Des générations aux longueurs d’onde puis aux postures conceptuelles des sciences sociales

Des générations aux longueurs d’onde puis aux postures conceptuelles des sciences sociales

Lire l’article en pdf

Le modèle des trois générations de sciences sociales est un point de départ et il a été formulé avant tout dans la lignée des travaux de Alain Desrosières sur la quantification qui constitue les sociétés elles-mêmes. Les différences entre générations ont pu apparaitre comme inscrite dans une généalogie alors que ce n’est pas du tout l’approche adoptée, quand bien même un positionnement dans une succession historique a été repéré et qu’un héritage est bien repris et transformé. Mais la coexistence des générations a été à juste titre soulignée dans les débats et de la même façon l’absence de hiérarchie entre les générations. En requalifiant les générations de sciences sociales en termes de fréquence (haute, moyenne, basse), il est possible d’opérer déjà un pas de côté vers une version plus cohérente, avec le risque de laisser penser que la physique sociale pourrait très bien répondre à toutes ces questions, en mobilisant la mécanique des fluides ou les théories corpusculaires. Cependant, c’est une autre approche que nous voudrions développer ici, pour montrer en fait à quel point les différents types de sciences sociales que nous avons mis en évidence recoupent des oppositions classiques entre paradigmes dans les sciences sociales. Ce travail avait commencé lors de l’écriture de l’article collectif sur le tout et ses parties avec Bruno Latour et Pablo Jensen en 2010, travail publié en 2012 dans le British Journal of Sociology, et les idées nées à cette occasion ont pris le temps nécessaire pour mûrir et revenir en force.

Le tableau généalogique des trois générations de sciences sociales (société, opinion et vibrations) peut en effet avoir sa version structurale ou mieux encore cosmopolitique dès lors qu’on rend compte des postures qui président à chacune des approches. On peut alors remarquer que ces postures conceptuelles s’opposent dans toutes les sciences sociales et en philosophie depuis longtemps. La tendance à vouloir épuiser les comptes rendus du monde avec certaines des approches est fréquente et génère des guerres de tranchées et des incompréhensions mais rien ne justifie la disqualification de certaines des postures a priori dès lors qu’on peut tester leur fécondité sur le terrain.

Il existe ainsi de façon constante trois postures qui se transforment aisément en paradigmes :

La structure Le marché L’émergence

Le tableau des trois générations peut ainsi être prolongé par des lignes inscrivant chacune des générations dans une posture/ paradigme :

La structure Le marché L’émergence
Société Opinion Vibrations

 

Les oppositions historiques en sociologie entre structure et marché se sont rejouées sans cesse dans le combat entre sociologies d’inspiration marxistes (dont Bourdieu et toutes les sociologies déterministes) et sociologies individualistes (dont Boudon et l’individualisme méthodologique mais aussi toutes celles qui ont emprunté à la théorie des jeux). Plus rarement , des approches émergentistes ont fait leur apparition car les influences de Leibniz ou Deleuze d’un côté et celles de James et du pragmatisme de l’autre ont été longuement vigoureusement combattues (par Durkheim lui-même). Le numérique donne une chance d’exister tout à fait inédite à ces approches par la traçabilité des émergences qu’il permet, quand bien même la théorie de l’acteur-réseau avait déjà posé les bases d’une méthode proprement sociologique émergentiste, puisque l’innovation scientifique et technique était d’ailleurs dans son ADN si je peux me permettre.

J’avais anticipé ces développements dans la conclusion de mon livre « la ville événement », conclusion assez décalée du reste du texte même s’il avait été question de mouvements de foule et de mouvements d’opinion. Je proposais (et je maintiens la proposition) de penser les situations de changement social en tenant compte de trois dimensions qui sont autant d’influences ou de rayons imitatifs qui nous traversent et qui constituent le social ( et Tarde était évidemment l’inspirateur de tout cela, jusque dans sa théorie des croyances et des désirs comme substances imitatives). Je propose donc de distinguer :

Les héritages Les arbitrages Les voisinages

 

Il apparait alors aisément que la théorie de la société de type durkheimienne repose sur une posture de structure (la société comme structure s’impose aux individus) et que le poids des héritages y est prépondérant. Bourdieu systématisera cela en parlant de capital et « les héritiers » n’est pas pour rien le titre de l’ouvrage qui l’a rendu fameux. Ce sont des théories de la reproduction qui s’observe par la continuité de longues séries de données et qui relève d’ondes longues à basse fréquence.

De même la question du voisinage est en connexion directe avec l’approche émergentiste. Observer des mouvements de foule, c’est mesurer la force de contagion de la proximité physique, observer le buzz, à haute fréquence, c’est mesurer la force de contagion de la proximité numérique et de la synchronisation qui (avec les notifications) en produit sur le plan temporel l’équivalent de la proximité spatiale. Il s’agit toujours de plusieurs voisinages, et non des effets observables dans la longue durée des quartiers qui conduit à des modélisations comme celles de Schelling, classique reposant sur la simplification des entités modélisées.

Car ces deux influences, héritages et voisinages, sont déjà conflictuelles, elles génèrent de l’hésitation, disait Tarde, et dans ce conflit se loge toute la dynamique sociale, qui permet d’observer du changement et non une pure reproduction mais du changement qui s’installe dans la durée, et finit par faire structure et non une agitation permanente, quand bien même la frénésie de Tweet pourrait le laisser penser.

La question archi rebattue de « changement et continuité » reviendrait donc en force ici mais elle n’a vraiment guère d’intérêt si ce n’est pour souligner qu’elle provient, d’un point de vue pragmatiste, de véritables luttes d’influence, au sein de tous les agents et de toutes les situations, et dont on ne peut comprendre le résultat que dans l’après coup. Car c’est l’hésitation qui doit être aussi formalisée. C’est pourquoi je propose de prendre en compte au même niveau, les enjeux de l’arbitrage, qui s’appuie parfois sur un modèle de l’agent calculateur, idéal de l’économie fétichisée et modélisée avec théorie des jeux à l’appui, mais qui s’appuie aussi sur des dynamiques de désirs, car ce sont les désirs ( et donc les peurs) et l’énergie qui est investie dans cet arbitrage qui sont en jeu comme l’avait dit Tarde. L’arbitrage est un résultat plus qu’une délibération mais il mobilise un quantum de désir qui fait influence en propre. Ce qui permettrait de réunir comme l’avait bien vu Tarde, toutes les sciences humaines et sociales, en réinvestissant la psychologie avec sa sœur l’économie. « Le marché » cherche à saisir ces moments d’arbitrage à travers la mécanique des prix et plus exactement de la monnaie (et non de la valeur). Cet arbitrage tend à devenir autoréférentiel (pour l’individu, pour la société comme pour la théorie), mais les forces des voisinages et des héritages jouent comme forces de rappel constantes.

La structure Le marché L’émergence
Société Opinion Vibrations
Les héritages Les arbitrages Les voisinages

 

Dès lors, les postures théoriques ne sont plus incompatibles ni rivales, si l’on admet qu’elles rendent compte de processus d’influences différents qu’il faut nécessairement combiner, sans pour autant espérer rendre compte d’un tout ou d’une combinaison de déterminations. Elles ne sont plus seulement issues des méthodes de quantification et donc d’objectivation mises en œuvre à des époques différentes comme l’annonçait le programme SHS3G, qui n’est pas pour autant invalidé mais renforcé et déplacé.

Lorsque l’on tente de formaliser ces forces contradictoires, l’apport des mathématiques devient essentiel. Mais, pour éviter d’entrer dans des remarques qui dépassent nos compétences, nous ne proposerons ici que le cadre général et des exemples qui permettraient de combiner des traces de situations observables pour produire un compte rendu moins partisan.

Quatre présentations visuelles différentes peuvent donner des pistes d’exploration différentes mais tournent cependant autour du même principe combinatoire.

1/ Le tableau croisé suivant vaut programme de travail pour explorer des situations à potentiel varié de voisinages, d’arbitrages et d’héritages, à partir d’une métrique simple en + et -, indiquant la force pls ou moins élevé de chaque axe dans le conflit d’influence.

Héritages + + + +
Arbitrages + + + +
Voisinages + + + +
Situations types ? ? ? ? ? ? ? ?

 

2/ Une autre présentation mobilise la boussole cosmopolitique que j’utilise abondamment dans d’autres travaux et qui combine les inspirations de B. Latour et d’I.Stengers en croisant les attachements et les incertitudes. Il apparait assez clairement que la posture de la structure (et donc des héritages) se situe du côté des attachements et des certitudes, ce qui en fait la théorie des traditions par excellence. La posture du marché et donc des arbitrages relève bien d’un détachement (processus moderne par excellence, manifesté par l’individualisme et la liberté des échanges en rupture avec les traditions) mais ancré dans les certitudes, celles des lois du marché et de la force de la main invisible notamment, au cœur du « progrès moderne ». La posture de l’émergence est, quant à elle, une combinatoire de détachement et d’acceptation (voire d’attrait) pour l’incertitude, comme on le voit dans la haute fréquence des changements des préférences et dans la spéculation.

 

boussole postures

 

Ce schéma, produit en Avril 2010 comme indiqué plus haut, possède une vertu heuristique notamment parce qu’il souligne qu’il convient de construire la méthode cosmopolitique en adaptant chaque approche à son domaine propre, c’est-à-dire à la longueur d’ondes du social que l’on traite, comme je le dirai désormais. Car il s’agit bien de politique scientifique, qui devrait assumer le pluralisme. Elle a, de fait, des conséquences lourdes sur le plan politique car les postures sont devenues des idéologies voire même des programmes politiques. On comprend mieux pourquoi les oppositions partisanes actuelles, elles-mêmes déjà modélisées sur cette boussole (Boullier, 2003, téléchargeable), sont dans une impasse lorsque les puissances de l’émergence se sont déployées grâce au numérique et à son association avec la finance, puisque c’est là qu’il a donné toute sa force de transformation en premier.

Une version plus développée de cette boussole combinant les concepts d’héritage, d’arbitrage et de voisinage peut être produite et permet de voir comment l’on peut récupérer les notions anciennes de structure, de marché et d’émergence pour les sortir des ontologies où on les enferme souvent. Il est alors possible de proposer des versions gradualistes de ces postures qui rend possible la mesure et le calcul, comme le voulait Tarde dans la lignée de Leibniz. Si le numérique doit permettre un saut, c’est bien sur ce plan du calcul, notamment parce que des degrés de structure, des degrés de marché ou d’émergence peuvent être calculés et donc discutés et combinés alors qu’une approche par « essence structurelle » (et non structurale) est obligatoirement binaire (présence ou non). Tout le potentiel de classification, de tests, et de validation de ces classes bien connu des informaticiens prend alors tout son sens. Les héritages (et donc les structures) se calculent en degrés d’irréversibilité ce qui permet de comprendre les effondrements rapides si l’on choisit les bons indicateurs. Le marché et l’arbitrage deviennent des degrés de désirabilité et ce n’est ni l’utilité ni le travail qui constitue leur référence externe (Orléan) mais le jeu des attentes réciproques dont la rivalité mimétique de Girard pouvait donner une idée (il lui faut une métrique comme celle de la volatilité d’un titre en bourse). Les émergences relèvent, elles, de degrés de variabilité puisque c’est dans cette diversité que le voisinage vient perturber les effets des héritages.

boussole héritage

3/ Troisième mode de visualisation qui entraine un programme de recherche différent, celui qui cherche à visualiser précisément ces degrés (le premier tableau se contentait de + et de – et de combinaisons mais abordait aussi une forme de quantification, puisque comme le disait Tarde, tout se quantifie, ce que le quantified self met en œuvre activement).

On peut ainsi obtenir un ensemble de courbes qui rendent compte de ces combinaisons, à condition de construire les indicateurs qui permettent de rendre compte de chaque dimension.

courbe 1

Lorsque, comme ci-dessus, tous les indicateurs sont au maximum, on peut imaginer une tension maximale, voire une crise.

courbe 2

Lorsque la désirabilité est trop faible, on pourrait considérer que l’on se trouve dans un modèle paranoïaque de l’ouverture à toutes les influences conflictuelles (la réaction paranoïaque – au sens trivial d’hostilité- n’étant que le symptôme de l’incapacité à filtrer la pression des héritages et des voisinages).

courbe 3

Les faibles influences combinées au faible désir sont sans doute assimilables à des états dépressifs, tant individuels que collectifs, comme l’indique l’usage du terme dépression.

courbe 4

Lorsque le voisinage gagne la bataille des influences, on se trouve exactement dans la situation contemporaine de domination du buzz, de l’alerte, où tout nouveau signe fait changer de préférence, puisque le nouveau occupe tout l’espace selon sa proximité digitale permanente.

courbe 5

La domination sans partage des héritages est typique d’un modèle de la reproduction, qui fait la majeure partie des travaux de sociologie.

courbe 6

Lorsque le désir s’exprime purement comme puissance sans influence réelle des voisinages ni des héritages, on assiste à une forme de toute-puissance à la Nietzsche qui sort de la limite, qui relève de l’hubris de la tragédie grecque, ou de la jouissance lacanienne où l’on joue avec les limites précisément. NB : la forme des courbes ne sont que le résultat de la combinatoire visuelle précédemment construite. Toute ressemblance….

4/ Enfin une quatrième visualisation peut aider à penser ces postures en les rapprochant des courbes les plus classiques en traitement de données quantitatives.

La courbe de diffusion est souvent associée à cette stabilisation (alors qu’elle comporte beaucoup d’autres éléments. Le cumul finit par produire dans le temps un effet de structure.

La courbe des opinions (et des marchés) sera, elle, bien différente puisqu’il s’agit d’une oscillation autour d’un pivot (plus ou moins variable) selon les arbitrages et qui peut donc refluer puis revenir.

Résultat de recherche d'images pour "courbe d'oscillation"

Les courbes de l’émergence et donc des vibrations comportent nécessairement des pics (des streams and cascades selon les termes de l’informatique Leskovec and Kleinberg) sans retour, quand bien même elles peuvent se transformer ensuite en ondes de type opinion voire même en ondes de grande amplitude et contribuer à des effets de structure.

Afficher l'image d'origine

Tous ces éléments permettent de relancer la portée de la différence entre les trois générations et de mesurer le potentiel de recherche qu’elle ouvre si on la reformule en tant que différence de postures conceptuelles a priori et mieux encore si l’on maintient le principe pluraliste pour spécifier la place de chacune. Certes, les visualisations et extensions conceptuelles proposées ici pourront paraitre parfois farfelues, elles ne sont que des pistes de travail, mais c’est au risque du démenti argumenté que l’on doit se soumettre et non à la doxa qui étouffe toute créativité. Ce texte est donc une invitation à la critique active.

Dominique Boullier

23 Décembre 2015


2 réflexions au sujet de « Des générations aux longueurs d’onde puis aux postures conceptuelles des sciences sociales »

  1. Bonsoir,

    Après les étonnantes (est-ce si étonnant) contre-performance des sondages d’opinion concernant les élections de Trump aux US et le 1er tour de Fillon en France, votre nouvelle approche des vibrations et les conséquences en terme de répliques peut-elle nous permettre de développer de nouveaux outils de mesure des choix politiques ? Le big data issu des réseaux sociaux et autre plateforme de contenu web doivent-ils être davantage pris en considération par les journalistes pour étoffer ce que chacun affirme après-coup : « On le sentait sur le terrain mais ça ne se manifestait à ce point dans les sondages » ?

    Do Huynh, UTC alumni 2004

    • Excellente question, et vous vous doutez bien que je prépare ma réponse, mais sans précipitation, le ralentissement, c’est aussi une des conditions pour ne pas être pris dans la haute fréquence tout en pouvant l’analyser à sa juste place comme un rythme social amplifié. ;-)) Donc, je publie quelque chose cette semaine, promis! Mais toute autre proposition de débat et de commentaire est la bienvenue sur le sujet car la mutation de la quantification n’est jamais apparue si évidente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *