Charlie est un phénomène de 3eme génération (aussi) par D. Boullier

La méthode Todd ou le positivisme zombie (= déconnecté)

J’ai toujours lu avec intérêt les travaux d’Emmanuel Todd et j’ai été convaincu qu’il touchait une dimension anthropologique importante en insistant sur le rôle des principes de transmission familiale. Mais je n’avais jamais pensé que l’on pouvait utiliser ces mouvements de longue durée pour tout expliquer et encore moins pour expliquer des manifestations. Il se trouve en effet que j’ai observé de nombreuses manifestations et que l’ordre des deux phénomènes ne pouvait jamais être rapproché si ce n’est au prix d’un écrasement de la singularité d’une manifestation : c’est pourtant ce que fait E. Todd en résumant un moment éphémère de pulsation de la vie collective à un symptôme d’une crise religieuse, en le résumant tellement qu’il consacre un maximum de 40 pages sur 240 (calcul généreux de ma part) à évoquer ces manifestations et surtout un indicateur et un seul, le nombre de manifestants, dont il prétend tirer des lois malgré le caractère « bâclé » des chiffrages (p. 68).

Selon sa méthode, cela devrait me suffire pour montrer qu’il ne s’est pas vraiment intéressé à ces manifestations. Mais cela me semble pourtant plus sérieux et inquiétant. Car E. Todd a fait assaut de scientificité, dans son livre comme dans toutes ses interventions médiatiques, clouant le bec à tous ceux qui cherchent à le faire sortir de son rouleau-compresseur argumentatif. Or, la science que pratique E. Todd devient scientiste dès lors qu’elle sert à faire passer en sous-main des arguments politiques pour des vérités « objectives » sans soumettre sa méthode au minimum de rigueur qu’on est en droit d’attendre, tout en visant à clore le débat avant même de l’avoir lancé. Précisons bien une chose : il se peut fort bien que E. Todd ait raison sur les évolutions de longue durée qu’il décrit, j’étais assez prêt à suivre ses arguments lorsqu’ils étaient formulés avec H. Le Bras dans leur ouvrage. Cependant, s’ils servent à empêcher tout débat sur ce qui s’est passé le 11 Janvier, je ne peux plus l’accepter. Il ne s’agit même pas de critiquer Todd sur le fait qu’il adopte un point de vue et un point de vue critique sur les évolutions socio-culturelles et politiques de notre pays. C’est totalement légitime et depuis Durkheim, militant républicain antisocialiste affiché, aucun chercheur en France au moins ne devrait masquer la position politique qui anime son travail. Mais dès lors qu’E. Todd ne l’assume pas et fait un usage d’autorité indiscutable de son travail, il ne sert ni la science ni sa vision politique, car il retombe dans un scientisme et un positivisme qui deviennent contre-productifs.

Or, ces manifestations méritent mieux que le traitement que leur fait subir E. Todd qui s’aligne avec sa méthode des corrélations avec cartes à indicateur unique sur les pires chroniqueurs qui inondent le marché de leurs diagnostics de salon. Car pour parler des manifestations, il faut y aller, ce qui dans le cas de Todd est gênant puisqu’il ne voulait pas y aller et qu’il veut désormais faire reconnaitre au monde entier la justesse de sa position. Faire un véritable travail de terrain sur les manifestations n’est pas simple (Boullier et alii, 2013) mais possible et toute une tradition de sociologie politique s’y est consacrée (Tartakowski, Fillieule, Favre, Champagne, etc.) . Pas la moindre référence à leurs travaux, car tout commence avec le 11 Janvier, semble-t-il. Or, chaque pays (et pas seulement chaque ville) hérite d’une histoire de ses manifestations. Pourquoi ne peut-on comparer les chiffres du 11 Janvier et ceux des manifestations précédentes comme celles du 28 Janvier 2009, qui avait réalisé les plus grands scores depuis Mai 68 ? Aucune comparaison pour savoir si les enfants d’immigrés sont systématiquement absents ou plus ou moins selon les thèmes ? (et comment le savoir avec des chiffres bâclés ?) Aucune comparaison entre pays, car de façon assez exceptionnelle des manifestations se sont déroulées partout dans le monde. Il est clair que les modèles des traditions religieuses françaises ne fonctionnent pas dans ce cas. Pourquoi alors se replier sur ce « nationalisme méthodologique » (Beck, Sassen) qui prend ici tout son sens ? Le 11 Janvier n’est pas l’affaire uniquement de la France non seulement en raison des enjeux des attentats mais aussi parce que ces attentats sont devenus des phénomènes médiatiques. L’absence d’intérêt de Todd pour la manifestation affaiblit tout son argumentaire mais son absence d’enquête sur la dimension médiatique de cette séquence historique indique clairement qu’il ne comprend pas comment le monde a changé, qu’il fait partie de ces déconnectés, qui pourtant regardent les chaines d’information continue, comme il a dû le faire pendant les manifestations, sans voir que cela change tout à la dynamique des mobilisations, au point d’en faire une « cause » tout aussi crédible que la longue durée de la crise religieuse. Il serait aisé en effet d’argumenter que ce « moment d’hystérie collective » (page 23) est en fait une hystérie orchestrée par les médias. Mais ce serait alors réduire encore un tel processus à un seul facteur et se servir encore de l’observation pour lancer une campagne de dénonciation. Mais s’il fallait parier sur la « cause finale » de ce type de manifestation, à choisir entre le catholicisme qu’on ne voit pas mais qui agit tout puissant et l’effet de sidération des chaines d’information continue du mercredi au vendredi sur des audiences massives qui se transforment en manifestation de masse le dimanche, le choix serait aisé…. mais trop simpliste. Avec le calme que recommande E. Todd et qu’il ne s’applique pas à lui-même, est-il possible de demander qu’une étude de manifestation considère comme essentiel de suivre, de décrire, toutes les conditions médiatiques de la mobilisation et de ne pas se focaliser ni sur la longue durée ni sur l’événement lui-même? Et cela d’ailleurs à toutes les époques et en tenant compte des changements de médiations : la presse pour Dreyfus, la radio pour le Front Populaire, le parti communiste pour le guerre d’Algérie, la radio en direct pour Mai 68, la télévision pour la guerre du Vietnam et pour le mur de Berlin, les chaines d’information continue et les réseaux sociaux pour le 11 Janvier (toutes hypothèses à vérifier évidemment). Sans oublier la spécificité de la presse régionale, qui dans le cas de l’Ouest, terre des catholiques zombies, est à peu près calquée sur la zone de diffusion de Ouest-France, premier quotidien de France, et qui aurait à tout le moins mérité une étude spécifique sur ses consignes et sa couverture de la séquence. Car toute manifestation vit sa vie avant et après la mobilisation des corps dans la rue, sur les réseaux sociaux où les débats furent très actifs sur la nécessité d’aller ou non manifester, et après sur les interprétations à produire.

A vrai dire, E. Todd ne s’y intéresse pas parce que de toutes façons déclare- t-il en préambule, « nous laisserons tranquilles les manifestants qui souvent, ne surent pas vraiment expliquer ce qu’ils faisaient là » (p. 21). Ainsi réduits au statut d’idiots culturels (Garfinkel), agis par des puissances qu’ils ne connaissent pas et que seul le sociologue peut dévoiler, il est en effet inutile d’aller les suivre sur les réseaux sociaux, qui de toutes façons ne sont sociologiquement pas significatifs, puisque monopolisés par cette « oligarchie de masse » ( !!) qui fait tenir la doxa inégalitaire et antiislamique. Pourtant, la diversité des expressions sur ces réseaux aurait aidé à poser des questions plus fines à défaut de se déplacer sur le terrain. Cela aurait permis d’admettre que quasiment personne ne pourrait souscrire à une telle description des motivations de manifester, ainsi que la reconstitue (en chambre) E. Todd : « puissante dimension de rejet de la motivation manifestante », « identification au journal satirique », « mettre au centre des valeurs le droit au blasphème, avec pour point d’application immédiat le devoir de blasphémer », « violence rentrée », « droit de cracher sur la religion des faibles » (page 87). Pas un seul extrait d’entretien, de tweet ou de sondage : tout cela est construit par E. Todd.

On comprend que Nonna Mayer et Vincent Tiberj (Le Monde du 19 Mai) et Luc Rouban (notes du Cevipof du 13 Mai) n’apprécient guère le procédé car des sondages ont été faits depuis le 11 Janvier et toutes les données infirment les « opinions » attribuées aux manifestants. On peut contester les méthodes des sondages et invalider ces déclarations qu’on jugera conforme à la doxa, à ceci près que les opinions sont cependant bien contrastées, qu’une comparaison est aussi possible avec les non-manifestants et que cela vaut mieux en tout cas que des impressions construites dans une tour d’ivoire, équipée d’écrans de télévision cependant. Est-ce que ces sondages suffisent pour autant à rendre compte du phénomène de la manifestation ? Non, car ils saisissent une autre dimension du social faite de cycles plus courts que ceux de Todd, puisque les « mouvements d’opinion » ne sont pas aussi rapides que ces événements brutaux. Cela n’invalide ni les phénomènes de longue durée de Todd ni les méthodes des sondages qui construisent et captent l’opinion. Cela signale qu’il manque aux sciences sociales des dispositifs de suivi des mouvements éphémères que sont les mobilisations collectives, qu’elles soient politiques, festives ou culturelles.

Or, les méthodes sont disponibles pour suivre ces pulsations, ce que nous appellerons ces vibrations qui constituent aussi le social vivant. Les traces numériques sont disponibles en abondance pour suivre ces flux, ces propagations, ces contagions qui sont équivalentes des manifestations et des ola des stades, sans que l’on puisse en tirer plus de leçons sur la société (longue durée) ou l’opinion (moyenne durée). Et cela devient particulièrement pertinent pour le 11 Janvier car l’extension de l’onde de choc ne se limite pas aux manifestations : la propagation du mème « #jesuisCharlie » constitue un cas d’école désormais de cette viralité, certes décriée sur le plan politique pour ses effets mimétiques, mais pourtant bien présente. Les tweets utilisant le hashtag, l’image et le slogan créés par @jachimroncin démarrent dès le 7 Janvier à 12h52 pour atteindre le soir même plus de 6500 Tweets par minute, soit 3,4 M de tweets en 24 heures. Todd pourrait aisément nous rétorquer qu’il s’agit là encore d’une preuve de l’hystérie collective qui s’est emparée des citoyens, puisqu’il fait un usage abondant mais sauvage des catégories de la psychologie clinique, un peu loin de son domaine de spécialité cependant. Or, tout moment collectif donne cette impression qui marque les esprits : une manifestation, un spectacle, un meeting, un mariage, un enterrement, etc. Parlons en précisément : pourquoi n’a-t-on pas insisté sur la gravité des manifestants, sur l’absence de slogans, de banderoles, de drapeaux partisans, etc. ? Ces indices devraient pourtant nous faire penser à ces enterrements, où toute la famille et les proches se réunissent malgré leurs divisions et respectent une trêve qui ne dure que le jour-même pour être remplacée dès le lendemain  par les rivalités anciennes? Le 11 Janvier devient alors un moment de recueillement, une forme de « marche blanche », comme on en voit de plus en plus, qu’on peut qualifier d’hystérique par le seul fait que la foule prend plaisir et émotion à se retrouver ensemble. C’est ce que J Gagnepain appelait la dimension « chorale » du social, ce qui fait écho à la phrase de Tarde parlant de la foule qui jouit de son propre spectacle. Le lien avec la participation médiatique sur les chaines d’info pendant les jours précédents apparait dès lors plus clair, car le choc a été vécu en direct par des millions de spectateurs et la manifestation a permis sans doute de décharger toute la tension accumulée sur le mode cathartique.

Est-ce que l’on pourrait enfin admettre que ces moments d’effervescence collective possèdent leur propre écologie (ou échologie comme le proposait Deleuze), sont éphémères et ne peuvent être réduits ni aux tendances culturelles de long terme, ni aux mouvements d’opinion de chacun des participants, et cela sans que les unes et les autres soient contradictoires ? Il est d’autant plus temps d’admettre ces différentes longueurs d’onde du social que les réseaux numériques ont démultiplié les dispositifs de vibrations dits « en temps réel », rassemblés sous le terme de « buzz ». Les sociologues de la société pourront aisément dénigrer ces catégories comme non scientifiques et écraser cette écume sous la puissance d’explication des courants profonds, ce qui leur permet de gagner à tous les coups et de maintenir les mêmes analyses en toutes circonstances. Nous pensons qu’il faut au contraire reconnaitre leur ordre de réalité et tenter de les décrire. Il existe désormais des méthodes numériques (Rogers) pour suivre les fleuves et les cascades des citations (Leskovec et Kleinberg), des like, des tweet per second, ou des retweets. Certes, tout cela dépend des plates-formes qui produisent ces traces et qui les propagent de la même façon que les études sur la société dépendent des registres (Desrosières) parmi lesquels les recensements, et que les études d’opinion dépendent des conventions établies pour les sondages (Blondiaux). Certes, ces publics sont spécifiques comme le sont les lecteurs de journaux ou les tenants de la conversation de bistrot. Mais ces traces peuvent sous certaines conditions donner accès à certains processus qu’on ne pouvait chiffrer jusqu’ici. Il reste nécessaire de considérer ces plates-formes comme des mondes à part, sans en tirer de conclusions sur les liens avec la société ou l’opinion. Cependant il n’est pas interdit de penser que certains moments d’effervescence, certaines vibrations plus puissantes ou plus ciblées que d’autres finissent par affecter l’opinion, voire certaines tendances de plus longue durée. Ainsi, notre entrée dans un monde de l’alerte, de la notification immédiate et du stress s’est déjà propagée du monde de la finance à celui de la politique en passant par les mondes médiatiques. Les personnes font l’expérience de cet état mental d’alerte grâce à leur téléphone portable connecté en permanence : il est possible que cela change les conditions de possibilité de la vie commune à distance par exemple, comme le firent le train ou la voiture. Mais cela ne pourra se mesurer que dans la longue durée précisément.

Dans l’attente de ces méthodes, on ne peut plus prendre au sérieux les chiffres bâclés qu’utilisent Todd qui réduit ces moments collectifs à un indicateur médiocre. Ses hypothèses sont parfois démenties : ainsi les chiffres parisiens ne sont plus explicables par son catholicisme zombie, admet-il, ce qui est tout-à-fait déroutant mais qui ne peut être compris sans faire référence à la dimension médiatique de Paris que la foule a pris l‘habitude d’intégrer, car c’est à Paris que se juge l’importance d’un mouvement social. De même, Strasbourg ne rentre pas dans le cadre, mais le régime religieux local suffit à tourner la difficulté. Plus grave, toute la démonstration part, de l’aveu même de Todd, de l’opposition qui saute aux yeux entre les scores de Lyon et de Marseille, la capitale catholique et la « capitale métèque » pourrait-on caricaturer. Or, à Marseille,  il y a eu deux manifestations, une de droite et une de gauche et pas le même jour. Cela semble un détail pour Todd qui additionne les deux scores. Ce qui démontre à quel point il veut ignorer ce qui constitue la dynamique collective. Car ce qui fait événement en France le 11 Janvier, c’est que tous les partis et toutes les entités de la société civile appellent à manifester et acceptent de se retrouver dans la rue ensemble, ce qui ne se produit quasiment jamais, si ce n’est pour fêter les vainqueurs de la coupe du monde sur les Champs Elysées en 1998. C’est l’effet choral qui fonctionne à plein, de façon que tous les participants savent être provisoire, car ils ne sont pas des  « idiots culturels » alors que l’affichage de la division à Marseille fait tomber cet effet dans la logique classique de la divergence connue et répétée. La perte d’attractivité sur les manifestants indécis (l’hésitation mise en avant par Tarde) devrait être chiffrée si l’on prenait au sérieux ces processus de vibrations sans les réduire aux propriétés sociales de la société ou de l’opinion. Dans ces moments, il faut en effet produire un « nous » si rare qu’il attire à lui des indifférents pour le simple plaisir d’être enfin ensemble. Cela pose d’ailleurs une autre hypothèse que Todd n’a pas énoncée mais qui lui aurait permis de battre à plate couture les tenants de la longue durée : René Girard aurait pu y voir en effet la manifestation d’un processus de bouc-émissaire plurimillénaire ! Mais là encore, il faudrait reconstituer toutes les médiations qui permettent de passer d’un processus général de longue durée à une forme éphémère : or, le suivi des mass médias et des médias sociaux offre alors des pistes empiriques plus crédibles pour tester ces hypothèses et voir se constituer ou non une vague de manifestations.

L’exigence scientifique que revendique Todd doit se traduire par une chaine argumentative la plus fine possible si l’on prétend relier des phénomènes de longue durée et des moments sociaux singuliers. Or, le seul maillon du nombre des manifestants ne fait pas tenir la chaine à lui tout seul. Il est plus prudent de comprendre cette manifestation à partir des conditions de possibilité à très court terme et les médias et les réseaux numériques aident à produire un chainage plus sûr. Cependant, cela ne permet pas de discuter les hypothèses sur l’antiislamisme, qui relève plutôt de mouvements d’opinion qui ne sont pas non plus de l’ordre de la longue durée, mais que les sondages permettent d’étudier. A chaque longueur d’onde sociale, ses méthodes et ses limites de validité, cela évitera tout scientisme et instituera un principe de précaution salutaire. C’est en cela que les sciences sociales de troisième génération peuvent à la fois aider à rendre compte de phénomènes inédits et préciser pour chaque génération son domaine de validité pour éviter tous les « cause-finaliers » que Tarde exécrait.


2 réflexions au sujet de « Charlie est un phénomène de 3eme génération (aussi) par D. Boullier »

  1. Merci, Bilel, de lancer ce débat qui est la raison même du séminaire. Il y a Todd et il y a ce qui est dit des sciences sociales de 3G et leurs supe visualisations.
    Sur Todd, le problème est précisément qu’il ne combine pas les méthodes mais qu’il ignore même l’existence du phénomène je suis charlie (exit les traces du web), qu’il dénie aux acteurs de tenir un discours sur leur pratique (exit le sondage) et qu’il ne prend en compte, dans sa propre famille de méthodologie, que l’usage de corrélations à partir de cartes, ce qui veut dire tout caler sur des déterminants spatiaux qui posent problème comme l’a dit J Lévy. Quand à vouloir adopter un point de vue qui permette « l’émancipation de « certaines » personnes, celles qui n’ont pas appréciés la tournure politique post 11 janvier », il faudrait déjà en finir avec cette fiction de l’émancipation, qui a donné tout et son contraire, la révolution russe et l’individualisme petit-bourgeois. Dans ce cas, c’est la psychanalyse qui peut aider pour se réconcilier avec ses attachements pour mieux les transformer mais jamais s’en « émanciper » ( je fais plus bourdieusien que nature avec cette expression !). Mais cela questionne en sous-main le projet politique des sciences sociales de troisième génération.
    Donc deux problèmes différents sur lesquels je vais donner des pistes de réponses qui sont très incertaines évidemment alors qu’on commence seulement à effleurer le monde qui vient.
    Sur les méthodes : oui on peut combiner les approches, et des exemples en sont donnés dans le texte. Le problème, c’est qu’on s’empresse de le faire en calquant les réflexes acquis dans les méthodes des générations précédentes (par exemple en tentant de trouver des équivalents de représentativité, ce que j’ai fait au début de mes travaux sur l’opinion mining). Or si on le fait, il faut être extrêmement prudent sur les conditions de production de ces données qui sont entièrement dépendantes des plates-formes, et c’est pour cela que le travail de « repurposing » de Richard Rogers n’est pas simple à réaliser. Pour ma part, je pense qu’il faut aussi consacrer nos forces à exploiter les traces dans les conditions dans lesquelles elles sont produites pour voir ce qu’on peut saisir comme phénomène au cœur même du dispositif des plates-formes et en faisant notre deuil de l’exhaustivité et de la représentativité. Mais aussi en faisant notre deuil des autres objets que les autres générations de sciences sociales ont produit : les structures, les positions, les hiérarchies, bref la société déjà faite, ou encore les expressions, les tendances, les styles, bref, les mouvements d’opinion réduits à l’opinion publique. Avec de nouveaux appareils, on n’observe la même chose différemment car cela supposerait que ces choses étaient là avant les appareils qui ont permis de les voir, non, on observe autre chose. Et cela aussi c’est du social. Mais d’un autre type et dont rien ne prouve les liens « évidents » avec les autres strates. C’est par précaution que je demande d’abord de travailler dans un environnement bien spécifié et de reconnaitre ses limites pour ensuite éventuellement croiser les méthodes comme tu le préconises. Sinon, on positive le social comme une entité qui serait accessible indépendamment des outils dont on dispose pour le faire exister. Les criminologues combinent les méthodes mais le plus souvent en évitant de questionner l’existence du crime, des criminels, et font comme si c’était la même chose qu’ils mesuraient, et un spécialiste de leur méthode comme toi ne peut pas se laisser abuser. Ce qui n’invalide pas leur approche mais qui lui donne seulement ses conditions de félicité, à savoir faire comme si c’était la même chose qu’on pouvait traiter en combinant les méthodes. De même que sur le web, on fait comme si la sociabilité étaient identiques, que le capital social s’exprimait de la même façon ( et on peut très facilement le montrer en plus, parce que on en retrouve alors que ce que l’on a cherché et qu’on ne se laisse pas interroger par le monde qui émerge). Le comble serait d’être accusé de ne pas vouloir la coopération entre les méthodes, alors que Todd fait la démonstration que si on les combine à sa façon , ça veut dire que les phénomènes observés disparaissent carrément sous les déterminations d’une génération de sciences sociales qui prétend tout expliquer. Donc, prenons le temps de construire les équivalences des intervalles de confiance pour les méthodes du web et on pourra enfin discuter comment combiner avec les sondages (mais évidemment ce seront d’autres principes car les intervalles de confiance ne marcheront jamais dans un univers en dynamique constante comme le web, si on veut bien ne pas le bloquer artificiellement dans sa dynamique pour en faire des photos , qui sont dès lors très pratiques pour montrer des structures).
    Et c’est vrai que les réseaux ne sont pas souvent producteurs de beaucoup de connaissances, en partie par défaut de conventions, en partie parce qu’on leur demande de servir à confirmer des choses que l’on sait par ailleurs (cf. le coup des bouteilles d’eau consommées plutôt le midi) mais aussi parce qu’on ne se laisse pas interroger par la nouveauté de ces traces. Or, Tarde, lui, l’avait anticipée cette nouveauté et en avait fait une théorie générale, dont il avait du mal à produire la démonstration, c’est vrai car malgré son goût pour les statistiques il ne pouvait pas bénéficier des volumes de traces et des capacités de calcul que nous avons. Oui, il s’intéressait à d’autres phénomènes que les structures de parenté et les rapports de classe, mais ces phénomènes étaient déjà redevables d’une autre explication que la société toute puissante de Durkheim. C’est cela qui fait de cette époque un moment passionnant, c’est que le système technique construit comme un système de traçabilité généralisée nous permet de suivre pas à pas l’apparition d’imitations, de phénomènes viraux qu’on ne pouvait pas suivre d’aussi près avant. Le travail est tellement récent et on a tellement tenté de faire dire à ces traces autre chose que ce qu’elles peuvent dire qu’on ne trouve pas encore beaucoup de papiers convaincants sur le sujet. Mais ça va venir et il faut y travailler en admettant la spécificité de l’approche. Oui comprendre comment la manifestation se déclenche est intéressant scientifiquement quand bien même cela ne nous dit de l’opinion ni des structures sociales. L’imitation y a fonctionné à plein, les médias et les réseaux sociaux y ont joué leur rôle et c’est de cela dont il faut rendre compte en construisant aussi les possibilités d’une comparaison entre ces processus. Si quelqu’un cherche à expliquer l’imitation, il peut toujours tenter de remonter très loin, très profond mais dans tous les cas, il fera appel à une boite noire, comme l’inconscient collectif, l’habitus ou autre chose, que personne ne peut décrire. Dans les méthodes 3G, on se débarrasse de cette mystique des intérieurs des humains qu’on fait parler sans rien en savoir, c’est effectivement un empirisme radical à la James, qui calme les délires d’interprétation, même face à de « belles courbes », qui ne disent rien « d’évident ». Mais ce n’est pas un positivisme parce que précisément ces méthodes partent du principe que ce sont des points de vue qui construisent les phénomènes et non des propriétés intrinsèques des phénomènes. C’est pourquoi la dérivation, les malentendus sont des activités d’interprétation des entités quand elles se propagent et non une couche apportée par le chercheur, et en cela cette approche est ethnométhodologique.
    Enfin sur la question du rôle social et politique des sciences sociales de troisième génération, il faut bien admettre qu’il n’est pas possible de reproduire le couplage Etat/ recensement/ sciences durkheimiennes de la société, qui est le propre de la première génération ni de reproduire le couplage médias/ sondages, sciences de l’opinion qui est celui de la seconde génération. Chacune a produit sa forme de réflexivité pour une société et elles continuent à fonctionner. Ce qui est en cause, c’est que les méthodes algorithmiques des traces pourraient très bien se passer des sciences sociales de troisième génération. Car comme tu le dis, elles fonctionnent à la réactivité et à l’action , pour la finance, puis pour le marketing et désormais pour de nombreux domaines, y compris scientifiques mais aussi politiques. L’enjeu n’est pas de laisser proliférer une sorte d’évidence algorithmique comme substitut aux modèles des sciences sociales (peu productrices de modèles d’ailleurs mais plutôt d’interprétations comme tu le dis). Car la coopération avec les plates-formes du web qui ont désormais mis la main sur une architecture commune est inévitable mais surtout pour éviter de leur laisser les clés de l’exploitation de ces traces ( qui sont les nôtres après tout). Mais la critique est alors aussi à adresser aux autres générations, qui n’ont pas toujours su résister aux commandes de l’état ou aux exigences des médias, au point d’adopter leurs catégories que par ailleurs on pouvait critiquer et leur agenda. Est-ce que cela peut aider à l’émancipation ? comme tu l’as vu, je préfère éviter cette expression mais j’en sens malgré tout les résonances politiques nobles. De quoi doit on s’Est-ce que cela peut aider à l’émancipation ? comme tu l’as vu, je préfère éviter cette expression mais j’en sens malgré tout les résonances politiques nobles. De quoi doit on s’émanciper en ce moment pour reprendre ce vocabulaire? des déterminismes sociaux et des inégalités ? sans doute (1G)! des façons de penser et des opinions convenues , des idéologies ? sans doute (2G) § Mais aujourd’hui, rien de nouveau sous le soleil ? SI ! la dictature de la finance, et la pénétration profonde de son modèle court termisme de High Frequency d’un côté et de ranking et de benchmarking de l’autre (voir Bruno et Didier). Cette bataille là n’est pas gagnée non plus et elle est différente des autres car nous avons tous (presque) adopté des comportements qui ont été formatés par cette traçabilité généralisée. Il est donc nécessaire de construire des sciences sociales pour cette génération-là, pour les enjeux actuels qui écrasent le monde qui est le nôtre bien plus sûrement que les idéologies religieuses de Todd. C’est pour cela qu’il faut suivre Charlie, non pas pour jouer les naïfs qui s’émerveillent de notre capacité de contagion mais pour comprendre comment récupérer une prise politique sur ces dispositifs mesurés et mesurants. Oui, il faut faire de la politique aussi et toujours mais non celle du XXeme siècle faite de partis, de clans, d’autorités, ou celle faite de médias et de propagande, car elle est hors jeu et subordonnée à d’autres puissances qui, elles, exploitent les réseaux à fond, au cœur même de leurs métiers.

  2. Je m’autorise de réagir à chaud, à la va vite et de dire ce que sans doute je ne penserai plus dans quelques temps. Ma connaissance des SHS 3G est encore très faible et j’ignore beaucoup de choses sur le sujet. Je livre, sur un coup de tête, une « impression », un sentiment, après avoir suivi le séminaire de Dominique et parcouru cette année (un peu, trop peu) la littérature de SHS 3G.

    Contrairement à Dominique Boullier, j’ai apprécié le livre d’Emmanuel Todd. Il m’a permis de comprendre tout le mal être ressenti en me joignant à la manifestation du 11 janvier. C’est, selon moi, la force du livre d’Emmanuel Todd : faire un travail de sociologie qui accompagne l’émancipation de « certaines » personnes, celles qui n’ont pas appréciés la tournure politique post 11 janvier, alors même qu’elles étaient horrifiées comme les autres (on pouvait observer, selon les endroits où l’on se trouvait dans Paris, les zombis néo-républicains dont parlent Todd – c’est ce qui m’a fait fuir la manifestation).

    Dominique Boullier a raison, le livre d’Emmanuel Todd, écrit à la va vite, est très fragile sur un plan méthodologique. Un étudiant de L3 de sociologie démontrait facilement ces corrélations, mais apprendrait beaucoup de l’imagination sociologique de Todd. Les méthodologies convoquées par Dominique Boullier auraient sans doute produit de magnifiques visualisations, impressionnantes, mais nous auraient rien dit de plus que nous ne sachions déjà sur la manifestation puisqu’elles nous enfermeraient dans la manifestation (une sociologie de la manifestation pour ne comprendre que la manifestation pour elle-même, c’est sans doute intéressant si l’on souhaite agir directement sur la manifestation, la contrôler et, pour l’Etat ou une grande entreprise, gérer une situation de crise). Richard Rogers, mentionné dans la notice, produit régulièrement lui aussi ce type de carte sur des sujets politiques très graves. Malheureusement je n’ai jamais rien retenu d’autre de son travail que de magnifiques visualisations, de très bons concepts méthodologiques, mais peu de grain à moudre sur le plan de « l’interprétation » des phénomènes étudiés. Emmanuel Todd apporte, me semble-t-il, ce que les SHS 3G (en particulier le Medialab et le réseau de laboratoire auquel il est associé) n’apportent toujours pas: de la sociologie qui fait parler d’elle parce qu’elle fait des propositions fragiles, mais risquées et audacieuses pour changer la société. J’ai l’impression que les « promoteurs des SHS 3G » (j’ai en tête une petite poignée de noms) ne comptent pas sur leur background sociologique pour réaliser ce type d’opération, mais plutôt sur l’intelligence des informaticiens pour rendre l’Actor Network Theory (de Callon et Latour, deux sociologues géniaux que je continue de lire et relire – je n’ai vraiment rien contre l’ANT) toujours plus robuste.

    Plutôt que d’enjoindre les générations de SHS à bien rester à leur place ( DB dit « A chaque longueur d’onde sociale, ses méthodes et ses limites de validité, cela évitera tout scientisme et instituera un principe de précaution salutaire ».), on gagnerait davantage à confronter les générations de méthodes. C’est ce que font les sociologues du crime depuis longtemps en pratiquant une analyse du crime par la confrontation de sources : les données administratives de la police (SHS 1ère G) et les données des enquêtes de victimation en population générale ( SHS 2ème G). C’est la confrontation des points de vue qui devient l’opération cruciale de l’analyse d’un phénomène sociale. Dominique Boullier a raison : il faut ajouter, pour opérer cette confrontation, les données massives du web. La confrontation permet moins de se prononcer sur un état du monde, mais à chercher à s’accorder sur un énoncé à partir de sources multiples. Imaginer un sociologue (ça ne peut être qu’un doctorant car il s’agit d’une tâche immense) qui cherche à dire quelque chose sur « Je suis Charlie » à partir des données corrélées par Todd, mais aussi les variables d’opinion de Mayer et en plus les traces du web ; imaginez qu’il les confronte, plutôt que de les opposer. Il pourrait leur faire dire quelque chose d’inédit, non plus ce que pense E Todd ou N Mayer ou D Boullier. Il mobiliserait sans doute Nobert Elias, le champion de la combinaison des multiples longueurs d’onde sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *