore, et largement ignoré jusqu’ici, cette posture provocante, permettait de rouvrir la distribution de l’agency, des puissances d’agir, jusqu’ici dévolues uniquement aux humains, selon le dogme moderniste (ou naturaliste pour reprendre les ontologies de Descola) soit sous forme agrégée de structure sociale soit sous forme individualisée de préférences et de stratégies. Ce que B. Latour redisait encore dans Reassembling the social/ Refaire de la sociologie » : « pouvons nous anticiper une science sociale qui prenne au sérieux les êtres qui font agir les gens ? ».

2/ Ce déplacement de l’agency repose en fait sur un emprunt bien connu mais sur lequel on insiste peu, un emprunt à la sémiotique de Greimas. Le concept d’actant permettait en effet d’aligner l’agentivité potentielle de toute entité peuplant les récits, au-delà de la tradition de Propp. Le formalisme de Greimas n’était certes pas conservé mais le principe permettait de raconter des histoires plus ouvertes et de formaliser le concept d’alliés notamment qui prolonge l’idée des adjuvants et des opposants (sans que cela soit fait dans une visée stratégique contrairement à ce que certaines interprétations ont cru y voir). L’un des malentendus les plus marquants pour l’ANT sera précisément créé par l’usage du terme « réseau » pour caractériser ce qui se restitue avant tout comme un récit, qui fait émerger des connexions, non stratégiquement, ni structuralement alors que les analystes des réseaux les traitent toujours selon ces deux points de vue. Par la même occasion, cela permet de signaler l’importance clé des récits, qui seront les méthodes privilégiées de restitution par tous les auteurs d’études de cas, souvent très inspirantes, et de souligner le poids des mots, c’est-à-dire l’importance des publications dans le suivi des actants. Le premier article publié par B. Latour avec P Fabbri portait sur la rhétorique des articles scientifiques et l’importance de ces formes textuelles ancrées dans des régimes de vérité différents sera un souci constant chez lui. Plus largement, la scientométrie reprise par Callon et Courtial notamment, connaitra une nouvelle jeunesse grâce à la prise au sérieux de toutes les composantes de l’activité scientifique publiée, parmi lesquelles les termes, les concepts, qui vivent leur vie au sein des réseaux scientifiques. L’avenir prometteur de la scientométrie dans ce contexte ne sera cependant pas exploité car, tout d’abord, de façon inexplicable pour B Latour, M. Callon abandonnera carrément la scientométrie au moment même où la puissance du numérique lui aurait permis de forger un étalon des études quantitatives non positivistes ( Réseau-LU fut la dernière tentative dans ce sens) et ensuite, le travail sur les citations se trouva vite réduit à l’analyse des mots-clés, sans aucun pouvoir d’agir mais traités seulement comme indicateurs des activités des institutions ou des individus.

3/ L’importance de ces récits constitue cependant une particularité importante dans la méthode, cohérente avec le propos sur des innovations caractérisées par leur incertitude (d’où le principe de symétrie entre celles qui ont réussi et celles qui ont raté et le conseil de méthode qui consiste à « suivre les acteurs »), cohérente aussi avec une approche émergentiste délibérée de l’ordre social. Restituer par des récits toutes les médiations qui font tenir un phénomène, un fait scientifique, une innovation ou une institution, cela s’oppose directement à toutes les sciences sociales qui tiennent pour acquis des variables déterminantes ou des espaces de choix possibles calculables. Le prix à payer en reste une impossible comparaison, une faible formalisation, l’utilisation de concepts propices aux malentendus (dont la traduction ou les attachements) qui deviennent même une qualité du récit. N’oublions pas cependant que c’est grâce à cette méthode que l’exploration de situations, de processus instables ou en cours fut possible, contre tous ceux qui voudraient réduire à quelques indicateurs l’analyse de tous les processus observables sur les réseaux numériques. Ce non positivisme, cette capacité à rester dans l’incertitude sur les concepts ou sur le statut des entités en jeu (d’où l’usage des quasi sujets ou des quasi objets emprunté à M. Serres) reste un principe de précaution salutaire à l’heure du positivisme algorithmique galopant. Dans une lignée proche de celle de Deleuze, l’analyse des plis ou des lignes de fuite doit rester le souci majeur si l’on veut éviter d’être captifs de ses propres modèles. Cependant, on voit d’emblée que cela pose un problème culturel non seulement avec les sciences sociales classiques mais avec toute la recherche en informatique.

Ce choc culturel provoqué par l’ANT est reconnu partout, éprouvé par les chercheurs, toujours vigoureux dans toutes les sciences sociales et dans les sciences de la nature aussi qui ont engagé le procès en relativisme à plusieurs reprises. Mais il faut reconnaitre qu’il a été amplifié, voire provoqué par la prétention de l’ANT à régler définitivement leur sort à toutes les sciences sociales préexistantes, dans un mouvement de table rase, certes jouissif mais contre-productif pour une part et surtout contraire aux principes mêmes des STS fondées par l’ANT. L’ANT elle-même n’aurait dû se considérer que comme un point de vue, et surtout se penser comme indissociable de ses méthodes d’exploration et des objets qu’elle se choisit. Cela aura une importance considérable dans la difficulté du médialab à dialoguer avec les autres approches en sciences sociales et contribuera ainsi à limiter son influence, notamment à Sciences Po, quand bien même ce splendide isolement pouvait être présenté comme un titre de gloire parfois. Comment se fait-il que l’ANT formalisée notamment dans l’ouvrage « Refaire de la sociologie/ Re-assemling the social » ne s’appliquait pas à elle-même ses propres prémisses de sociologie des sciences ?

 

D’un point de vue à la table rase : une extension qui contredit la sociologie des sciences elle-même

La proposition systématique de cet ouvrage consiste à demander aux chercheurs de retracer toutes les médiations de tout phénomène une par une et de refuser les opérations « double-clic »  qui permettent de faire agir des entités dont on ne peut justifier l’existence, comme les structures sociales ou les lois du marché. Ce niveau 2 convoqué à volonté s’oppose à une méthode propre à l’ANT de suivi des acteurs et des médiations (et l’on voit bien ce qui dans ce suivi peut bénéficier largement des avancées du numérique). Or, l’analyse critique du pouvoir supposé des structures ou du marché, parfois dévastatrice (par exemple, lorsque B. Latour, dans un autre article, démonte littéralement l’approche durkheimienne des religions) ne peut ignorer ce que toute la sociologie des sciences, notamment de Bruno Latour, a bien montré : les « structures sociales » et leurs « causalités » ont été construites certes, arbitrairement souvent, certes, mais elles ont finies par exister, par devenir des évidences, même dans le sens commun et cette naturalisation n’est pas venue spontanément. Il a fallu l’appui des dispositifs de quantification que furent les recensements pour construire statistiquement l’idée d’un tout, d’une exhaustivité et de lois s’appliquant à ces agrégats, indépendamment de l’action des individus. Ce processus a une histoire, les apports de Desrosières l’ont montré largement mais ils n’ont été exploités par l’ANT que pour montrer l’aspect conventionnel de ces demi-surplombs (niveau 1.5 et non niveau 2) que se donnent les acteurs. Or, parmi ces acteurs, les chercheurs en sciences sociales qui se servent de ces conventions statistiques pour attribuer une agency aux structures via des calculs et démonstrations scientifiques doivent être considérés à part car ils poussent jusqu’à produire ainsi ce niveau 2, alors que pour l’ANT il ne s’agit qu’un moment de stabilisation conventionnelle de médiations que se donnent les acteurs. J’ai mis cette période en perspective en parlant de sciences sociales 1ere génération car il me parait surtout important de reconnaitre cette validité d’une prétention à l’agency des structures. Ce que Latour accorde aux fétiches, (bien construits et donc puissants) pourquoi le refuserait-on aux statistiques et aux causalités construites par des générations de chercheurs désormais ? Mettre tous ces « croyants » aux niveaux 2 dans le même sac, c’est à la fois les ridiculiser au nom d’un statut surplombant sur la science faite qui a toujours été évité par l’ANT et c’est agréger des torchons et des serviettes (les structures et le marché) et mépriser des distinctions que ces approches ont passé un temps considérable à construire. Non, l’approche par le marché, par les préférences, par les modèles de décisions d’agents rationnels n’est pas équivalente à celle d’un Durkheim ou d’un Bourdieu. Refuser de prendre parti dans cette querelle est une chose, les rejeter ensemble parce qu’ils ignorent les médiations qui les font exister est trop facile et peu historique. La critique de toutes ces approches comme agrégatives n’est pas suffisante, car un réseau qui se constitue et qui dure finit aussi par se naturaliser comme agrégat ( et ce point sera important dans les approches numériques), et même le récit qu’en fait l’ANT peut devenir un mème comme celui des coquilles Saint-Jacques, qui dépassent leur auteur. Dans un cas, ce sont des indicateurs traités comme variables de positions sociales présélectionnées qui sont agrégées, dans l’autre ce sont des expressions individuelles de préférences qui sont agrégées. L’échantillonnage n’est pas seulement un raffinement du travail statistique comme l’a montré E. Didier, il permet de gouverner autrement mais aussi de prouver l’existence d’autres entités, jusqu’ici inaccessibles, à savoir ces préférences individuelles, en matière de choix de produits, de marques, etc. mais aussi en matière de choix d’opinion, de choix électoraux. Ce que Weber avait mis en avant dans ses travaux en insistant sur l’enjeu des valeurs, trouvait un vecteur d’expression et de calcul, ce qui n’était pas du tout dans le pouvoir d’agir du recensement, on s’en doute. C’est pourquoi j’ai proposé de considérer que les années 30, avec le sampling et les sondages d’opinion, constituaient une deuxième génération de sciences sociales. Cependant, au-delà de la généalogie, il me parait désormais plus important d’insister sur le fait que ces méthodes permettent de produire, de faire exister et de rendre calculable l’agency spécifique des préférences individuelles, dont l’influence, que théoriseront Katz et Lazarsfeld. Les sciences sociales acceptent de perdre l’exhaustivité de ces agents recensés, (mais qu’on recensait sur quelques variables seulement) pour entrer plus en profondeur, domaine par domaine, dans leurs préférences individuelles, qu’il s ‘agisse de pratiques déclarées, observées, ou d’opinions, que l’on peut examiner en détail sous des conditions de représentativité contrôlées.

Beaucoup ont cru que l’ANT proposait ainsi une nouvelle version de cette vision des préférences en mettant en évidence le rôle d’acteur-stratège de certains entrepreneurs innovants (dans la lignée de Schumpeter) ou de certains chercheurs audacieux pour expliquer les faits scientifiques. Tous ces acteurs produiraient du réseau, devenu une ressource reconnue de toute stratégie et le terme « acteur-réseau » suffisait à encourager le glissement de sens. Il faut reconnaitre que lorsque le point de départ des récits se centre sur un héros comme Eastman, quand bien même l’objet de l’étude est bien de montrer comment un réseau se constitue pour inventer le photographe amateur, le lecteur garde en tête ce point de départ, le héros, qui a tendance à devenir le stratège constructeur d’un réseau, même si l’on montre qu’il a échoué plusieurs fois avant d’y parvenir. Par le récit, il est certes assez aisé de se débarrasser des structures comme actants, mais il est plus difficile de ne pas accepter les individus comme actants, et plus difficile encore de réussir le pari narratif de faire de la clé de Berlin ou du topofil l’acteur central. La tendance de certains étudiants à copier le style narratif de B. Latour notamment sans en maitriser les notions de base m’a conduit à préconiser  le refus de ce type d’écriture pour qui n’aurait pas le talent d’un Callon ou d’un Latour, ce qui veut dire peu de monde ! Plus important, les méthodes ethnographiques comme les méthodes quantitatives distribuent de l’agency, sans le même souci de contrôle parfois, mais elles ne peuvent s’empêcher de le faire et tout indice d’un point d’entrée dans le récit forgera une interprétation, malgré l’auteur parfois. Cela nous met sur la voie de la nécessité de choisir explicitement un point de vue : celui des structures, celui des préférences et des agents ou encore celui des entités qui circulent, dont les objets ou les citations pourraient faire la démonstration.

Un risque : l’ANT émergentiste devenant explication totale

Mais choisir un point de vue ne veut pas dire disqualifier les autres points de vue. Or, nous le verrons, aussi équipés numériquement soient-ils, les pionniers qui combinent numérique et ANT doivent encore faire la preuve qu’ils montrent et démontrent des processus, des concepts nouveaux, jusqu’ici inabordés par les méthodes traditionnelles et par les spécialistes des domaines concernés. Or, l’article bilan que nous avons cité ne parvient pas à faire cette comparaison, en termes de résultats, de concepts, d’interprétations, etc. et l’on serait bien en peine d’indiquer un résultat significatif en dehors du développement des plates-formes et des sets de données.

De fait, l’ANT a toujours choisi un point de vue que je qualifie d’émergentiste, qui possède toute une filiation philosophique de Nietzsche à Deleuze en passant par Bergson sans oublier Tarde. Mais cette approche est en fait très relative à l’état des connaissances sur un processus donné. Faire apparaitre le rôle des non humains, des textes et l’incertitude qui président à l’innovation ou à la science, c’est en effet adopter une posture émergentiste, qui ne peut cependant ignorer que ce qui est émergent finit par se stabiliser ou par disparaitre, et que cette étape fait aussi partie d’un constructivisme conséquent (comme le dit Latour pour la science faite et la science en train de se faire). Tout est construit certes, tout est émergent, certes, mais nous n’habitons notre monde qu’en nous habituant et en repliant ce qui a été, en une occasion rare, déplié. Il faut donc constamment chercher ce qui est émergent au sein même de l’émergence, ce qui « reste » pourrait-on dire, ce qui nous « dépasse » parce que « bien construit » comme le dit Latour, ce « vif », dont parle Deleuze, sans pour autant mépriser ce qui reconstitue du territoire et de la stase. Si Durkheim constitue une vision mythique de la religion, il le fait du point de vue de la puissance d’agir des structures et nul ne peut ignorer que, prises à un certain moment de leur histoire, les médiations qui ont fait émerger les religions sont devenues naturelles et considérées par « les acteurs eux-mêmes » comme agissantes.  Lorsqu’il utilise ce point de vue particulier pour faire rétrospectivement la généalogie des formes élémentaires de la vie religieuse, il adopte une méthode qui n’est précisément pas adaptée pour cela, alors que l’ANT serait bien meilleure puisqu’elle ne présuppose pas ce qui doit être démontré, à savoir la religion et sa force sociale d’imposition dont il faut suivre précisément l’émergence. Cela seul devrait contribuer à donner un statut à ces sciences tout en refusant de leur donner TOUT le pouvoir d’explication, comme le font souvent ceux qui pratiquent ces sciences des structures sociales ou encore les sciences des préférences individuelles (l’économie néo-classique pour ne pas la nommer). Ce que gagnent cependant les autres points de vue, c’est une capacité de comparaison, certes dans des univers réduits, mais qui permettent d’étendre leur monde de référence. Or, l’ANT, par son exigence de suivi des médiations, ne peut prétendre à la comparaison, à l’étalonnage, voire même à la discussion de la validité de ses observations en termes précis. Il me semble que si l’ANT assumait sa position émergentiste, elle devrait refuser de se substituer aux autres explications totales, et devrait insister sur ce qui leur manque, à savoir une distribution d’agency à des entités non humaines, signes et objets notamment, qui circulent et sont en cours de constitution, « en train de se faire ». La « sociologie des associations » (autre définition de l’ANT) devrait être selon B. Latour une « reprise » de la « sociologie du social » (p. 375). On peut entendre « reprise » de deux façons : l’une comme l’attention constante aux émergences, aux nouveaux candidats à l’existence, comme un repeuplement de ce que les agrégations des autres sociologies réduisent dans des causes (structure ou marché), une reprise comme un terme de couture en quelque sorte, pour retisser de façon plus fine ou plus proche de ce qui émerge, l’autre comme disqualification de ces autres sociologies, une forme de reprise à zéro, pour dénier toute existence aux structures ou aux préférences individuelles dans les comptes-rendus possibles du social et pour prétendre que seules les associations sont le point de vue légitime sur le social, point de vue, qui peut prétendre être indépendant de l’état de ses dispositifs d’enquête et produire le méta-langage qui permet de remettre à leur place les autres points de vue. La toute-puissance d’un Bourdieu énonçant que « la jeunesse n’est qu’un mot » et réutilisant la formule « ne sont que » pour imposer un point de vue structural, déterministe, à propos de tout phénomène, était insupportable, mais on ne peut en aucun cas, faire de même pour la critiquer en prétendant que le social « n’est que » une affaire d’associations émergentes. Une posture pluraliste n’est pas une posture de conciliation, ni même de diplomatie, mais seulement un rappel salutaire que ANT comme habitus ou comme théorie des jeux ne sont que DES points de vue, qui restituent une part d’agency à certaines entités, mais jamais à toutes ensemble, et qu’il est bon de se rappeler qu’on ne sort pas si facilement des rails de la reproduction sociale, de même qu’il est nécessaire de ne pas oublier que les mots, les choses, les vivants, les climats, etc. nous affectent, bien au-delà des effets de structure, lors de situations et de moments inédits, ce qui reste cependant un point de vue qui n’ôte rien à nos capacités individuelles de décision, de préférence, dans certaines circonstances, et seulement celles-ci, parfois artificiellement reconstruites comme marchés.

Parmi les médiations qui nous font agir, les citations, comme je le disais, n’ont pas été suffisamment exploitées par la scientométrie, car elle aurait dû entrer dans des méthodes linguistiques spécifiques, au-delà de Leximappe par exemple,  mais aussi les objets et leurs propriétés. Là résidait aussi l’une de mes critiques implicites de l’approche des innovations par la traduction opposée à la diffusion de Everett Rogers dans mon article de 1989. Certes, les critiques faites à Rogers étaient pertinentes, mais E. Rogers était pourtant le plus précis concernant les traits, les propriétés (les features) des innovations qui permettaient de les faire circuler. Il attribuait de fait une agency plus forte aux spécificités des objets ou des méthodes diffusées que ne le faisait la théorie de la traduction qui racontait des histoires certes plus fines mais toujours uniques et incomparables, où tout était assemblé malgré l’attention aux médiations spécifiques que peuvent être certains traits des technologies. Précisons que j’ai toujours rejeté ce terme d’assemblage très en vogue dans les pays anglo-saxons car il permet habilement de masquer l’absence de point de vue, et de prendre apparemment « tout » en compte alors que l’on sait bien que toute observation et toute ana-lyse supposent des choix et donc un point de vue pour restituer l’histoire de cet assemblage.

Dans cette opération de disqualification de toutes les autres approches focalisées sur d’autres agencies (apparemment seulement nous le verrons), l’ANT perdit l’occasion de dialoguer avec des courants comme l’analyse sociale de réseaux notamment. Le médialab en a pâti de mon point de vue, malgré l’arrivée de V. Lepinay et malgré mes efforts pour tisser des liens avec des chercheurs comme E. Lazega. Le malentendu sur la notion de réseau était complet, il faut bien l’admettre, mais il était redoublé par le rejet de toute approche structurale des réseaux et même de l’approche néostructurale de Lazega qui combinait habilement structures et préférences, autrement dit structure du réseau et rôle spécifique de certains nœuds. Or, nous le verrons, l’approche numérique des réseaux allait encore aggraver ce malentendu alors même que les méthodes adoptées faisaient pourtant pencher la balance vers une approche structurale des topologies du web, bien loin de toute approche émergentiste. On peut comprendre la nécessité de se démarquer d’un débat constant entre Bourdieu et Boudon (pour simplifier), qui faisait le quotidien des sociologues dans les  années 70 et 80. Cette volonté d’hégémonie de chacun des points de vue rendait la discussion particulièrement stérile mais la vision de « Reassembling the social/ refaire de la sociologie » consistait en fait à les mettre dos à dos pour mieux prétendre rendre compte de tout processus en train de se faire, quand les autres points de vue ne traitent que du social déjà fait. Ce constructivisme radical et hégémonique parait en fait contradictoire avec les prémisses des STS qu’a tant contribué à élaborer l’ANT. Critiquer la prétention au « tout » des autres points de vue ne peut déboucher sur la prétention au « tout construit ». Pour le dire plus simplement, ni structure ni main invisible ni monde plat mais seulement des points de vue analytiques sur le monde et équipés d’outils et de méthodes spécifiques. Pour ma part, j’ai tenté de paralléliser ces points de vue, en héritages, arbitrages et voisinages (Boullier, 2010) sans jamais prétendre fournir un compte rendu total de quelque phénomène que ce soit. Ce pluralisme méthodologique parait le seul compatible avec une vision historique et réflexive du travail des sciences sociales.

 

Le numérique au médialab et l’ANT : un alignement incohérent

Le statut de l’ANT dans l’histoire des sciences sociales n’était donc clairement pas situé dans le cadre d’une nouvelle époque de quantification, tant les méthodes adoptées étaient avant tout ethnographiques, qualitatives et basées sur une casuistique. Le couplage avec le numérique a été tenté à plusieurs reprises, via la scientométrie avec le logiciel Candide notamment, tentative très intéressante d’équiper l’analyse du matériel linguistique des textes scientifiques. Son extension en Réseau LU était aussi prometteuse mais très complexe à manipuler, ce qui m’avait conduit, après plusieurs essais, à déconseiller à mes doctorants de l’utiliser pour leurs travaux. Cependant, la combinaison des analyses des positions sociales (les auteurs) et des positions sémantiques (les concepts ou les termes) reste toujours un enjeu de recherche actuellement, comme le montre la plate-forme Cortext. Dans tous les cas, il s’agissait de positions, notons-le bien et non de dynamique ou d’émergence, ce qui constituait déjà une torsion indéniable de l’approche en termes d’acteur-réseau, car on ne suivait pas les acteurs, on les surplombait. Or, cette tendance fut encore accentuée lors du lancement du médialab par le choix de certaines méthodes numériques à travers le recrutement d’ingénieurs de l’UTC (et de moi-même issu de l’UTC également) tous formés auprès de Franck Ghitalla. Cette filiation n’est pas anecdotique car elle indique un choix dans l’offre de méthodes numériques dicté par ce qui était disponible et reconnu et non par les exigences de l’ANT. F. Ghitalla, pionnier des études du web en France, traduisit de façon opérationnelle ce que Kleinberg avait affirmé en 1998, en partant de la scientométrie et en transposant la topologie des réseaux scientifiques à la topologie du web. Les travaux de Kleinberg inspirèrent Brin et Page pour leur Page Rank avec le succès que l’on sait. Les scores calculés reposent fondamentalement sur cette idée d’attachement préférentiel qui relève d’une certaine façon de sciences sociales de seconde génération, celles qui consistent à mettre en valeur les préférences et les choix. Les administrateurs de sites web déclarent des préférences en s’attachant à d’autres sites par des liens hypertextes et D. Cardon a montré dans sa généalogie de Page Rank que cela produisait une forme de vote, revendiqué comme tel par Google, et supposé dire quelque chose du mérite d’une page donnée. L’approche de Ghitalla était quelque peu différente puisque, structuraliste de formation, dans  la même école linguistique que moi (la théorie de la médiation de J. Gagnepain), ses orientations de recherche le poussaient à utiliser la topologie pour détecter des structures relationnelles entre sites, structure latente qui lui permettait de montrer les regroupements affinitaires en visualisant des clusters calculés. Les techniques de visualisation étaient cruciales pour lui, spécialiste de l’image et formé à l’approche de Bertin, car elles étaient la seule façon d’accéder à la structure latente, en agrégeant les préférences de chaque site grâce aux calculs de centralité, permis par les mathématiques des graphes et rendus opérationnels par les techniques des eigen-vectors. A partir de ces liens hypertextes, rien n’était dit sur la dynamique (sauf à reconstituer des évolutions entre photographies des images des graphes) mais rien n’était dit non plus sur les préférences en tant que telles, ce que Google exploitait pour en produire un ranking (et non des clusters). La question que posait G. Fouetillou dans sa thèse dès le début des années 2000 sur le statut des liens hypertextes était en fait pertinente en termes de points de vue de sciences sociales : insister sur les nœuds ( et les classer comme Google) ou insister sur la structure ( et en produire des images de graphe comme Ghitalla) à partir du même matériau et de calculs identiques. C’est l’approche de Ghitalla qui fut adoptée au médialab en tenant compte notamment de la notoriété du logiciel de visualisation de graphes Gephi développée notamment par M. Jacomy, ancien élève de Ghitalla et recruté au médialab assez rapidement. Ce choix fut donc opportuniste et cependant tout-à-fait justifié étant donné le marché des techniques à disposition. Cependant, en 2009, les plates-formes Facebook et Twitter étaient déjà créées avec toute une batterie de nouvelles métriques mais la question de la dynamique des réseaux sociaux se trouvait ainsi absente du programme de travail du médialab, puisqu’il se focalisait de fait sur les liens hypertextes et sur les sites web.

Le médialab s’est donc trouvé paradoxalement en charge de développer des méthodes d’exploration du web massivement centrées sur les structures, à travers des images d’agrégats issus des liens, alors que l’ANT avait toujours préconisé de suivre de façon dynamique l’émergence des acteurs-réseaux. Comme toute la partie linguistique issue de réseau-LU et utilisée de façon expérimentale pour des projets sur les controverses ne débouchait pas, le médialab s’est ainsi focalisé sur des techniques contradictoires de fait avec l’ANT. On aurait pu penser que cela permettrait un rapprochement avec l’analyse sociale de réseaux, puisqu’au fond les méthodes et les concepts (comme les trous structuraux de Burt par exemple) étaient les mêmes. Mais d’une part, le web ne pouvait jamais être considéré comme un réseau complet, ce qui est difficile à prendre en compte pour l’analyse structurale des réseaux et d’autre part, la prétention de l’ANT à ne jamais évoquer l’idée même de structure, voire de patterns, rendait tout dialogue impossible.

Le piège des éléments de langage : copie carbone, qualiquanti et zoom

De fait, les travaux réalisés dans la veine de ces topologies permettent de rendre compte de positions d’entités immédiatement qualifiées d’acteurs, par un raccourci audacieux. En effet, le thème du web comme copie carbone fit partie des premiers « éléments de langage »  forgés notamment par T. Venturini, qui provoquèrent beaucoup de confusion, seulement levées par le recours occasionnel aux méthodes numériques vigilantes de Rogers et Marres. L’approche par position dans un réseau obtenue par les calculs de topologie du web permettait de produire des images de graphes ébouriffantes mais souvent confuses (que nous nous plaisions à ridiculiser en termes de « patates » ou de « plat de spaghettis »). Les interprétations étaient pourtant rapides voire im-médiates en termes de proximités sociales ou de hiérarchies entre clusters ou entre nœuds, traduits aussitôt en acteurs sociaux, en groupes, ou en communautés. La « copie carbone » produisait ainsi un positivisme numérique très étonnant pour des chercheurs formés aux STS et tous les conseils de prudence méthodologique, dont le cadrage par les « issues » de N. Marres, n’y firent rien. Il faut d’ailleurs noter que F. Ghitalla en a tiré, lui, les conclusions les plus cohérentes, puisqu’il a abandonné l’étude du web pour travailler sur des corpus documentaires complets ou quasi complets (comme les brevets par exemple) et s’assurer ainsi que ce qu’il énonce peut être relié directement à des acteurs sociaux observables avec les méthodes traditionnelles, sans la médiation des plates-formes, faites de robots, de comptes factices, de multicomptes, etc. Il se rapproche ainsi avec les mêmes techniques de topologie des réseaux, de l’analyse structurale de réseaux. Or, le médialab n’a jamais fait cet aggiornamento qui aurait été douloureux car contradictoire avec la théorie de référence, l’ANT.

Bruno Latour et d’autres voyaient bien le problème et notamment lorsque furent tentées des combinaisons avec une visualisation temporelle des réseaux. Les techniques actuelles de réseaux multicouches et les calculs par apprentissage devraient permettre de faire avancer cette question à condition toutefois de disposer des compétences spécifiques et de faire le choix de rendre cette question prioritaire, pour mieux prolonger numériquement les intuitions puissantes de l’ANT, comme un point de vue parmi d’autres. Les travaux des étudiants formés à l’analyse de controverses constituaient en fait la meilleure expression de cette exigence dynamique. Dans le cadre du programme Forccast, plusieurs innovations méthodologiques et techniques dans la restitution des controverses furent développées. Mais de façon significative, ce sont avant tout les timelines qui constituaient le support le plus parlant pour restituer une controverse. J’ai toujours pensé que cette forme de visualisation était la plus puissante pour restituer les dynamiques au détriment d’autres éléments de connectivité, inévitablement. Rappelons que Tarde pronostiquait l’époque des journaux constitués avant tout par des courbes : il serait ravi d’observer les chaines d’information continue financières (Bloomberg) ou les dashboards des managers ou encore la prolifération des sondages pendant les élections ou celle des graphiques de données dans les suppléments économiques. Ces formes graphiques, ces technologies cognitives, sont de fait mises en œuvre dans les agences de social listening bien plus souvent que les images de graphes sur les dashboards qu’elles proposent aux marques. Il n’est donc pas étonnant que Kleinberg, celui qui a fondé, pourrait-on dire, l’étude de la topologie du web, se soit directement intéressé aux « bursts and cascades » dès 2002 puis ait développé en 2009 avec Leskovec un meme tracker à base de courbes et de propagation, comme le font une grande part des études de Twitter désormais (Boullier, 2017 à paraitre). Je tente de développer moi-même un meme tracker à l’EPFL et les questions posées sont plus complexes qu’une simple timeline on s’en doute ! Mais cela permet de rendre compte de ces processus d’émergence qu’on appelle parfois le buzz qui constituent une face du social et seulement une de ses faces, même s’il s’agit de mon point de vue de celle qu’aurait privilégiée Tarde et que l’ANT avait pensée avant le numérique en réseau. La question temporelle a donc été techniquement évacuée des travaux du médialab, ce qui a renforcé le hiatus avec l’ANT, malgré les travaux que j’ai pu conduire sur les événements notamment. Pourtant, des travaux comme la remarquable « fabrique de la loi », mentionné dans l’article bilan déjà cité, sont de fait des dispositifs de traçabilité dans le temps, permettant de suivre les modifications des amendements et des textes. Cela fait totalement sens par rapport à l’ANT, voire même pour la scientométrie mais cette dimension n’est jamais présentée comme un point de vue radicalement non structural : en effet, on insiste plutôt sur des études de corrélation avec les propriétés des auteurs des amendements par exemple. Or, il est possible de mettre en avant ce dispositif selon un point de vue émergentiste, qui donne une véritable agency aux textes de loi. Mais pour cela, il faudrait encore que des chercheurs spécialistes du domaine s’emparent sérieusement de l’outil pour produire des analyses et non seulement des données. La réduction éventuelle du médialab à un producteur de plates-formes ressources serait très décevante quand on sait la puissance théorique de son fondateur.

Les étudiants de controverses ont aussi une autre consigne, en dehors de la timeline, celle de mener des enquêtes de terrain à caractère ethnographique. Leur vertu pédagogique est indéniable mais posait là aussi des problèmes de restitution. Des efforts ont été faits pour développer des formats visuels et narratifs pertinents et il est certain que cela constitue une approche très cohérente avec la tradition de l’ANT. Certains travaux du médialab sur le climat ont aussi tenté de mobiliser cette méthode, de façon beaucoup moins systématique. Pourtant, le discours inaugural du médialab était entièrement fondé sur ce principe du « qualiquantitatif ». Il faut là encore noter les limites de cet élément de langage. Du point de vue quantitatif, nous avons vu que l’approche privilégiée était celle des scores de centralité issues des crawls sur le web. Or, le travail était vite réduit aux calculs classiques car le médialab ne disposait pas de statisticien ni de personnes formées aux mathématiques de haut niveau que peuvent exiger les théories des graphes. Les tentatives assez basiques que j’ai pu faire dans ce sens, pour une enquête internationale sur habitèle et pour une enquête sur le livre numérique, avec Maxime Crépel, nous ont obligé à faire appel à des compétences externes avec un effet de découplage complet avec les méthodes numériques habituelles. Un programme de travail sur un « médialab influence ranking » que j’avais annoncé avec Audrey Lohard dans notre ouvrage « opinion mining et sentiment analysis » n’a pu voir le jour pour les mêmes raisons. Il supposait en effet d’exploiter de façon complexe les indicateurs obtenus dans les topologies pour produire un approximeur des types d’influence. Il s’agissait donc bien d’admettre un autre point de vue, celui des influenceurs, donc du rôle des nœuds individuels dans les réseaux thématiques. Ce n’était pas une position très tardienne mais plutôt classique de deuxième génération, les préférences des leaders d’opinion dans la lignée de Katz et Lazarsfeld par exemple. Mais l’équipement conceptuel et méthodologique du médialab ne permettaient pas de le mettre en œuvre. Cela n’a rien d’étonnant car un laboratoire ne peut disposer de toutes les compétences ni adopter toutes les orientations à la fois. Cependant, le décalage entre les annonces sur le quantitatif et la réalité des travaux focalisés sur les calculs de centralité doit être noté pour montrer le nécessaire effort de mise en cohérence qui reste à faire.

Les approches qualitatives de leur côté n’ont pas vu d’innovation particulière, alors qu’il reste toujours nécessaire de coupler du matériel linguistique avec des indicateurs ou des traces de plus bas niveau. Nous avons tenté cela avec Maxime Crépel lors de notre enquête internationale habitèle, mais l’affaire est très complexe, d’autant plus lorsqu’on recueille des expressions en mahrati, en coréen, en arabe ou en portugais dans la même enquête. Notre base de données (disponible !) intègre tous ces verbatims retraités et traduits, mais nous avons en fait réalisé le travail d’analyse à la main et donc de façon nettement moins systématique que souhaité. Cette approche constitue un mode de traitement qualiquantitatif encore bien difficile à mettre en œuvre (au-delà de l’analyse lexicale classique ou de certaines méthodes très réductrices de NLP). Une autre tentative a été effectuée avec un équipement d’excellence qui devait archiver des comptes-rendus d’enquêtes par entretien pour les mettre à disposition d’autres chercheurs. Un article des auteurs du dispositif rend compte de cette tentative qui s’est avérée peu fructueuse, à la fois pour des raisons de management d’équipe et pour des malentendus profonds sur ce que le numérique doit permettre dans l’archivage et l’étude de ces corpus. Comme on le voit le bilan du qualiquantitatif fait apparaitre les difficultés d’une telle orientation, au-delà des nécessaires compétences linguistiques qu’il faudrait ajouter, malgré ce qu’en disent les entrepreneurs du NLP (« nos systèmes d’analyse du langage progressent à chaque que l’on vire un linguiste »). Le langage reste toujours le verrou essentiel de tout traitement informatique mais les progrès récents de Google dans la traduction avec l’aide de leur puissance de calcul pour leur deep learning peuvent changer la donne plus rapidement qu’on ne le pense.

Jusqu’ici la solution trouvée face à l’impasse du traitement du langage reposait sur l’immédiateté des techniques de visualisation. Rêve de court-circuit du langage (au point d’espérer éviter les légendes sur une carte !) qui a aussi séduit le médialab et même Bruno Latour, si brillant rhétoricien, écrivain, conteur et amoureux du langage. La place du design a constitué ainsi un trait majeur du médialab de cette première époque et certaines réalisations, notamment dans le cadre de l’enquête sur les modes d’existence ou sur le climat, ont illustré brillamment l’intérêt de la qualité visuelle, graphique, typographique, iconographique. Cependant, comme nous l’avons indiqué pour les timelines, ce sont les visées scientifiques qui doivent inspirer la créativité des designers et non la virtuosité propre de ces disciplines où les effets de mode sont assez marqués en proportion inverse des impératifs de justification des choix. C’est ici que l’absence de tests, d’approches formalisées en sciences cognitives se fait sentir car aucun débat entre experts ou entre novices ne peut aider à trancher sur la pertinence de certains choix. Le souci du test, au niveau des algorithmes, des interfaces comme des visualisations d’information devrait faire partie de tout laboratoire qui se respecte. Car cette mise à l’épreuve est la seule qui permette d’apprendre et non d’adopter ou de rejeter des solutions sur des a priori non explicités. La nécessité de produire une langue spécifique aux visualisations dynamiques, sans doute empruntée au cinéma comme le proposaient Lecollinet ou Manovich, pour prolonger la sémiologie graphique de Bertin, devient cruciale si l’on veut redonner prise aux utilisateurs sur leur environnement numérique. Ce programme relève cependant du vœu pieux en faveur de la théorie, alors que des plates-formes comme Google se contentent d’adopter une politique de tests systématiques que l’on dit A/B testing, qui ne s’embarrasse pas de théorie et compense par une puissance d’apprentissage sur des millions d’utilisateurs pour une seule variation de feature. Les sémiologues mais aussi les designers ont du souci à se faire lorsque la créativité est passée à cette moulinette.

Mais les enjeux théoriques pour les sciences sociales ne sont pas moindres. Car le travail sur les émergences, sur les propagations, sur les entités circulantes, sur les réplications que je préconise comme prolongement cohérent de l’ANT, nécessite d’inventer les méthodes d’exploration de monde en émergence. La supposée immédiateté des visualisations doit être vigoureusement combattue et équipée dans les publications par la présentation des autres choix possibles. Ainsi, dans notre article sur le zoom (Boullier, Crépel et Jacomy, 2015), nous avons délibérément critiqué un article précédent que nous avions écrit, dans lequel les clusters que nous présentions étaient en fait du « réseau-déjà-fait » alors qu’il a été entièrement construit par une multitude de choix parfois très discutables. Nous avons ainsi montré comment le zoom est une pure illusion puisque tout calcul à nouveau du graphe nécessite de modifier les paramètres des algorithmes de spatialisation et de clusterisation pour produire in fine des résultats totalement différents. Et l’étude d’un segment du graphe nécessite parfois de changer d’algorithme ou de feature pris en compte.

Et cela d’autant plus qu’une mutation considérable intervient avec le machine learning (mais elle était déjà présente lorsqu’une exploration sérieuse était effectuée). L’apprentissage ne consiste pas seulement à tester des algorithmes sur des sets d’apprentissage pour les transposer ensuite sur des sets de données « réels ». Il consiste aussi à tester les algorithmes eux-mêmes pour en vérifier la performance selon divers critères (dont le biais et la variance). Ce qui veut dire que la dynamique des processus que l’on étudie se redouble de la dynamique des outils de calcul que l’on mobilise pour en rendre compte. C’est ce que fait en permanence une entreprise comme Criteo qui fixe à la volée les prix des placements publicitaires sur le web avec un degré de granularité élevé. L’équivalent en matière de recherche en sciences sociales n’existe pas encore, car les phénomènes et les problèmes traités sont a priori sélectionnés comme relevant de la longue durée (structure) ou du cycle (opinion) mais non de la haute fréquence. Voilà encore une direction qu’il conviendra d’explorer si l’on veut traiter les processus de réplications, qui sont seulement une des dimensions du social, mais qui supposeront des compétences d’un autre type et une posture culturelle radicalement nouvelle de scientificité (approximation, induction, révision par apprentissage et non par falsification). Car la question clé n’est pas tant celle du Big Data que celle de l’apprentissage. Nous retrouvons ainsi une cohérence entre objet d’étude et méthode, centrés tous les deux sur la traçabilité dynamique. Or, cette dimension n’a pas encore pu être traitée sérieusement au sein du médialab. La focalisation sur le zoom, sur le changement d’échelle, sur la granularité des explorations, sur la révision du tout et des parties a largement été privilégiée (agrégation vs situation, micro vs macro que l’on dépasse mais que l’on reconnait, ce faisant). Nous montrerons bientôt dans un autre papier, en reprenant pas à pas notre article sur « the whole is smaller than its parts », que nous avions fait fausse route en privilégiant cette métaphore spatiale des « tout ». De même que nous avons montré que l’argument technique du zoom ne tient pas si l’on suit toutes les activités de changement de points de vue que cela suppose en fait, de même il faut considérer que l’argument des échelles d’exploration comme clé pour le numérique ne tient pas non plus. Car l’ANT, comme Tarde, ne s’intéresse pas au « tout » pas plus qu’aux « parties » ni à la navigation entre les deux : ce serait seulement passer d’un point de vue de positions agrégées  à celui de positions individualisées, ce qui peut faire un pont entre les approches par les structures et par les préférences individuelles, mais qui conduirait l’ANT à perdre l’émergence si elle ne suit que ces positions déjà définies. Tout ce qui nous fait agir et qui nous dépasse, voilà l’objet radicalement neuf de l’ANT que le numérique permet de tracer désormais. Ni les structures des réseaux, ni les nœuds mais ce qui circule. Et ce qui circule ne se résume pas à une décomposition des individus ou des institutions en particules plus élémentaires mais en restitution d’agency à ces particules qui sont spécifiquement des médiations, et non des intermédiaires, et que l’on ne saisit donc que comme trajectoire, comme onde et non comme positions. Dès lors, ce qui est un trait commun à deux profils, par exemple un diplôme, n’est plus un trait commun à des individus (car les profils ne sont pas des individus et les individus sont précisément des dividus, divisés en features). Ce diplôme est ce qui circule, fait agir, agrège, crée des parcours, des voisinages, des émergences. C’est sa circulation comme trait manifeste selon les « issues » (ou les situations) et non en tant que qualité permanente statutaire qui devient l’objet de l’analyse. Le même item (le diplôme) est ainsi traité différemment et peut relever d’un point de vue de positions (et de structures) ou d’un point de vue de réplications ( et d’émergence) circulant et attachant des êtres entre eux. Je considère alors que ce dernier point de vue est nettement plus proche des prémisses de l’ANT que l’autre et de celles de Tarde. Mais pour cela, les méthodes numériques doivent permettre de repérer la mention du diplôme comme un mème, ce qui contrevient au positivisme du diplôme tel que la sociologie des positions et des structures l’envisage habituellement. Mais cela n’invalide pas par ailleurs le traitement du diplôme comme variable explicative, par effet de structure, de certains comportements ou processus sociaux. C’est seulement un autre point de vue sur le social, parmi les trois possibles. Se débarrasser en profondeur de l’idée de zoom pour penser « point de vue » constitue donc une autre révision nécessaire pour mettre le programme de l’ANT supposé inspirer le médialab première époque en cohérence avec les méthodes numériques adoptées.

Conclusion

Le changement des « éléments de langage » mentionnés suppose nécessairement de ne plus vanter la continuité retrouvée par les méthodes digitales, ce qui est une autre façon de prétendre retrouver le « tout » mieux que les autres points de vue. Il faut au contraire assumer le formatage analytique de nos points de vue par nos outils et par nos concepts et veiller avant tout à ce que les uns soient en cohérence avec les autres, veiller à l’alignement de médiations que A. Hennion a proposé. Dans ce contexte, il est tout-à-fait envisageable d’avoir des méthodes numériques pour mettre en évidence les effets de structure ou le rôle des influenceurs mais aussi la puissance d’action des réplications, de ces entités qui circulent et qui nous dépassent. Cela fait trois approches bien distinctes, toutes aussi légitimes mais techniquement différentes, et impossibles à combiner sauf à garder la nostalgie d’une carte qui serait le monde comme le racontait Borges. Faire son deuil des promesses abusives du numérique qui ne reprennent dans le fond que de vieilles promesses idéalistes, ce n’est pas abandonner la puissance de la vision des pionniers de l’ANT qui, avant toute réelle disponibilité des méthodes digitales, avaient su redistribuer l’agency de façon inédite et profondément non-moderne. C’est en cela que les choix de méthodes numériques que nous faisons sont aussi politiques, voire critiques, tout en restant pluralistes et historiquement réflexifs, car c’est la condition de possibilité du débat scientifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *